Vous devez respecter le droit d'auteur
Monde

Yalta : le sommet de la seconde guerre mondiale qui a remodelé le monde

En février 1945, alors que l’Allemagne est à genoux, trois hommes se sont rencontrés dans un lieu de villégiature pour décider du destin du monde.

Les troupes soviétiques se rapprochaient de Berlin, tandis que les forces alliées avaient franchi la frontière occidentale de l’Allemagne.

Dans le Pacifique, les troupes américaines avançaient régulièrement mais dans le sang, vers le Japon.

Lire aussi :

Alors que leurs armées étaient sur le point de remporter la victoire, les “Trois Grands” – le président américain Franklin Roosevelt, le Premier ministre britannique Winston Churchill et le dirigeant soviétique Joseph Staline – ont accepté de se rencontrer à Yalta, une station balnéaire soviétique sur la mer Noire.

À la fin du conflit le plus sanglant que le monde ait jamais connu, il y a 75 ans, les Alliés voulaient empêcher qu’une telle dévastation ne se reproduise.

Mais les États-Unis et l’URSS voulaient tous deux coopérer sous leurs propres conditions.

Les 3 Grands - Churchill, Roosevelt et Staline - à la conférence de Yalta.Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLes 3 Grands – Churchill, Roosevelt et Staline – à la conférence de Yalta.

Malgré les accords de Yalta, en quelques mois, le décor était planté pour la guerre froide – la lutte entre les deux nouvelles superpuissances qui ont divisé le globe en camps idéologiques pendant des décennies.

“Si l’objectif de Yalta était de jeter les bases d’un ordre véritablement pacifique après la guerre, alors la conférence a échoué”, a déclaré à la BBC le professeur Andrew Bacevich de l’université de Boston.

“Mais étant donné les aspirations contradictoires des États-Unis et de l’URSS, cet objectif n’a jamais été atteint,” poursuit-il.

Lire aussi :

Que se passait-il en février 1945 ?

Au début de 1945, l’Allemagne nazie avait perdu la guerre. Le pays a maintenu sa résistance sanglante et de plus en plus désespérée, mais le résultat du conflit ne faisait plus aucun doute.

En Europe de l’Est, l’Union soviétique avait renversé la vapeur et brisé les armées allemandes après quatre années de guerre sauvage.

Mais alors que l’URSS était militairement triomphante – environ trois quarts de toutes les pertes de troupes allemandes dans la guerre sont survenues sur le front de l’Est – le pays avait terriblement souffert.

Attaque des forces soviétiques dans la région du Caucase du Nord, en 1943Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionAprès plus de trois ans de guerre, l’Union soviétique avait écrasé les forces allemandes et se trouvait à quelques kilomètres de Berlin

On estime qu’un citoyen soviétique sur sept, soit quelque 27 millions de personnes, est mort dans le conflit – dont les deux tiers étaient des civils.

Certains universitaires avancent des chiffres encore plus élevés.

Les villes et les terres les plus riches du pays ont été dévastées par le conflit.

L’industrie, les fermes, les maisons et même les routes ont été rayées du paysage.

Lire aussi :

Le Palais de l'ancien Tsar de Russie, Nicolas 2, où s'est tenue la conférence de Yalta.Copyright de l’imageMAMADOU FAYE
Image captionLe Palais de l’ancien Tsar de Russie, Nicolas 2, où s’est tenue la conférence de Yalta. (Capture d’écran)

Quels étaient les objectifs des dirigeants ?

Joseph Staline était déterminé à remettre son pays sur pied.

Il est venu à Yalta à la recherche d’une sphère d’influence en Europe de l’Est comme zone tampon pour protéger l’URSS.

Il voulait également diviser l’Allemagne, s’assurer qu’elle ne constituerait plus jamais une menace, et prendre d’énormes réparations – en argent, en machines et même en hommes – pour aider sa nation brisée.

Lire aussi :

Staline savait qu’il aurait besoin de l’acceptation des puissances occidentales pour y parvenir.

Winston Churchill comprenait les objectifs de Staline. Les deux hommes s’étaient rencontrés à Moscou en octobre 1944 et avaient discuté de l’idée de faire de l’Europe une sphère d’influence pour l’URSS et les puissances occidentales.

Il comprenait également que les millions de soldats soviétiques qui avaient poussé l’Allemagne hors de l’Europe centrale et orientale étaient bien plus nombreux que les forces alliées à l’ouest – et que le Royaume-Uni ne pouvait rien faire si Staline décidait de les y maintenir.

Winston Churchill arrivant à la Conférence de Yalta. (Capture d'écran)Copyright de l’imageMAMADOU FAYE
Image captionWinston Churchill arrivant à la Conférence de Yalta. (Capture d’écran)
Presentational white space

Le Royaume-Uni avait déclaré la guerre en septembre 1939 parce que l’Allemagne avait envahi son allié, la Pologne, et Churchill était déterminé à assurer la liberté du pays.

Cependant, le Royaume-Uni avait également payé un lourd tribut à la victoire et était désormais en faillite.

Churchill espérait que les États-Unis le soutiendraient et s’opposeraient à Staline.

Mais le président américain Roosevelt avait ses propres priorités. Il voulait que Staline s’engage auprès des Nations unies – un nouvel organisme mondial de maintien de la paix pour le monde de l’après-guerre.

L'hôtel Livadia à Yalta, en Crimée, qui a abrité la conférence des trois Grands.Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionL’hôtel Livadia à Yalta, en Crimée, qui a abrité la conférence des trois Grands.

Le professeur Melvyn Leffler, de l’université de Virginie, a déclaré à la BBC que Roosevelt était bien conscient du fait que l’acrimonie entre les alliés après la Première Guerre mondiale avait conduit les États-Unis à se retirer de la politique mondiale dans les années 1920 et 1930.

“Ce que Roosevelt voulait avant tout, c’était éviter un retour à l’isolationnisme américain”, a-t-il déclaré.

Birame Senghor: “la France a tué mon père en 1944”

Le président voulait également que l’Union soviétique déclare la guerre au Japon.

Bien que le vent ait tourné de façon spectaculaire contre l’Empire japonais, leurs forces infligeaient encore de lourdes pertes aux forces américaines en progression dans le Pacifique.

L’anxiété d’une invasion sanglante des îles japonaises occupait une place importante dans la réflexion stratégique américaine.

Le hall de l'hôtel Livadia où s'était déroulée la conférence de Yalta.Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLe hall de l’hôtel Livadia où s’était déroulée la conférence de Yalta.

Que s’est-il passé à Yalta ?

Bien que Roosevelt ait voulu se rencontrer quelque part en Méditerranée, Staline – qui avait peur de l’avion – a plutôt proposé Yalta.

Les discussions de groupe ont eu lieu du 4 au 11 février à la résidence de la délégation américaine, le palais de Livadia, qui fut autrefois la résidence d’été du dernier Tsar russe, Nicolas II.

Les trois dirigeants s’étaient déjà rencontrés auparavant, à Téhéran en 1943.

Roosevelt était plus disposé à faire confiance à Staline que Churchill, qui voyait dans le dirigeant soviétique une menace de plus en plus dangereuse.

Palais de Livadia à YaltaCopyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLes discussions du groupe au sommet de Yalta ont eu lieu au palais de Livadia

Après une semaine de discussions, les trois grands ont annoncé leurs décisions au monde entier. Après sa reddition inconditionnelle, l’Allemagne serait brisée.

Les dirigeants se sont mis d’accord sur le principe de quatre zones d’occupation, une pour chaque pays à Yalta et aussi pour la France, ainsi que sur la même division de Berlin.

Une déclaration a également été émise, l’Allemagne paierait des réparations “dans la plus large mesure possible” et qu’une commission serait créée à Moscou pour déterminer combien ils devaient.

Les dirigeants ont également convenu d’organiser des élections démocratiques dans toute l’Europe libérée – y compris pour la Pologne, qui aurait un nouveau gouvernement “avec l’inclusion de dirigeants démocratiques de la Pologne elle-même et de Polonais de l’étranger”.

Quand le président Erdogan lutte pour rester éveillé lors d’une conférence de presse

L’Union soviétique avait déjà mis en place un gouvernement communiste provisoire à Varsovie, dont ils ont convenu qu’il serait élargi.

Mais la démocratie signifiait quelque chose de très différent pour Staline.

Bien qu’il ait publiquement accepté la tenue d’élections libres pour l’Europe libérée, ses forces s’emparaient déjà des principaux bureaux de l’État dans les pays d’Europe centrale et orientale pour les partis communistes locaux.

De plus, les dirigeants ont décidé – à l’instigation de Staline – que les frontières de la Pologne devaient se déplacer vers l’ouest, donnant ainsi des terres à l’URSS.

Les États baltes allaient également rejoindre l’Union soviétique.

Un panneau indiquant "Vous quittez maintenant le secteur britannique" à BerlinCopyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionBerlin a été une ville divisée jusqu’en 1989

L’historienne Anne Applebaum a écrit dans son texte “Rideau de fer” que les dirigeants “ont décidé du destin de pans entiers de l’Europe avec une insouciance étonnante”.

Roosevelt a demandé “sans enthousiasme” à Staline si la ville de Lwow pouvait rester une partie de la Pologne, mais il n’a pas poussé l’idée, et elle a été rapidement abandonnée.

Roosevelt était plus concentré sur son plan pour les Nations Unies, et son souhait a été exaucé.

Les trois nations se mirent d’accord pour envoyer des délégués à San Francisco le 25 avril 1945, afin d’aider à mettre en place la nouvelle organisation internationale.

Les alliés de l’Irak se sont engagés à débloquer près de 25 milliards de dollars.

De plus, Staline s’est engagé à lancer une invasion du Japon trois mois après la défaite de l’Allemagne.

Après le sommet, Churchill reste profondément préoccupé par la situation en Europe de l’Est, malgré les accords.

Il a exhorté ses forces et les Américains à se déplacer le plus à l’est possible avant la fin de la guerre.

Une Super Bécassine Humber franchit le mur de Berlin au point de contrôle Charlie.Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionUne voiture de marque britannique franchit le point de contrôle Charlie à Berlin.

Que s’est-il passé ensuite ?

En quelques mois, la situation politique a changé de manière spectaculaire. Roosevelt est mort d’une hémorragie cérébrale massive en avril, et a été remplacé par Harry Truman.

L’Allemagne se rendit sans conditions en mai. Et le 16 juillet, les États-Unis ont testé avec succès leur nouvelle arme secrète – la bombe nucléaire.

Lire aussi :

Le jour suivant, le président Truman a rencontré Winston Churchill et Joseph Staline à la conférence de Potsdam, près de Berlin.

Truman ne connaissait pas Staline de vue, et n’était président que depuis quatre mois.

Winston Churchill, au pouvoir depuis mai 1940, est remplacé à mi-parcours de la conférence par Clement Atlee après les élections générales de 1945.

Clement Attlee, Harry Truman et Joseph Staline à PotsdamCopyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionClement Attlee, Harry Truman et Joseph Staline se sont rencontrés à Potsdam après la fin de la guerre en Europe

L’ambiance à la conférence était très différente. Les responsables politiques américains se sont sentis plus confiants après avoir pris conscience de la puissance de la bombe atomique.

Truman était beaucoup plus sceptique à l’égard de Staline que Roosevelt ne l’avait été. Lui et ses conseillers pensaient que l’URSS n’avait aucune envie de s’en tenir aux accords de Yalta.

En moins de deux ans, le président américain a annoncé la “doctrine Truman”, qui promettait la puissance américaine pour contenir les efforts d’expansion soviétique dans le monde. La guerre froide avait commencé.

L'accord de Yalta dévoilé. Exposé aux Archives nationales à Washington en 1945.Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionL’accord de Yalta dévoilé. Exposé aux Archives nationales à Washington en 1945.

Churchill et Roosevelt furent plus tard critiqués pour avoir cédé la place à Staline à Yalta. Mais en pratique, les États-Unis et le Royaume-Uni ne pouvaient pas faire grand-chose.

Staline avait déjà des troupes dans toute l’Europe centrale et orientale.

Après Yalta, Churchill a commandé un plan d’attaque contre l’URSS – nom de code “Operation Unthinkable” – mais les planificateurs militaires britanniques ont réalisé que ce plan était totalement irréaliste.

Selon le professeur Leffler, “ce que Yalta a fait en ce qui concerne l’Europe de l’Est a simplement consisté à reconnaître les réalités du pouvoir qui existait à l’époque”.

Regarder :

Le grand show de Poutine

Source : BBC

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *