Vous devez respecter le droit d'auteur
Environnement

Réchauffement climatique : « l’Afrique abrite des pays qui sont, ou risquent de devenir des États faillis, des États sans gouvernance environnementale efficace », selon un rapport

Dans son « Rapport annuel sur la géopolitique de l’Afrique », le Policy Center fait mention de la transition écologique et du changement climatique en Afrique. Ce think-tank marocain invite à appuyer les efforts d’adaptation du continent africain. « Plus que toute autre région du monde, l’Afrique abrite des pays qui sont, ou risquent de devenir des États faillis, des États sans gouvernance environnementale efficace », peut-on lire dans le rapport annuel de la Policy Center, qui déplore le fardeau que subit l’Afrique en matière de réchauffement climatique. Ce continent contribue moins au réchauffement de la planète, mais subit les conséquences désastreuses de ce phénomène.

Policy center souligne la problématique que constituent les États-Unis dans cette situation, un pays qui émet 25% des gaz à effet de serre. « […] Les États-Unis ne représentent que 5 % de la population mondiale, mais ses sur-consommateurs émettent près de 25 % des gaz à effet de serre de la planète, en brûlant du pétrole, du gaz et du charbon pour conduire des voitures, produire de l’électricité et faire tourner leurs industries », lit-on dans ce document.

Face à la situation d’injustice qui s’impose au continent africain en matière de réchauffement climatique, il est plus qu’urgent que des interventions rapides se fassent. Pour ce faire, une transition écologique est nécessaire en Afrique. Selon le Policy Center, « Le continent africain a besoin d’un nouveau paradigme et d’une nouvelle réflexion sur la structure économique et la transformation sociale. »

Sans des réactions rapides, des secteurs comme l’énergie, l’eau, l’industrie, l’agriculture, le tourisme, etc., sentiront les conséquences du changement climatique en Afrique. Ce phénomène pourrait également impacter sur les ressources et les modèles migratoires, estime-t-on. Sans aide extérieur, il serait difficile, voire impossible pour l’Afrique de supporter les coups de l’adaptation qui oscillent entre 20 et 30 milliards de dollars par an « au cours des prochaines décennies, jusqu’à 60 milliards de dollars par an d’ici 2030 ». « […] Il convient de tenir compte de la nécessité de financer l’adaptation au changement climatique et son atténuation en Afrique. C’est pourquoi, les pays devraient adopter une nouvelle stratégie dans les négociations internationales », estime le Policy Center.

Rappelons que le Policy Center for the New South (PCNS) « est un think-tank marocain dont la mission est de contribuer à l’amélioration des politiques publiques, aussi bien économiques que sociales et internationales qui concernent le Maroc et l’Afrique, parties intégrantes du Sud global ».

Fousseni TOGOLA

Source : Le Pays

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *