Vous devez respecter le droit d'auteur
Monde

Signature d’un accord historique entre les Etats-Unis et les talibans après 18 ans de guerre

Le texte prévoit le retrait progressif des troupes américaines en Afghanistan et l’ouverture de négociations de paix avec le gouvernement afghan.

Les Etats-Unis et les talibans ont signé, samedi 29 février à Doha, au Qatar, un accord historique qui doit permettre le retrait sous quatorze mois des troupes américaines d’Afghanistan après dix-huit ans de présence — la plus longue guerre des Etats-Unis — et l’ouverture de négociations de paix avec le gouvernement afghan. Il a été signé après une semaine de « réduction de violence » en Afghanistan, préalable à la signature de l’accord.

« La réduction des violences va continuer avec pour but d’atteindre un cessez-le-feu complet », a ajouté le président afghan dimanche en début de journée lors d’une conférence de presse à Kaboul, précisant que les talibans avaient été informés de cette décision par le général américain Scott Miller.

Peu avant la signature de l’accord, les talibans ont ordonné la suspension de toutes leurs opérations militaires en Afghanistan. Il s’agit de la deuxième interruption complète des attaques talibanes depuis le début du conflit à la fin de 2001, après un cessez-le-feu de trois jours en 2018.

Le président afghan revient sur la clause de libération des prisonniers

Les deux parties s’étaient également accordées pour échanger des prisonniers. « Plus de 5 000 prisonniers talibans et plus de 1 000 prisonniers (des forces afghanes soutenues par Washington) seront libérés d’ici le 10 mars », expose l’accord.

Mais, dimanche, le président afghan est revenu sur cette clause : « Il n’y a pas d’engagement à libérer 5 000 prisonniers », a-t-il souligné, avant d’ajouter : « C’est le droit et le propre souhait du peuple d’Afghanistan. Cela fait partie de l’agenda des discussions intra-afghanes, mais ne peut pas être un prérequis à des discussions ».

Le mollah Abdul Salam Zaeef,  l’un des responsables talibans, quelques heures avant la signature de l’accord, à Doha, le 29 février.
Le mollah Abdul Salam Zaeef,  l’un des responsables talibans, quelques heures avant la signature de l’accord, à Doha, le 29 février. GIUSEPPE CACACE / AFP

L’accord doit mettre fin à la plus longue guerre de l’histoire des Etats-Unis. L’invasion de l’Afghanistan, décidé par Georges W. Bush à la suite des attentats du 11 septembre 2001, avait chassé les talibans du pouvoir central, mais sans jamais réussir à unifier le pays. Les Etats-Unis ont dépensé plus de 750 milliards de dollars (680 milliards d’euros) dans cette guerre dont près de 2 000 GI ne sont jamais revenus.

Une signature américaine repoussée en septembre

C’est de cette « guerre sans fin » que Donald Trump veut sortir, afin de « ramener les gars à la maison », et réaliser l’une de ses promesses de campagne. Les négociations, engagées secrètement en juillet 2018 entre Américains et talibans, étaient sur le point d’aboutir en septembre dernier, avant que le président américain n’annule au dernier moment une signature prévue à Camp David, près de Washington.

Depuis, il a vivement soutenu son envoyé spécial pour ces négociations, l’ancien ambassadeur américain à Kaboul Zalmay Khalilzad. « Nous sommes à l’orée d’une opportunité historique pour la paix », avait assuré à l’approche de la signature le chef de la diplomatie américaine tandis qu’un chef des talibans, Sirajuddin Haqqani, affirmait dans le New York Times que « tout le monde » était « fatigué de la guerre ».

Malgré les critiques de certains observateurs qui estiment qu’elle concède trop pour trop peu, l’administration Trump assure que les garanties antiterroristes fournies par les insurgés répondent à la raison première de l’intervention américaine, les attentats du 11-Septembre.

Le gouvernement afghan doit prendre la suite

Parallèlement à la signature à Doha, les Etats-Unis devaient organiser samedi, selon des médias afghans, une cérémonie avec le gouvernement afghan à Kaboul.

Le président afghan Ashraf Ghani et le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, à Kaboul, le 29 février.
Le président afghan Ashraf Ghani et le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, à Kaboul, le 29 février. WAKIL KOHSAR / AFP

Celui-ci a dépêché dans la capitale qatarienne (où une trentaine de pays sont représentés) une petite délégation pour une « première prise de contact » avec les talibans. Après ces cérémonies, des négociations interafghanes devraient ensuite commencer relativement rapidement, dans une ville à déterminer — la capitale norvégienne, Oslo, a été évoquée par le passé.

Selon l’Organisation des Nations unies (ONU), entre 32 000 et 60 000 civils afghans ont été tués dans ce conflit.

Source : Le Monde

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *