Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Situation actuelle du football malien: Les mêmes causes produisent les mêmes effets – MALI CANAL
Sports

Situation actuelle du football malien: Les mêmes causes produisent les mêmes effets

Le Football malien, de façon sempiternelle, de l’av douloureux de Monsieur Boubacar Baba Diarra à ce jour, ne connaît qu’une gestion chaotique et erratique. Le souci, pourtant clamé à satiété et sur tous les toits, en réalité, n’est pas, plus et n’a jamais été la défense prétendue du football malien encore moins l’avenir des jeunes footballeurs maliens.

A quoi, depuis pratiquement dix ans, assistons-nous?

aux tripatouillages des textes, aux mensonges, à la corruption, aux vols, à la division des acteurs pour régner, au favoritisme, à la politisation effrénée de la sphère du football… Et que de paroles d’honneur données et de promesses, la main sur le cœur, non tenues et non respectées quand, pourtant et cependant, nous fièrement être les descendants des fondateurs des grands empires et royaumes. Ceux-là, ces fondateurs mettaient un honneur à respecter la parole donnée, c’étaient les vrais »KANKELÉ TIGUI«. Pour preuves de nos dires, que n’a-ton pas vu, souffert et dénoncé par voie de presse depuis l’arrivée surprise et rocambolesque de l’actuel Comité Exécutif et de son Président, Mamoutou Touré, plus connu sous le sobriquet de » Bavieux », à la tête de notre football. Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), dans son Ordonnance du 23 décembre 2020, conformément à l’article R37 du Code de l’arbitrage en matière de sport, décide que: je cite: »Ordre est donné à la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT) de suspendre la tenue de l’Assemblée générale, prévue le 27 décembre 2020 jusqu’au prononcé de la phrase ou tout autre acte mis fin à la présente procédure «.

Qu’est-ce à dire?

En simple, que l’Assemblée générale ordinaire, préparée, en faute de tout bon sens, à coût de millions de nos francs, est convoquée par le Comité Exécutif de la FEMAFOOT en violation de tous les textes y dédiés. Ainsi, l’érection du Secrétariat de la FEMAFOOT en Commission électorale et de recours est d’une illégalité dépassant tout entendement. En effet, comment des individus, par vous, recrutés et rémunérés, peuvent-ils, en bonne conscience, assurer la police des élections futures et vous êtes, vous-mêmes, partie prenante? Ce qui est incroyable, inimaginable, inacceptable et au contraire à tout bon sens en d’autres lieux et sous d’autres cieux. La question qui taraude les esprits est: ce Secrétariat à la solde peutil, très honnêtement, être impartial? Une telle décision saugrenue a fait l’objet de plainte au niveau du TAS de la part du Collectif des ligues, des clubs et associations majoritaires (CLCAM) de la FEMAFOOT. L’autre problème, qui fait l’objet d’un litige irrésolu, est relatif à la 22è journée du Championnat national, qui a aussi et également fait l’objet d’une plainte en bonne et due forme au niveau du TAS. A ce stade, c’est le refus de la Commission Centrale de Discipline de Statuer, après sa saisine par le Collectif, sur les litiges ayant émaillé cette fameuse journée de Championnat. Ce refus catégorique de trancher des questions pendantes de validation de matchs à la suite de problèmes qualifiés par la FEMAFOOT, elle-même, de forfait est tout aussi incompréhensible. Mais le yoyo fait par le Comité Exécutif au niveau du TAS est d’une effarante tristesse; affirmer, en effet, devant le TAS que le Collectif n’a pas épuisé les voies de recours nationales quand c’est plutôt un refus obstiné de statuer sur la question est particulièrement sidérant et fait froid dans le dos au regard des responsabilités qui doivent être nôtres dans la gestion des affaires publiques. Nonobstant la foultitude de correspondances, à lui, adressées par le Collectif, le Comité Exécutif, devant la pertinence des arguments usités par le Collectif, comme à son habitude, a voulu passer en force afin d’entériner en assemblée générale sa gestion anachronique du football malien par l’organisation d’une Assemblée générale ordinaire sans aucun véritable fondement juridique.

Autres faits et actes posés par le CE de la FEMAFOOT

Dans la perspective de s’octroyer, en faute des textes, une majorité mécanique, le Comité Exécutif a ourdi, avec certains de ses membres et d’autres quidams inconnus au bataillon du football, un vaste complot aux fins de déstabilisation de la Ligue Régionale de Football de Ségou, dirigée par Monsieur Mamadou Sow, dont le mandat court encore jusqu’en Août 2022. Ce qui est un très mauvais souvenir pour les acteurs sérieux et honnêtes du football malien, car les observateurs avaient imaginé que cette pratique était révolue à jamais depuis l’ex-Comité Exécutif dirigé par Baba Diarra. Aujourd’hui, repenser à ré-utiliser un tel scénario ubuesque relève d’une méprise grossière même si ce sont les mêmes membres de l’ancien Comité exécutif qui ont été reconduits aux postes où ils exerçaient déjà si mal et de façon médiocre auparavant. D’autre part, une question importante demeure entière et doit faire l’essentiel et constituer l’essence de la future phrase du TAS. En effet, toutes les six Commissions »Indépendantes» prévues dans les nouveaux textes votés en assemblée, devant être mises en place par voie d’élections au même titre que le Comité Exécutif, ont été désignées par le président du Comité Exécutif et son bureau alors qu’il revient aux membres indépendants issus des élections de procéder au contrôle du CE dans toutes ses activités administratives, financières et sportives. Quand, de surcroît, ces membres dits »indépendants» se voient allouer par l’organe de nomination des rémunérations, en principe, interdites par nos textes, où est donc, dès lors, leur supposée indépendance? Sur un autre plan, notre incompréhension est également liée au silence assourdissant des autorités en place. Ainsi, nous rappelons que la Direction Nationale des Sports et de l’Education Physique a convoqué et écouté les parties à cette crise et un produit un rapport, à cet effet, dont les conclusions n’ont jamais reçu un début d’exécution. Quant à la tenue de l’Assemblée générale, les textes adoptés et imposés au forceps par l’entremise de M. Veron Omba Mosengo, représentant de la FIFA, ont prévu la mise en place de la Ligue professionnelle et de la ligue de football féminin; cependant, en attendant l’effectivité d’une telle décision, les mesures transitoires stipulées que les dix premiers du Championnat ont le droit de participer à l’Assemblée générale et d’y voter. Cependant, le Comité Exécutif, dans sa quête obsessionnelle de se donner une majorité mécanique, fonce, contre vents et marées, comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, et attribue illégalement des voix à tous les vingt-trois clubs ayant participé au dernier championnat 2019-2020; ce qui, en fait et en droit, constitue en soi une violation flagrante de nos propres textes. Cette autre violation, un des maillons du chapelet de violations répétées, a also and also fait l’objet d’une plainte au niveau du TAS. Par ailleurs, et pour la bonne bouche, nous insistons en attirant l’attention sur les trois mois de la gestion financière de l’actuel Comité Exécutif qui n’a fait l’objet d’aucun compte-rendu, ni d’aucune reddition qui est l’un des principes majeurs en matière de gestion des affaires sportives, actuellement. Enfin, nous pouvons, en bonne intelligence, affirmer et notifier aux amoureux du football malien que les conséquences de telles violations et pratiques entêtées de l’actuel Comité Exécutif pourrait conduire à un désastre certain: l’impossibilité de financer le prochain championnat; l’impossibilité d’organiser le prochain championnat; l’éventualité d’annuler le dernier championnat; la lancinante question des clubs montés en première division (D1) et la situation confuse des clubs relégués en division 2 (D2) et j’en passe…

Eviter d’ajouter le désordre au »bordel«

Face à cet éternel recommencement, par les mêmes individus, agissant avec les mêmes méthodes, le Collectif des Ligues, Clubs et Associations Majoritaires de la FEMAFOOT souhaite sportivement et sincèrement que les camps et les clans (les termes sont du Président actuel du Comité Exécutif) désarment leurs esprits afin de ne pas ajouter le désordre au «bordel» issue de la gestion actuelle de notre football. Que chacun, en son domaine et secteur, s’assume, étant entendu que s’assumer pour le Collectif veut dire et signifie que tout un chacun accepte et fasse l’effort de lire et / ou de relire intelligemment les textes régissant le football malien ou bien de se faire expliquer en toute neutralité afin que la vérité soit et que définitivement, nous quittions les camps et les clans pour le bonheur de notre football national. Nul au Collectif n’a rien contre le Comité Exécutif. Au Collectif, nous sommes des dirigeants de clubs et n’avons pas comme premiers soucis que la bonne marche de nos clubs par saison, la promotion du football malien par passion et l’avenir des jeunes footballeurs par responsabilité assumée depuis déjà belle lurette. Aussi, nous en appelons à la convivialité, la vraie et non celle mièvre et ennuyeuse. Voilà, pourquoi nous nous garderons ici d’évoquer et de faire cas, entre autres, des impairs de gestion quotidienne du CE actuel liés, d’une partie, à publié récente à Dakar des jeunes footballeurs maliens pour cause de coronavirus mal testé et, d’autre part, du problème, toujours pendant, du «dopage» de deux de nos meilleurs internationaux A au retour dans leur club professionnel après le match international du Mali à Windhoek, en Namibie.

Président du CLCAM Ancien Ministre, Officier de l’Ordre National

Source: l’Indépendant

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur