Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Revoilà Oulé à la tête de la Cafo : la justice rétablit l’ordre et la vérité ! – MALI CANAL
Société

Revoilà Oulé à la tête de la Cafo : la justice rétablit l’ordre et la vérité !

Le feuilleton judiciaire qui avait suspendu pendant 2 ans toutes les activités de la coordination des associations et ONG féminines du Mali (Cafo) et divisé les femmes, a connu son épilogue. En cassation, la 2e Chambre civile de la Cour suprême par l’arrêt n°389 du 30 décembre 2019 a définitivement vidé le dossier en réhabilitant Mme Dembélé Ouleymatou Sow affectueusement appelée « Ouley » dans son poste de présidente de la faitière des femmes maliennes.

En effet, cette décision de justice rendue en dernier ressort tourne la page Oumou Touré qui a régné en maitresse absolue durant un quart de siècle sur la Cafo, créée en 1992. L’heure est au rassemblement. C’est pourquoi, lors de la conférence de presse du jeudi dernier 23 janvier sur « la situation de la Cafo », la nouvelle présidente de la Cafo, Mme Dembélé Ouleymatou Sow, élue depuis le 30 décembre 2017 au mémorial Modibo Keïta à l’issue de l’assemblée générale nationale extraordinaire de la faitière a lancé un appel pressent et un cri de cœur aux femmes d’être unies et solidaires pour soutenir le pays en souffrance. C’était en présence de Me Koto Traoré, avocat commis pour la défense dans cette affaire de présidence de la Cafo qui a opposé le bureau de « Ouley » à Mme Keïta Fatoumata Cissoko. Outre la secrétaire générale de la Cafo, Mme Sangaré Nana Coulibaly, on notait également la présence des femmes venues des six communes du District de Bamako et environs, de Ménaka, Gao, Tombouctou, Mopti, Kayes, Sikasso, Ségou, Kita. A cette occasion, Ouley a déclaré que « la récréation est finie ». Car, selon elle, le Mali a besoin des femmes pour se sortir de la crise. C’est pourquoi, elle a affirmé que : « nous ne saurions être dans cette récréation permanente ». A en croire Mme Dembélé, étant un acquis de la démocratie, la Cafo est une chance pour les femmes de s’épanouir et de pleinement jouer leur partition dans la reconstruction du pays. Soutenant sa thèse, la présidente de la Cafo a déclaré : « Notre mission est de jeter les bases d’un changement qui devront se poursuivre dans la durée, afin de garantir une prise en compte des préoccupations des femmes du Mali ».
Les 6 axes prioritaires de l’action de « Ouley »
A ce titre, elle a donné l’assurance à ses consœurs de s’engager afin que l’institution puisse les représenter valablement et dignement partout où besoin sera. Pour ce faire, Ouleymatou a dévoilé les 6 axes prioritaires de son action. Il s’agit de : « une réorganisation de la Cafo pour plus d’enracinement de sa gouvernance ; un programme d’accompagnement des organisations et ONG féminines à travers toutes les régions du Mali ; un vaste programme de promotion, de protection et de suivi des femmes du Mali ; un programme ambitieux sur les Droits et Devoirs des femmes avec une emphase sur les Violences Basées sur le Genre (VBG) ; la mise en place de plateforme sectorielles au niveau national pour coordonner l’action des organisations féminines par secteur ; la participation des femmes aux processus électoraux et à la gestion de la crise ».
Tendant sa main à toutes les femmes y comprises les frondeuses, Ouley a indiqué que le bureau qu’elle dirige n’est contre personne. Cependant, Ouley a précisé que : « nous ne laisserons personne tuer la Cafo. La Cafo du Mali est la meilleure expérience en Afrique ». La nouvelle présidente de la Cafo a insisté sur l’audit des actions du bureau sortant. Expliquant et donnant des précisions sur la procédure du dossier, Me Koto a juré que la justice a validé et reconnu le bureau de la Cafo que préside Mme Dembélé Ouleymatou Sow. Selon lui, tout autre bureau est nul et nul effet. Il a poursuivi en soulignant que : « Il n’y a plus de problème à la Cafo. La justice a définitivement tranché le différend et réhabilité les résolutions du 30 décembre 2017. La Cafo est désormais dans la légalité et rétablie dans le droit ».

Jean Goïta

Source : La lettre du Peuple

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur