Vous devez respecter le droit d'auteur
Environnement

Sauvegarde des forêts du Mali : les ‘’poumons verts’’ du pays en voie de disparition à cause des activités nuisibles

Le Directeur général des Eaux et forêts du Mali l’inspecteur général Ibrahim Ag Sindibla a animé un point de presse, le lundi 15 Juin 2020 à la Direction générale des Eaux et forêts sur l’état des forêts du pays. L’inspecteur général a fait l’état de lieux des poumons verts du Mali que sont ses forets tout en dénonçant les agressions dont elles sont victimes de par les activités humaines nuisibles ainsi que d’autres activités contribuant à leur disparition.

Le Directeur général des Eaux et forêts du Mali l’inspecteur général Ibrahim Ag Sindbla a entamé ses propos en démontrant l’énorme rôle que jouent les forêts sur la qualité de l’air que nous respirons. Selon lui, Les arbres éliminent la pollution atmosphérique gazeuse principalement par absorption à travers les stomates de leurs feuilles, mais captent aussi certains gaz sur la surface de la plante. Les arbres ont de surcroît un effet direct sur les particules en suspension dans l’atmosphère grâce à l’interception de particules, l’émission de particules (notamment le pollen) et à la remise en suspension des particules captées à la surface de la plante.

Un nombre considérable de particules parmi celles interceptées finissent par être remises en suspension dans l’atmosphère, sont emportées par la pluie ou tombent à terre en même temps que les feuilles et les brindilles. De ce fait, la végétation ne constitue qu’un lieu de stockage temporaire pour beaucoup de particules atmosphériques. Quant à l’élimination des polluants gazeux, elle a un caractère plus permanent car les gaz sont souvent absorbés à l’intérieur des feuilles où ils subissent une transformation.

« Chaque année nous perdons a peu prés 100 000 Hectares des terres, 40% du pâturage est brulées » a cause des pratiques humaines nuisibles qui contribuent à la déforestation et nous expose à des dangers déplore-t-il. Le Directeur général des eaux et forêt du Mali a expliqué que sur les 107 forêts classées du Mali, que beaucoup sont victimes d’agressions tout en divulguant que les conséquences de ces actes nuisibles risqueront de causer des dégâts environnementaux majeurs comme les dérèglements climatiques, raréfaction des ressources forestières, les inondations etc. l’inspecteur général a profité pour lancer un vibrant appel a tous les amis de la nature à se joindre à eux pour sauver les forêts qui constituent les poumons verts du pays.

« Si des mesures draconiennes ne sont pas prises nous ferons recours aux autres pays pour avoir même du charbon de bois » déclare-t-il avant de montrer dévouement des agents des eaux et forêts dans la protection de la flore et de la faune malienne, un dévouement qui selon lui perpétuera  afin de sauver les ressources sylvicoles du pays. L’inspecteur général Sindibla n’a pas manqué de mentionné es difficultés auxquelles ils sont confrontées afin de mener à bien leurs missions comme le manque de ressources humaines, de moyen etc. Quant à la campagne de reboisement 2020, il a informé qu’elle aura lieu en juillet et que c’est 30 000 hectares qui doivent êtres reboisées soit environs 25 millions de plants.

Moussa Samba Diallo

Source : le Républicain

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *