Vous devez respecter le droit d'auteur
Monde

Soudan: les opposants à Omar el-Béchir rentrent d’exil mais ne baissent pas la garde

Malgré la chute du dictateur, les dissidents craignent une reprise en main du pays par l’État profond.

De notre envoyée spéciale à Khartoum

«Si j’étais resté, ils m’auraient brisé.» Assis sur un canapé garni de coussins à paillettes, le vieil homme en galabeyia blanche se meut dans un décor resté immobile depuis une décennie. Sur l’un des pans de mur sans fenêtre, un grand portrait de lui «photoshoppé» à outrance sur un fond multicolore toise le visiteur. Aux pieds de cette effigie, Ali Mahmoud Ali Hassanein semble paisible mais diminué. «Être loin de son pays, ça vous coupe vos racines. Vivre en exil, c’est vivre en agonie», souffle-t-il.

Comme beaucoup de Soudanais engagés dans la vie politique, cet avocat représentant du Parti des unionistes démocrates – formation d’opposition fondée en 1967 – a subi la férocité du régime d’Omar el-Béchir qui, pendant trente ans, n’a toléré aucune voix dissidente. «J’ai passé treize ans de ma vie en détention. J’ai finalement quitté mon pays en 2009, après avoir reçu des menaces des forces de sécurité. J’avais pris position …

Figaro

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *