Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Recherche scientifique au Mali :  Les résultats des projets financés par le FCRIT disponibles… – MALI CANAL
Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Recherche scientifique au Mali :  Les résultats des projets financés par le FCRIT disponibles…

 

Le lundi 15 février à l’hôtel Maeva, sous la houlette du secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, s’est tenu l’atelier des restitutions des résultats des projets financés par le Fonds Compétitif pour la Recherche et l’Innovation Technologique (FCRIT). C’était en présence, des directeurs d’instituts de recherche scientifique dont le Dr Mohamed d’Hamed Baba de Tombouctou membre de la Commission Scientifique du FCRIT.

Selon le représentant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, conscient du rôle moteur joué par la science et la technologie dans le développement des nations, le gouvernement du Mali a créé le Fonds Compétitif pour la Recherche et l’Innovation Technologique (FCRIT) par la Loi n°2011-062 du 25 novembre 2011, en vue de booster la production scientifique et faire face aux défis du développement. A l’heure actuelle, à ses dires, la science et la technologie ne profitent qu’aux multinationales et aux pays riches, qui sont en avance dans les domaines de la Science et de la Technologie, et ce sont ces pays qui ont le leadership mondial et la primauté sur les marchés. Au égard à cette fracture au plan scientifique et technologique, les disparités entre les régions, en matière de développement et d’échange commercial ont augmenté depuis plusieurs décennies. « Les pays à faible potentiel scientifique et technologique ne peuvent donc pas faire face à la concurrence et ne pourront pas être au rendez-vous de la mondialisation. » A-t-il regretté. Poursuivant, à l’échelle du Mali également, il dira que la recherche scientifique rencontre des difficultés certaines qui sont entre autres ; la faiblesse du niveau de financement de la recherche à l’échelle nationale, la faible articulation de la recherche avec les priorités nationales de développement. La faible collaboration entre les établissements en charge de la recherche; la faible capacité des structures de coordination à appuyer les institutions de recherche; l’insuffisance et la faible valorisation de la production scientifique. Pour le représentant du ministère de tutelle, C’est la raison pour laquelle le Gouvernement du Mali a signé et ratifié divers protocoles et Conventions à l’échelle régionale et internationale, entre autres – l’Agenda 2063 de l’Union Africaine avec sa Stratégie 2024 qui mettent en évidence l’importance de la science, de la technologie et de l’innovation afin d’éradiquer la faim, atteindre la sécurité alimentaire, prévenir et lutter contre les maladies, protéger l’environnement, favoriser la cohésion sociale et la création des richesses ; la Conférence de Paris sur le développement Durable tenue en 2015, qui avait demandé aux Etats membres de consacrer 1% de leur PIB à la Recherche et au Développement d’ici 2030. Ensuite Bien qu’ayant reconnu le rôle du secteur privé dans le financement de la recherche, selon lui, la Conférence avait mis l’accent sur la mobilisation des ressources domestiques. Fort de ces constats, il dira que le Mali a investi 0,2% de ses recettes fiscales dans la recherche, ce qui dénote la volonté du gouvernement malien de développer la science et d’atteindre les objectifs fixés par l’ONU et l’Union Africaine. Aux dires de Dr Mohamed, Directeur de l’Institut de Recherche Hamed Baba de Tombouctou, « Cet atelier va nous permettre de connaître plusieurs lignes de recherche car nous avons plus d’une quarantaine de rapports à analyser pour comprendre ce qui a été réalisé par nos chercheurs. Il y aura bien-sûr des recommandations fortes nous permettant d’aller de l’avant. Par exemple à l’Institut que je dirige, nous avons un dossier qui concerne la pharmacopée des manuscrits de Tombouctou. Donc notre présence ici à cet atelier est de contribuer au développement de la recherche scientifique au Mali. »

Ben Chérif l enqueteur 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *