Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Sahel/attaques jihadistes: le président burkinabè appelle à “plus d’actions concertées” – MALI CANAL
Afrique

Sahel/attaques jihadistes: le président burkinabè appelle à “plus d’actions concertées”

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a appelé jeudi à “plus d’actions concertées” dans la lutte contre les groupes jihadistes dont les attaques se multiplient dans les pays du Sahel. “La rencontre qui s’ouvre et dont l’objectif est de contribuer à la lutte contre le terrorisme dans la sous-région prouve à souhait l’importance de plus d’actions concertées pour venir à bout de la menace terroriste”, a déclaré M. Kaboré, président en exercice du G5 Sahel, lors d’un forum sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme à Ouagadougou.”Le terrorisme est un affront aux valeurs communes (…), c’est à juste titre qu’il devra être combattu partout où il sévit. Il nous appartient dans les conditions actuelles (…) de relever le défi, en démontrant notre commune volonté de transcender nos différences et nos intérêts individuels pour ne voir que l’essentiel: faire de nos pays un havre de paix”, a poursuivi le président burkinabè à l’ouverture du forum organisé par le Groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’ouest (GEPPAO).”Dans cette quête, nous sollicitons la contribution ferme et engagée de la communauté internationale et de tous les hommes épris de paix, de justice et d’équité, car c’est ensemble que nous viendrons à bout du péril terroriste”.De son côté, Michel Filiga de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) a souligné : “Depuis plusieurs mois, la situation sécuritaire dans l’espace Uemoa reste dominée par la persistance de la menace terroriste et ses activités connexes telles que l’extrémisme violent, le trafic de drogue, d’armes et d’êtres humains”. “Les problématiques auxquelles sont confrontés ces trois pays (Mali, Niger, Burkina) concernent le manque de ressources humaines, matérielles et d’infrastructures au niveau des forces de défense et de sécurité, la montée de l’insécurité et du sentiment d’abandon des populations, la pauvreté et les recrutements terroristes”, a-t-il indiqué. Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d’attaques jihadistes régulières depuis le premier trimestre 2015, notamment dans le nord et l’est du pays.Selon un comptage de l’AFP, les attaques attribuées aux groupes jihadistes Ansarul Islam et au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et à d’autres groupes, ont fait plus de 450 morts depuis 2015.

Source: AFP

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur