Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité Politique URGENT

Si j’étais IBK : les pistes de solutions de sortie de crise de l’ex-ministre Hamed Sow au président de la République

Si IBK avait mis en œuvre les propositions formulées dans la tribune du Dr. Hamed Sow, publiée dans nos colonnes en novembre 2019 et développées dans une longue interview au début de l’année 2020, sûrement que le président de la République aurait pu faire l’économie de la crise actuelle. Dr. Hamed Sow n’est plus à présenter. Sûrement l’un des plus diplômés de nos leaders maliens (diplômé de l’Institut national des sciences et techniques nucléaires de Saclay-France – et titulaire d’un doctorat en économie de la production de la célèbre Université de Paris IX-Dauphine), Hamed Sow dispose d’une triple expérience :

– dans les institutions internationales : expert détaché auprès de la Commission européenne en charge de la coopération énergétique avec l’Asie, conseiller principal du Projet Energie II, financé par la Banque mondiale au Niger, directeur général du CDE- Bruxelles (une institution de l’Union européenne et du Groupe des pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique)

– dans l’administration publique : ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau – et conseiller spécial du président de la République (ATT) en charge des questions économiques, financières et de l’investissement

– dans le secteur privé : PDG de plusieurs groupes et fonds d’investissement dans les secteurs de l’énergie, des mines,  des infrastructures et du numérique. Après la fusion de sa FinTech avec un grand groupe leader dans la monétique et la transformation digitale, il y assure actuellement le poste de vice-président en charge du développement international.

i j’étais IBK, j’aurais tout mis en œuvre pour faire libérer Soumaïla Cissé, dans les tout-prochains jours. Si ce dernier est entre les mains des preneurs d’otages habituels, je satisferais toutes leurs demandes non insensées, aussi bien financières que celles portant sur la relaxation de leurs combattants détenus. Si “mon jeune frère” est entre les mains d’éléments incontrôlés, ayant agi à mon insu (comme semble le penser certains membres d’associations pour sa libération), alors qu’ils s’exécutent pour mettre immédiatement fin à cet acte de zélés irresponsables.

Suite à sa libération, je veillerais à ce que Soumaïla soit accueilli en héros national. Sa libération ferait tomber fortement la tension. Le FSP s’alignerait derrière son président. Mon autre jeune frère, l’iman Mahmoud Dicko, épris de paix et de cohésion nationale, comme il l’a encore démontré le 19 juin en amenant les manifestants à rentrer calmement chez eux, saurait saisir cette occasion pour nous sortir de l’impasse.

Si Allah subhänahu wa ta’äla décidait autrement, alors je demanderais au M5-RFP, de me proposer un Premier ministre de large consensus.  Dès la nomination du nouveau Chef de gouvernement, nous prendrions et mettrions en œuvre rapidement les décisions et mesures suivantes :

  1. Dissolution de l’Assemblée nationale et nouvelle élection entre décembre 2020 et juin 2021, avec un fichier électoral digne de foi. Dans l’entretemps,élaboration d’un nouveau code électoral.
  2. Mise en place d’une Assemblée constituante, placée sous l’autorité morale de l’iman Mahmoud Dicko et intégrant les leaders de M5 (1/3), les PRP de la mouvance présidentielle (1/3), les autres associations de la société civile (1/3). Elle sera dissoute dès la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale.
  3. Formation d’un gouvernement d’intérêt national, resserré de 26 membres maximums.

– En tant que Président de la République, je garderais la main sur les départements régaliens de l’Etat : ministères de la Défense, de la Sécurité intérieure, de l’Administration territoriale et des Affaires étrangères.

– Les ministères de production et de création des richesses et d’emplois : (i) Agriculture/Elevage/Pêche, (ii) Commerce/Industrie/PME/Secteur informel, (iii) Mines/Energie/Eau, (iv) Infrastructures/Investissement, (v) Economie numérique, (vi) Transports, (vii) Artisanat/Tourisme/Culture, (viii) Economie et Finances seraient confiés à des technocrates, choisis uniquement sur la base de leurs expertises, compétences et crédibilité. Ils seront mis à l’abri des soubresauts politiques pour les laisser le temps de conduire les réformes sectorielles nécessaires. Je laisserais le soin au Premier ministre de sélectionner ces ministres.

– Les 14 autres postes seraient répartis entre l’opposition et la majorité en tenant compte des équilibres régionaux, entre jeunes et moins jeunes, du genre. Cette dernière répartition sera aménagée en fonction des résultats des législatives. Je veillerais avec le Premier ministre à trouver ces équilibres idoines.

Les membres du gouvernement (sauf faute grave en cours de mission) auraient un mandat unique de 3 ans, à l’issue duquel, ils ne pourraient faire partie ni d’un nouveau gouvernement, ni avoir un mandat électif de 2023 à 2028. Il appartiendrait à Soumaïla Cissé, s’il est libéré à temps (Plaise au Bon Dieu), de tenir compte de cette contrainte dans sa décision d’être Chef du Gouvernement, ou de décider avec le Comité Stratégique du M5-RFP de me proposer un autre Premier ministre.

Moi IBK, pour ma part, je m’engage à respecter la Constitution en ne briguant aucun mandat en 2023 et à contribuer, sans aucun parti pris, à l’organisation d’élection transparente, crédible et apaisée. Le choix du Peuple malien serait respecté en 2023.

  1. Le gouvernement, dans un délai de 3 mois, devrait préparer un programme d’actions et une feuille de route trisannuels et les soumettre à l’approbation de l’Assemblée constituante et ensuite à la nouvelle Assemblée nationale, une fois mise en place. Le programme du Gouvernement d’intérêt national devrait traduire et mettre en œuvre les résolutions du Dialogue Inclusif National, aussi bien sur le plan sécuritaire, économique, social, environnemental que culturel.
  2. Mettre en place une nouvelle Cour constitutionnelle crédible, en y mettant des magistrats dont l’intégrité est reconnue.
  3. Dissoudre toutes les milices communautaires sur le territoire national. Exécuter publiquement leurs chefs récalcitrants.
  4. Mettre en place une Commission économique “Vérité, Réparation et Pardon” (CEVRP) constituée d’une dizaine de personnalités irréprochables : anciens “Végal”, magistrats, économistes, administrateurs, experts comptables. Cette Commission, très discrète et muette, pourrait être présidée par le Pr. Clément Dembélé. Elle donnerait la possibilité à tous ceux qui ne peuvent pas justifier l’origine de leurs fortunes d’avouer leurs forfaitures, de reverser 75 % de leurs revenus mal acquis à l’Etat. En retour, la nouvelle Assemblée nationale voterait une loi d’armistice pour “remettre les compteurs à zéro”.

Avec la mise en place de la plateforme AML (Anti-Money Laundering), nos prédateurs doivent savoir qu’avec une réelle volonté politique, il serait assez aisé de dénicher toutes leurs caches partout dans le monde. Les récalcitrants verraient tous leurs biens requis par l’Etat au nom du peuple et seraient lourdement sanctionnés. Dans la foulée,la nouvelle Assemblée nationale instaurerait la loi sur le délit d’apparence. Ainsi, dans le Mali de demain, toute personne qui serait incapable de justifier l’origine de ses biens se verraient spolier par la puissance publique et jeter en prison (c’est le modèle Kagamé).

Ces mesures pourraient permettre d’augmenter les salaires dans les services publics et de baisser les charges fiscales des entreprises privées, afin de les permettre d’améliorer les rémunérations de leurs employés.

  1. Après leurs passages devant la CEVRP, une dizaine de hauts gradés des Forces de défense et de sécurité, qui se sont particulièrement illustrés par leurs affairismes, serait envoyée dans les écoles et centres de formation militaire, hors du Mali, pour une durée minimale de 3 ans. Cette mesure clémente a pour but d’éviter toute déstabilisation au sein de nos institutions sécuritaires.
  2. Moi, IBK, je prendrais des mesures fortes au niveau familial. Plus aucun membre direct de ma famille ne jouerait un quelconque rôle dans les affaires de l’Etat. Après leurs passages devant la CEVRP, j’enverrai certains aller suivre des formations complémentaires hors du Mali, pour une durée minimale de 3 ans.
  3. La situation réelle de la pandémie Covid-19 sera sérieusement réévaluée, surtout après toutes les manifestations de ces derniers temps. Le programme d’urgence de lutte contre la pandémie sera effectivement mis en œuvre. Des mesures de relance économique et d’appui aux entreprises dans la perspective du post-Covid19 seront réalisées.

Dans le cadre des dispositifs de sortie de crise pandémique, nous demanderons au FMI et à la Banque mondiale, l’instauration du contrôle des prix pour une durée d’un an. Les marges sur les produits de première nécessité seront limitées à 10 % sur les prix CAF. Les commerçants récalcitrants verront leurs licences transférées à de jeunes opérateurs, qui seraient appuyés par l’Etat. Très rapidement, les Maliens devraient ressentir le vent du changement.

Et puis tout d’un coup, l’appel pour la prière d’Isha, à partir de mon iPhone, me sort de mes pensées, et je réalise que je ne suis pas du tout IBK. Après la prière, j’ai passé en revue mes idées, peut-être rêveuses. Je me suis posé la question s’il fallait-il les partager ? J’ai réalisé qu’elles feraient beaucoup de mécontents : les opportunistes d’un côté, les prédateurs de l’autre.

Les faucons des deux bords seraient même furieux. Qu’ils se rappellent cependant que l’histoire nous enseigne que ces sont les extrémistes qui font souvent les frais des accords post révolutionnaires.

Les mesures vues “dans la peau d’IBK” pourraient-elles servir de base de dialogue pour sortir le pays de l’impasse ? Elles ne sont certainement pas la panacée, elles ne satisferont entièrement aucun camp, mais elles pourraient, après avoir été amendées et complétées par d’autres acteurs sincères, servir de base de négociation pour une sortie de crise. Les protagonistes raisonnables d’un conflit finissent toujours par se retrouver autour d’une table. Surtout, s’ils sont guidés par l’intérêt national.

Dr. Hamed Sow

Source : Aujourd’hui-Mali 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *