Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Santé: L’AMPLEUR DE LA DÉPIGMENTATION DE LA PEAU AU MALI – MALI CANAL
Santé Société

Santé: L’AMPLEUR DE LA DÉPIGMENTATION DE LA PEAU AU MALI

Au fil des ans, le blanchiment de la peau a pris des proportions inquiétantes dans notre pays au point de devenir aujourd’hui une source de préoccupation majeure
Si dans un passé lointain, il n’y avait au Mali que des femmes au teint couleur de café grillé, des femmes couleur banane d’or, des femmes couleur terre des rizières, aujourd’hui, lorsqu’on se promène dans la plupart des villes, on remarque que les femmes au teint noir ne sont pas les plus nombreuses. En effet, beaucoup de nos sœurs pratiquent la dépigmentation communément appelée «tchatcho».
Il n’est donc pas étonnant de rencontrer des femmes à deux ou trois couleurs de peau. Les plus malchanceuses se retrouvent avec un visage brûlé au second degré, des tâches et points noirs sur le corps, des vergetures sur les seins, la poitrine et les cuisses…
Les motivations sociologiques profondes qui sous-tendent un tel comportement, les multiples conséquences socioculturelles, économiques et surtout cliniques sont autant de prétextes qui ralentissent souvent la lutte contre la pratique de la dépigmentation.
L’ampleur de ce nouveau phénomène de société invite à s’intéresser à la question.
D’abord un petit rappel. Le pouvoir du blanchiment de la peau par une substance appelée hydroquinone fut découvert dans les années 60 aux Etats-Unis par des Afro-américains. Ce sont des ouvriers noirs, qui travaillaient dans le domaine du textile et du caoutchouc qui, quotidiennement, étaient en contact avec l’hydroquinone, substance que l’on utilise pour le délavage de jeans et également comme un antioxydant sur le caoutchouc. Cette même substance chimique est utilisée dans la peinture et l’huile. Comme ces ouvriers travaillaient sans protection, ils ont pu voir à la longue l’effet blanchissant que ce produit toxique avait sur eux. C’est ainsi qu’est née la dépigmentation intentionnelle de la peau qui se propagea dans la communauté noire et le continent africain ne fut que la cible privilégiée».
Cela dit, l’évaluation de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) publiée en 2011, cite des études qui faisaient état d’une prévalence du phénomène de l’ordre de 25% de la population malienne en 1991 dont 67% des femmes. «La proportion des femmes qui ont eu recours à cette pratique dans leur passé ou de façon occasionnelle serait encore plus importante», conclut le rapport.
Fatoumata Napho, journaliste au teint bien noir, pense qu’il y a deux façons de procéder à la depigmentation; et elles sont fonction de la nature des produits. Il s’agit de la forme cutanée et de la forme intraveineuse. La journaliste explique que la forme cutanée revient à appliquer directement sur la peau des produits de beauté contenant des agents éclaircissants (Ces produits de beauté pouvant être de la crème, du lait de beauté, du savon de toilette, etc.). La forme intraveineuse, elle, consiste à utiliser des seringues pour injecter dans l’organisme des produits contenant des corticoïdes, précise la jeune dame ajoutant qu’elle préfère garder son teint naturel vu que sur son passage beaucoup de personne la complimente. La journaliste conclut que la dépigmentation a des conséquences sur la peau et la santé en général des personnes qui la pratiquent.
Rachel Diarra, une étudiante en journalisme, se penche sur les nombreuses complications cutanées, à l’instar des dermatophytes, de la gale, des folliculites superficielles ou profondes, des vergetures irréversibles, des acnés, pour dire qu’elle préfère préserver sa santé, elle choisit des crèmes non dangereuses pour la peau humaine comme le beurre de karité.
« Le choix de recourir à la dépigmentation par les Maliennes n’est pas un choix libre. Car ces femmes subissent une forte influence. Si ce ne sont pas les amies, c’est le conjoint qui les pousse à acheter le premier tube. Le Dr Fatimata Ly souligne que « la principale motivation des femmes est d’ordre purement esthétique, avec 89 % des cas».
Elle ajoute que « certaines femmes (qui représentent 11 % des cas) avaient recours à cette pratique dans un but thérapeutique». En effet, 41 % des femmes étaient souvent guidées par « un suivi de la mode ainsi que par l’imitation des relations».
Un événement social comme le baptême ou le mariage «est souvent un facteur déclenchant dans 18 % des cas».
Dr Ly renseigne aussi que «certaines femmes semblent également utiliser ces produits pour soigner des dermatoses comme l’acné». L’étudiante Adiara Diarra indique que dans certains cas, ce sont les hommes qui tacitement ou directement encouragent le «tchatcho». Certains le financent même, car ils veulent des femmes au teint clair. C’est un constat, observe-t-elle. Ceci étant, les hommes ont la lourde responsabilité d’éradiquer le mal par une réorientation ou redéfinition de leurs critères objectifs ou subjectifs de beauté, indique la jeune dame.
Issa Baradian TRAORE

Une des femmes victimes de la dépigmentation

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur