Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Transition politique au Mali : 100 jours d’immobilisme et d’arbitraire ! – MALI CANAL
Politique

Transition politique au Mali : 100 jours d’immobilisme et d’arbitraire !

Ce sont des arguments fallacieux que de faire croire à l’opinion publique que certains soutiennent la transition pendant que d’autres se battent pour son échec. 100 jours après sa mise en place, c’est le désenchantement total. En lieu et place d’une transition inclusive, le peuple malien assiste à une distribution de postes entre amis et à un Etat policier qui ne dit pas le nom.

Ils disent : » Il faut soutenir la transition « , mais ils refusent de voir que c’est la transition qui doit soutenir, intégrer et préparer des voies pour des véritables réformes sociopolitiques et sécuritaires. Si cette même transition détient déjà son programme propre à elle, pour se permettre d’employer des méthodes de division au sein même de la société civile, s’érigeant en force au-delà de toutes normes, il est évident que les confrontations ne cesseront pas pour des questions nationales.

Depuis le coup d’État, la République des colonels agit comme le régime défunt sous lequel le Mali a connu un partage de gâteau. Pour ainsi dire que le peuple assiste à du IBK sans IBK. Pire, on assiste à des arrestations extrajudiciaires pour, dit-on, ‘’atteinte à la sureté de l’Etat’’. Cent jours après la mise en place de la République des colonels, les combats entre tendances n’ont jamais cessé. Nous avons vu et assisté à toutes les techniques de bricolage, de désinformation et de manipulation de masses, sans pourtant observer d’un iota d’évolution pour la raison qui nous a conduits à un coup d’État non assumé, bien que le contrôle du pouvoir ait été assumé.

Nous faire avaler les pilules pour nous faire croire à l’arrivée des sauveurs, avec des tambours et des griots qui font leurs louanges et nous dire que ce sont les politiciens à la tête de ce pays depuis plus de 30 ans qui ont tout détruit est une absurdité.

Les politiciens ne prennent aucune décision à un certain niveau étatique sans la complicité des militaires. Si ce sont ces hommes politiques qui ont détruit nos engins de guerre et vendre d’autres, cela ne saurait être possible sans la complicité des militaires qui sont concernés.

Donc ce n’est pas un nouveau système qui est mis en place. Si nous avons sombré à tel point, c’est également à cause du cumul de tous ces échecs et au niveau du politique et au niveau du militaire et au niveau du religieux jusqu’au malien lambda.

Comment comprendre qu’une junte militaire contrôle seule une situation qui nécessite l’implication de toutes les autres tendances ? Nous avons presque perdu notre souveraineté et notre territoire. Cela est une question fondamentale pour que le militaire retourne sur le terrain. Il faut nettoyer devant sa porte avant d’aller faire le roi devant la porte des autres.

Ces guéguerres pour des positions et des places dans un Mali disloqué ne servent à rien d’autre que nourrir des ambitions personnelles démesurées. Cela ne rend service ni au Mali à l’Histoire. C’est une maison commune ; elle ne peut être la propriété de quelques-uns. C’est la seule manière d’être en mesure de l’entretenir.

Les cultivateurs du centre qui assistent à la destruction de leurs champs ne demandent pas des sacs de riz avec de la publicité. Ils demandent seulement d’être sécurisés pour se nourrir. S’ils comptaient sur les services publics, ils allaient immigrer comme beaucoup d’autres.

Touré Abdoul Karim

Source: Journal Le Démocrate- MALI

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur