Vous devez respecter le droit d'auteur
Economie

Promouvoir les petites et moyennes entreprises agricoles : JCAR et la BNDA agissent ensemble à Koutiala

Dans le cadre du partenariat JCAR-BNDA, la capitale de l’or blanc, Koutiala, a accueilli, les   30 et 31 Août 2019, les acteurs du secteur agricole de la région, et des cadres de la BNDA autour du thème « Comment envisager les mécanismes de promotion et de développement des petites et moyennes entreprises agricoles (PMA) ». Pour accompagner les responsables des deux structures, Lassine Coulibaly, directeur commercial de la BNDA et Abdrahamane Maiga, président de JCAR, le représentant du préfet du cercle de Koutiala, M. Souleymane Tembely, le représentant du maire Oumar Dembelé et le coordonnateur de l’ONG AMEDD, Oumar Samake, ont témoigné de leur présence à cette rencontre.

 

Sensibiliser les acteurs du monde rural sur l’engagement et la disponibilité de la BNDA, la plus grande institution financière malienne investi dans le monde agricole, à faire de ce secteur, un véritable levier de développement au Mali était l’objectif de cette rencontre. Oui, faire des petites et moyennes entreprises agricoles, des secteurs sûrs pour un développement économique durable, en leur apportant l’appui et l’accompagnement nécessaire, tant sur le plan technique que financier.

Pour le représentant du maire Oumar Dembélé, le thème de l’atelier interpelle à plus d’un titre, en raison du « statut agro-sylvo-pastoral du Mali ».

Selon lui, ce partenariat permet aux acteurs impliqués dans ce secteur d’échapper au tribunal de l’histoire, car pouvant s’inscrire dans les annales des grandes actions en faveur le développement du Mali.

Le Directeur commercial de la BNDA, M. Lassine Coulibaly, a indiqué que le cercle de Koutiala est une zone stratégique pour la Banque nationale de développement agricole, BNDA en raison de son statut de première localité en termes de décentralisation des services de l’institution financière. Il a rappelé aussi que c’est à Koutiala qu’a été installée la première agence de la BNDA au Mali, d’où toute l’importance, d’ailleurs, du choix de la localité pour cette rencontre d’échange et de sensibilisation. Selon lui, le Mali doit se tourner vers l’agriculture en y investissant considérablement, car, estime-t-il, que c’est à travers le secteur agricole que beaucoup de pays se sont développés dans le monde.

Pour le président du « Journalisme citoyen action pour la république » JCAR, M. Abdrahamane Maiga, se réunir autour du développement des petites et moyennes entreprises est un symbole citoyen qui concerne aussi l’avenir et de la souveraineté du Mali.

Quant au premier adjoint au préfet du cercle de Koutiala, M. Souleymane Tembely, il laisse entendre de son côté que cet événement, fruit de la collaboration entre une association citoyenne de presse, JCAR et établissement bancaire, BNDA   restera gravé dans les mémoires. Selon lui, la présente rencontre permettra d’ouvrir une vraie page de l’histoire sur l’émergence du Mali, cela à cause de l’accent particulier qui sera mis sur la formation et à l’information pour un meilleur renforcement des capacités tant sur le plan professionnel qu’au niveau des acteurs et promoteurs des vies secteurs. Cette rencontre, selon le représentant du préfet de Koutiala, est la manifestation de la volonté soutenue de faire du Mali, un pays à l’avant-garde de la prospérité de l’Afrique, surtout au regard des objectifs de développement. Il explique qu’une formation n’est jamais de trop en exhortant les responsables des deux structures de poursuivre avec cette initiative afin de permettre aux différents acteurs impliqués de mieux penser au devenir industriel du Mali. Durant ces échanges, le directeur commercial de la BNDA, Lassana Coulibaly a expliqué aux acteurs du monde agricole que la BNDA, après des enquêtes de terrain avec des experts, a repéré des problèmes comme la mauvaise pluviométrie et l’insuffisance de terres cultivables et autres. C’est pourquoi la BNDA a, selon lui, voulu élargir ses activités au niveau de ce secteur en vue de le rendre encore plus productif.  Selon le directeur, beaucoup de formations des agents techniques ont été réalisées pour combler le besoin sur le terrain tout en tenant compte du suivi et évaluation des activités. Dans cette optique, à ses dires, la politique nationale de subvention des tracteurs a été supportée par la BNDA à hauteur de 80% en 2015.  Le responsable commercial de la BNDA a indiqué son appui les paysans dans plusieurs autres domaines, à savoir le prêt des fonds, des équipements agricoles, l’aménagement des terres pour une maîtrise totale de l’eau, etc. Mais aussi dans l’élevage et la vente du bétail.

Le Coordinateur de programme de l’AMEDD, Association malienne d’éveil au développement durable, M. Oumar Baba Samake n’a pas manqué de son côté de souligner quelques grandes difficultés dont sont fréquemment confrontés les agriculteurs du monde rural pour avoir l’accompagnement des institutions financières. Tout en rappelant le grand intérêt pour les établissements financiers de soutenir ledit secteur, M. Samake a indiqué les missions de l’ONG AMEDD qui sont de soutien au développement de la chaîne de valeur agricole, avec un accent particulier sur la transformation des produits alimentaires.  Selon lui, durant les trois dernières années, la prestation de son service a permis d’obtenir près de 700 millions de prêts au profit des acteurs œuvrant dans le dans le cadre de l’investissement durable.

Un autre temps fort de cette rencontre était la remise de distinctions à certaines personnes ou ONG acteurs influents du développement à Koutiala. Il s’agissait, entre autres, du chef de village M. Tianzié Coulibaly, de Anfa coulibaly, au nom de la CMDT, de Oumar Samake, au nom de l’ONG AMEDD, de la présidente des femmes, Mme Kone Kadiatou Kone, du représentant des cotonculteurs etc.

ISSA DJIGUIBA

Source : Le Pays

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *