Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité Politique

Selon les partisans de l’imam Dicko, “l’Assemblée nationale du Mali est sortie de l’illégalité pour aller dans l’illégitimité”

La CMAS de Mahmoud Dicko et d’autres partis et regroupements politiques ont tenu une conférence de presse ce 19 mai à Bamako. Les conférenciers très critiques contre le régime d’Ibrahim Boubacar Keita n’ont pas manqué les mots pour s’attaquer à la gestion actuelle du pays.

Lors de la conférence de presse tenue aujourd’hui 19 mai à Bamako, les partisans de l’influent imam Mahmoud Dicko ont évoqué tous les dossiers brûlants du pays. Après un tour d’horizon, Issa Kaou Djim, le porte-parole de l’imam Mahmoud Dicko, a comme d’habitude, taclé le gouvernement malien. Dans ses critiques, la Cour constitutionnelle, la sixième législature présidée par Moussa Timbiné entre autres.

“La Cour constitutionnelle dirigée par Manassa Danioko est devenue une association au service du président Ibrahim Boubacar Keita. La preuve est qu’aujourd’hui, les députés qui sont élus ne sont pas représentatifs du peuple malien. Parmi eux il y a des députés achetés, des députés nommés. Certains sont achetés, d’autres sont vendus”, dénonce Issa Kaou Djim, le coordinateur de la Coordination des mouvements et associations et sympathisants de soutien à l’imam Mahmoud Dicko ( CMAS ) et porte-parole de l’imam Mahmoud Dicko, dans un ton révoltant.

Avant d’ajouter : “on est sorti de l’illégalité pour aller dans l’illégitimité”, faisant référence à l’élection des députés de la 6è législature. Selon lui, entre la fin du mandat des députés et le renouvellement de l’Assemblée nationale, le vote du peuple n’a pas été respecté.

“La Cour constitutionnelle n’est plus légitime”

La proclamation des résultats des législatives de la Cour constitutionnelle dirigée par Manassa Danioko a irrité plus d’un au Mali. Nouhoum Sarr, président du Front africain pour le développement (FAD), présent dans la salle s’aligne en droite ligne dans les accusations émises par Issa Kaou Djim. Lui qui est candidat malheureux aux dernières législatives livre également sa version : “Ils ont mis la Cour constitutionnelle à leur disposition. Même si on gagne, s’ils ne le valident pas notre victoire, on la perd”. “Faire de la Cour constitutionnelle ce qu’on veut, on ne va pas accepter cela”, soutient le président du FAD.

Le regroupement “Espoir Mali Kura”, crée le 14 mai 2020, partage également l’idéologie de la CMAS. Son représentant Tiemogo Mahamane Maiga est droit dans ses bottes. “Nous partageons les idées de la CMAS. Nous avons la même vision, c’est pourquoi nous allons nous mettre ensemble pour trouver une solution aux problèmes de notre pays”, déclare-t-il.

Le conférencier principal, Issa Kaou Djim, n’a cessé de rappeler que ladite rencontre “n’est pas une démarche de la CMAS, c’est une démarche du peuple malien”. “C’est ensemble qu’on va défendre le peuple, donner de la force à notre combat. Nous sommes contre la violence politique, contre la violence physique. Nous sommes démocrates”, prévient le très critique coordinateur de la CMAS.

Les conférenciers du jour n’ont donné aucune date de manifestation mais rassurent qu’une sortie sera annoncée très bientôt pour manifester contre le régime d’Ibrahim Boubacar Keita.

Mohamed Salaha

Source : Zaharainfos.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *