Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Tribunal administratif de Bamako : Me Baber Gano et le PDG de l’Office du Niger mordent la poussière ou pourquoi le maladroit communiqué de presse du cabinet Gano pondu hier matin – MALI CANAL
Société

Tribunal administratif de Bamako : Me Baber Gano et le PDG de l’Office du Niger mordent la poussière ou pourquoi le maladroit communiqué de presse du cabinet Gano pondu hier matin

Enième couleuvre à avaler pour le piètre avocat, après un sulfureux dossier de détournement de denier public portant sur 354 millions de FCFA illégalement indus, déposé le 21 Mai dernier sur la table du juge anticorruption, par l’Autorité de Régulation des Marchés ; énième couleuvre à gober, c’était il y a quelques minutes au Tribunal Administratif de Bamako qui vient de rendre son délibéré sur notre requête du 31 Janvier 2019 recevant en la forme notre recours, ordonnant l’annulation pure et simple de la Décision N°278 –PDG-ON en date du 4 Décembre 2018 et ordonnant l’amende de la consignation versée par nos soins ; cela après l’audience publique tenue hier mercredi 19 Juin 2019 à 9 H dans ses locaux, un fourre-tout de décision de nomination, mise à disposition, affectation d’agents en brousse, concocté par ces délinquants à col blanc, pour nous intimider, nous réduire au silence et penser davantage croquer l’argent public comme des larrons en foire.
Disons le net. Je n’ai aucune animosité vis-à-vis de Maitre Baber Gano que je n’ai jamais rencontré physiquement, même au cours d’une cérémonie publique en dehors du fait que je me bats pour la vérité, en tout temps, en tout lieu et contre son vol, fruit de mon travail à l’Office du Niger. De même que d’autres raisons qui nous opposent, et pour lequel, assistant juridique de l’Office du Niger depuis le 1er Avril 2015, défendant les intérêts de l’entreprise et de ses agents, le Cabinet Gano n’a jamais compris, qu’au lieu de régler les différends entre travailleurs, à l’amiable ou en démontrant les raisons du droit, il ne devrait jamais prendre faits et causes pour une partie, car qui sait demain quand la roue de l’histoire va tourner, surtout pour un prestataire de service de ce genre !
– Maitre Baber Gano et ses complices, dont un commissaire à la sécurité alimentaire incompétent que Boubou Cissé veut aujourd’hui chasser, nous ont cru gênant en Octobre 2016, afin de faire main basse sur les 4 milliards de F CFA laissés en héritage au PDG marionnette de l’Office du Niger, Mamadou Mbaré Coulibaly en relevant la colonne vertébrale de l’entreprise (DGA, DAF, Chef Service Communication, Secrétaire Particulière du PDG, Chef Appro, Directeur de la Gestion de l’Eau, Directeur de l’Appui au Monde Rural, Chef Service Administratif, 4 Directeurs sur 7 des plus grandes Zones de production, une vingtaine de personnes comme si c’était un cabinet ministériel, le même jour, alors qu’on est dans une entreprise où les fautes se constatent). Vous aurez remarqué que, deux mois juste après cette grosse hécatombe, le 20 décembre 2016 précisément, Ali Baba et les 40 voleurs ont détourné par des virements bancaires colossaux près d’un demi-milliard de F CFA au point qu’en fin 2017 tous les comptes bancaires de l’Office du Niger étaient au rouge, avec 6 mois d’allocations familiales non payées, le 13eme mois en panne !
– Maitre Baber Gano et ses complices ont torpillé notre syndicat (le Syndicat Autonome de l’Office du Niger, crée tout simplement parce que le SYNAPRO de l’ON (Syndicat National de la Production) dont le bureau avait été élu en 2011, pour 5 ans, refusait d’organiser une AG Elective après 2 ans d’illégalité ! Ils ont mis en branle des huissiers contre nous, le Procureur de Ségou contre nous et même le Commissaire de Police du 1er Arrondissement qui ne s’en revenait pas quand nous lui fournissons toute la documentation légale de la création de ce second syndicat depuis le 8 Janvier 2018.
– Maitre Baber Gano et ses complices, désarçonnés, ont trouvé finalement leur meilleure formule de nous humilier et de nous tenir loin de Ségou en croyant, par une décision administrative très mal rédigée, nous disperser à travers les brousses de l’ON tout en nous considérant comme de simples agents qui venaient d’être recrutés (pourtant du jamais vu, 3 cadres de l’entreprise ont paraphé la décision dont le DAF avant la signature du PDG alors même que les autres décisions n’ont jamais été paraphées pour vous expliquer la hargne de ces malandrins).
– Il y a aussi le cas Office du Niger Sports, notre club de football dont je vous en parlerai à la fin de ce post.
Je fais alors l’économie des autres raisons qui avaient attrait à notre vie privée et qui a fait pschitt, en se dégonflant, les auteurs demandant des interventions et médiations des confrères journalistes.
Donc il n’y a aucune cabale contre cet avocat, qui a non seulement usurpé la place de Maître Hamidou Diabaté qui faisait depuis 1994 son assistance judiciaire pour 10 millions par an, mais aussi en négociant son contrat en 2015 pour le porter à 15 millions de F CFA. Ni SBM, le PM dont nous en avions plutôt gros sur le cœur après lui, que nous n’avons jamais rencontré depuis 2008, ni autre personne ! Aucune cabale. En dehors de ses propres turpitudes qui le rattrapent !
Après l’épisode de 2016, nous avions dit que nous ne serons plus les dindons de la farce de sa kleptomanie en refusant tout simplement ces affectations.
Hier mercredi donc, le Tribunal Administratif de Bamako, après avoir travaillé sur les mémoires en défense calamiteux d’un avocat qui n’a aucune notion des manuels administratifs suivis de nos répliques, le Président du Tribunal a estimé que l’affaire pouvait être jugée. Surprise. Maitre Baber Gano et son cabinet ont fui, puisqu’ils savaient que l’affaire du Pôle Economique allait obligatoirement s’inviter dans le prétoire ; et malgré leur absence, la cour, le public présent et certains de ses confrères présents qui ont dû lui dire au téléphone que l’échauffement de son prochain procès a démarré du côté de Yirimadio (siège du tribunal), son dossier de détournement a été étalé et nous avons remis un livret de la constitution malienne à la cour pour récuser le cabinet Maitre Baber Gano et toutes ses écritures dans un dossier de l’Office du Niger car l’Article 58 lui interdit de faire des activités lucratives en tant que ministre, sauf bien entendu s’il démissionnait publiquement de ce cabinet et s’il n’est plus signataire du compte bancaire (une situation difficile pour quelqu’un qui se fait des contrats avec le trafic d’influence du titre de ministre). Voilà pourquoi les bonhommes ont joué rapidement au pressé pour pondre un lamentable communiqué de presse indigeste en longueur qui s’attaque plus à SBM et moi-même qui auront cette fois ci ce samedi 22 Juin de se rencontrer, après 11 ans, lors de la rentrée politique de l’ASMA à Ségou (j’en trouve une bonne occasion maintenant de ne plus le bouder).
Il y a aussi le Service Juridique de l’Office du Niger, très prompt pourtant à profiter des ordres de mission pour voyager à travers les prétoires de Bamako, Macina, Niono, Markala, avec qui ce détournement ne devrait pas, en réalité, avoir lieu et qui ont fui aussi hier matin. Pour ne pas entendre des vertes et surtout des pas mûres !
– Le Chef Service Juridique, Sadio Dembélé est celui-là que Maitre Hamidou Diabaté a proposé sous nos pieds en 2006 à l’ON quand Drissa Naman Keita a démissionné pour un poste à Niamey. Il est donc le service compétent qui doit prendre en charge la facture de Maitre Baber Gano avec annotation « Service fait ». En son âme et conscience, il a émis beaucoup de réserves sur la première facture de 145 millions avant de s’exécuter. Quand la seconde de 129 millions est arrivée, un mois après, il a voulu faire le dur en refusant de signer. On lui tendit 500 000 F CFA et la promesse de recruter sa femme, comme comptable et le pauvre juriste, sans personnalité aucune, céda. Aujourd’hui, il répondra devant qui de droit.
– Son assistant, Moussa Tidiane Diarra est un jeune recruté en 2003 qui avait fait son stage dans l’entreprise auprès de sa tante, la Chef Service Administratif, Fané Oumou Koné, véritable mémoire de l’ON, puisqu’elle gère le service administratif depuis 1994. Non seulement, le jeune Diarra trahira le « Djo » entre Diarra et Koné, mais il commit « l’inceste professionnel » en complotant contre sa tante auprès de la Direction Générale pour prendre sa place en Octobre 2016 ; La vieille Oumou Koné relevée, à deux ans de la retraite, fut tellement affectée qu’elle n’a plus mis pied à l’Office du Niger, même le soir de la cérémonie du départ à la retraite des agents où on remettait, pourtant, à ces derniers, leurs droits. Et comme les sorciers se mangent entre eux (histoire de recrutements clandestins qui a mal tourné) une année seule a suffi pour que le Diarra, cadre A, Secrétaire Administratif du bureau SYNAPRO, soit jeté jusqu’à Molodo, comme adjoint administratif poste réservé pour des sans diplômes. La galère lui a tellement frappé là-bas qu’il a tapé à notre porte et notre seul soutien lui a été de lui dire de démissionner de ce syndicat premier qui est incapable de le protéger pour adhérer au nouveau qu’on venait de lancer. Ce qui fut fait, mais le traître Diarra, moisi dans le bled de Molodo, à se tourner le pouce, et porté en mission pour saboter notre syndicat joue un deal avec la Direction Générale, pour se caser cette année, au Service Juridique et nous notifie une lettre de démission où le bonhomme a le toupet de nous donner des leçons de valeurs ! La pyramide renversée quoi dans ce pays !
Si nous mettons en exergue de cette manière des collaborateurs, c’est parce qu’ils n’ont pas été loyaux avec nous, sinon le SAON détient la liste de tous ceux qui ont été « arrosés » par les 354 millions de Maitre Baber Gano mais, par pudeur, par loyauté et parce qu’ils n’ont jamais voulu se faire plus royalistes que le roi dans la collaboration avec nous dans l’entreprise, nous nous gardons de les publier.
Tous ces malabars donc, qui devraient être à l’audience hier, ont pris la poudre d’escampette alors même qu’on n’avait même pas besoin, depuis janvier à maintenant, de leurs opposer un avocat et jeter ainsi notre argent par la fenêtre puisqu’ils sont tous nuls.
Le renouveau de la justice qui semble commencer a démontré qu’un ministre avocat kleptomane, un PDG qui croit exceller en excès de pouvoir, malgré son argent, ne peuvent rien contre sa marche. Ainsi donc, ils vont rembourser la moitié de notre salaire original que cette fameuse décision a amputé depuis 6 mois, en plus des 100 litres de carburant par mois que n’autorise pas encore cette décision administrative (Amina Dicko Présidente de Solidaris 223, dès remboursement, je t’offre un mois complet de la dotation carburant et du salaire pour aider les enfants démunis ; le reste les Douba Dembélé et acolytes vont réveiller leurs épaves avec !)
Le feuilleton avec Maitre Baber Gano n’est pas terminé. Rendez-vous est pris le Jeudi 27 Juin à 9 Heures au Tribunal de Ségou où le paradoxe est à son comble.
Lui Maitre Baber Gano peut signer avec l’Office du Niger un contrat d’un montant défini, se faire payer comme ça se doit et à côté prendre sans, support, 46 fois le montant de ce contrat.
Office du Niger Sports, dans les mêmes conditions d’élaboration d’un contrat avec Office du Niger se voit refuser d’obtenir le reliquat de sa prestation, malgré l’ordre du Chef Service Comptable parce que Maitre Baber Gano et le PDG l’ont voulu !
Apres tant de visibilité pour l’entreprise avec son nom, Office du Niger, et mettant toutes nos économies à héberger des joueurs et à prendre les dépenses de l’équipe en charge, nous avons contraint le PDG de l’Office du Niger, pour la saison sportive 2017-2018, à sponsoriser l’équipe, auquel cas, suivant les Statuts de la FEMAFOOT (Article 13) nous changerons de nom en enlevant tout simplement le nom Office du Niger. Mesurant le degré de cette décision, il signa un contrat en bonne et due forme de 5 millions par an, dont 50 % sont payés à l’avance et 50 % au cours de la saison sportive qui prendra fin le 30 septembre 2018. Notre engagement est de porter les tee shirts ON à l’entrainement, en voyage, à l’échauffement, à l’internat et à étaler leurs banderoles s’il y a matchs, comme le fait Orange Mali, par exemple, ou tout bon sponsor qui sait profiter de ses supports de communication. Si le PDG s’est exécuté en payant l’avance, avec son avocat Maitre Baber Gano et à cause de ces évènements, l’ON refuse de s’exécuter depuis le 30 septembre, malgré l’assignation faite par notre Huissier de justice. Dans son mémoire de défense, Maitre Baber Gano ose dire que le football malien est perturbé et plus grave ils n’ont aucune visibilité !
Comme c’est un piètre avocat, on lui dira au tribunal comment le sponsoring se passe en football et comment, en sachant que le football n’existe pas au Mali, son client a osé signer un contrat jusqu’à avancer un montant. Vous n’avez jamais vu la FEMAFOOT payer des tee-shirts Orange pour les faire porter aux spectateurs ou aux joueurs ; ou alors la FEMAFOOT confectionner des banderoles Orange pour cette dernière et les mettre sur le terrain ? Vous avez vu l’ORTM payer dans l’argent du sponsoring de Miss ORTM des tee-shirts Malitel pour le public ou en confectionner des banderoles ? A jeudi !

PS : Le Secrétaire Général du SYNAPRO Office du Niger a avisé, au début de cette affaire de détournement, malgré la difficile situation de trésorerie que vivait l’entreprise que CE N’EST QU’UN FEU DE PAILLE ! Le gars possède un faux diplôme. C’est la nouvelle Chef Service Administratif, une vraie dogonne Ramata Djiguiba, qui a fait son rapport au PDG pour lui dire qu’un agent de niveau 11eme s’est retrouvé avec un Diplôme de cadre A et que le parchemin est du faux. Nous ouvrirons maintenant son dossier où alors il retourne à son poste d’Aiguadier, poste réservé à ceux qui ouvrent les vannes des canaux (catégorie D) et non profiter de ce faux diplôme pour se nommer ………Chef Service et, où s’il vous plait ?……… à l’Audit Interne ! Allah Akhbar !

Moustaph Maïga

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur