Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Une marche cahoteuse pour le Mali alors que des manifestations persistent sur de mauvaises routes – MALI CANAL
Actualité Société

Une marche cahoteuse pour le Mali alors que des manifestations persistent sur de mauvaises routes

Bamako (AFP) – Comme nombre de ses compatriotes maliens, Ousmane Maiga conduisait régulièrement entre Gao, dans le nord du pays, et la capitale Bamako.

Aujourd’hui, il hésite à faire ce voyage autrefois familier. D’une part, il y a la menace des djihadistes – et il y a ensuite l’état des routes, qui sont catastrophiques.

Ce voyage de 1 200 kilomètres, qui nécessitait autrefois environ 24 heures, prend désormais “au moins cinq jours”, a-t-il déclaré à l’AFP.

“La route est tellement endommagée que la plupart des gens doivent passer par le Burkina Faso et le Niger, où ils doivent payer des taxes supplémentaires.”

L’activiste appartient à l’un des quelque 60 groupes de la société civile de Gao, qui devaient organiser mercredi des manifestations réclamant des mesures pour s’attaquer au problème des routes au Mali.

Le huitième plus grand pays d’Afrique ne compte que 21 681 km (13 471 km) de routes, dont 7 156 km seulement sont goudronnées.

Dans la vaste région septentrionale – deux fois plus grande que la Suède – l’une des seules autoroutes goudronnées est la RN16 reliant Gao à la ville centrale de Sevare.

“C’est un parcours du combattant”, a déclaré Maiga, 43 ans.

“La vitesse maximale est de 40 km / h … et il y a la poussière, la chaleur et maintenant l’insécurité.”

Le nord du Mali est tombé aux mains des djihadistes en 2012, avant que les militants ne soient chassés par une intervention militaire menée par les Français.

Mais une grande partie de la région reste chroniquement instable et depuis 2015, la violence s’est étendue au centre du pays, une mosaïque ethnique.

Plusieurs projets de construction lancés ces dernières années avec l’aide de fonds internationaux ont dû être suspendus temporairement en raison de menaces pour la sécurité, en particulier dans le nord et le centre du pays.

– Les habitants en colère protestent –

Outre la menace constante des djihadistes et des milices armées, les infrastructures maliennes ont également souffert des intempéries, du manque de services de l’État et d’une prétendue corruption généralisée.

À l’autre bout du pays, des manifestants de la ville de Kayes, dans le sud du pays, ont remporté une victoire symbolique fin août après avoir empêché des milliers de camions de transporter leurs marchandises sur le pont principal, à destination du Sénégal voisin.

Les manifestations, qui se sont étendues à d’autres régions, dont Bamako, ont interrompu une partie essentielle du commerce malien et ont poussé le Premier ministre Boubou Cissé à se rendre dans la région.

Source AFP

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur