Vous devez respecter le droit d'auteur
Editos / Contributions

Quand les journalistes étrangers corrigent les anarchistes maliens !

L’opposition malienne est-elle républicaine ou putschiste ?
Dans les réunions, on parle plus de stratégies pour renverser le pouvoir, à travers une insurrection populaire à laquelle se rallierait éventuellement l’armée, que de vision pour un Mali différent qui fédérerait toutes les forces acquises au changement démocratique.
Les uns affirment vouloir contraindre le président IBK à la démission pendant que d’autres appellent –dans des termes à peine voilés- l’armée à intervenir pour, affirmer t-ils, “écourter les souffrances du peuple”. Pendant qu’elle s’épuise à échafauder toutes sortes de scénarios pour mettre un terme au régime de façon anti-démocratique, cette opposition malienne visiblement putschiste se laisse devancer sur le terrain par un pouvoir qu’elle affirme pourtant qu’il a été vomi par le peuple.
2023 c’est déjà demain et si toute la stratégie de l’opposition malienne se résume à mettre un terme au régime avant l’échéance constitutionnelle, j’ai bien peur que le pouvoir lui échappe à nouveau. IBK pourrait se voir succéder au palais de Koulouba par un de ses poulains. Tous les observateurs avertis et analystes avisés sont, en effet, unanimes sur quelques convictions: il n’y aura ni démission du président IBK, ni coup d’État. Le pouvoir, c’est par les urnes qu’il faudra le conquérir.
Reconnaître que certaines choses ne fonctionnent pas bien au Mali sur le plan institutionnel est un euphémisme. Mais que ce constat n’appelle qu’à un changement anti-démocratique du régime a quelque chose de détestable.

Ce qui est vrai, est vrai !

Nota : lundi ou mardi, s’il plaît au Seigneur, je publie : “Cameroun : franck biya succédera à son père à la tête de l’État”. Extrait : “Dans les milieux introduits de Yaoundé, on le surnomme ‘demi-dieu’. Il se dit même -dans les couloirs du palais présidentiel- que c’est déjà lui le boss (…) Pendant ce temps, l’opposition -ou du moins ceux qui s’en réclament- sont plus occupés à tirer sur le chef de l’opposition, Maurice Kamto…”.

Journaliste Saïd Penda

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *