Vous devez respecter le droit d'auteur
Editos / Contributions

Violence dans l’espace universitaire : “l’Aeem d’aujourd’hui nous fait honte”

Autres temps, autres mœurs ! Le combat de l’AEEM d’alors était noble : amélioration des conditions de vie et d’études des élèves et étudiants du Mali.
La violence d’aujourd’hui n’est pas digne des héritiers d’Oumar Mariko, d’Issa Mariko, de Yehiya Ould Zarawana, d’Opéri Berthé, pour ne citer que ceux-ci.
L’Aeem d’aujourd’hui nous fait honte. Cependant, soyons prudents pour ne pas prendre des mesures extrêmes.
Des corrections doivent être envisagées, des têtes doivent tomber, les normes établies doivent être scrupuleusement respectées.
L’Aeem doit exister, avec des réformes statutaires, soutenues par un bon comportement, un leadership soutenu par une culture de la non-violence et celle d’un bon élève.
L’Aeem est un symbole de la démocratie, de la vie associative; un symbole de la défense des intérêts matériels et moraux des élèves et étudiants du Mali.
L’Aeem doit vivre, l’Aeem doit vaincre, malgré les soubresauts du moment. Ils sont passagers et font partie de l’ensemble national qui est en déchéance en ce moment.
Tout comme l’on doit refonder l’État, l’Aeem mérite aussi une refondation en revenant aux valeurs fondamentales qui sont à l’origine de sa création.
Wa Salam !

Chahana Takiou

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *