Vous devez respecter le droit d'auteur
Economie

Projet colibri de l’organisation mondiale des douanes : Une opportunité pour les pays d’Amérique latine, les Caraïbes et l’Afrique de l’Ouest

Le Directeur général adjoint de la Police nationale, le contrôleur Général Moussa Boubacar Mariko, a rencontré le mardi 28 janvier 2020, dans la salle de conférence de la Direction Générale de la Police Nationale, une délégation conduite par Sylvain Raymond de l’Organisation mondiale des douanes (OMD).

C’était en présence des Directeurs et Chefs de services de la Police Nationale. La délégation était porteuse d’un projet appelé « Colibri » qui a pour objectif la surveillance et le contrôle de l’aviation générale le long de la route de la cocaïne et relever le défi de la sécurisation de ce vecteur sensible en renforçant la coordination internationale entre les administrations en charge de la lutte contre la fraude.

Selon le Rapport sur le commerce illicite de 2017 de l’Organisation mondiale des douanes, le commerce de cocaïne a augmenté de 16,2%. Les autorités douanières de 105 pays ont indiqué que sur l’ensemble des saisies de drogues, 13,8% concernaient la cocaïne. L’Organisation mondiale des douanes (OMD) et l’Union européenne (UE) unissent leurs efforts pour appuyer leurs membres et partenaires à relever le défi que représente le crime organisé en Amérique latine, dans les Caraïbes, ainsi qu’en Afrique de l’Ouest et du Centre. Le nouveau projet Colibri, mis en œuvre dans le cadre du programme Route de la cocaïne financé par l’UE, cible spécifiquement l’Aviation générale (AG), un vecteur qui regroupe toutes les opérations de l’aviation civile à des fins autres que le transport commercial. Bien que la plupart des aéroports civils soient ouverts à l’AG, de nombreux aérodromes secondaires ne sont pas soumis à certaines règles administratives, telles que les redevances d’atterrissage ou de stationnement, les restrictions d’exploitation, ou voire même exonérés de contrôles. En outre, l’aviation générale n’est pas soumise aux mêmes mécanismes d’inspection de la police ou des douanes et les mesures de sécurité des vols sont beaucoup plus souples que celles imposées à l’aviation commerciale, même dans les zones hautement réglementées. Cela signifie que l’AG représente une opportunité pour le crime organisé et offre un certain nombre d’avantages aux trafiquants. Il s’agit d’un mode de transport rapide et discret, qui peut utiliser des aéroports plus petits où les forces de l’ordre sont souvent absentes.

Selon Sylvain Raydond, le projet « Colibri » est unique sur le long terme, qui s’attaque à l’aviation générale dans sa globalité à savoir l’aviation privée d’affaire internationale, l’aviation de loisir régionale ou nationale, vol privés clandestins. Le projet mise sur l’acquisition de techniques modernes de ciblage et de contrôle par les services nationaux de lutte contre la fraude est un projet innovant qui veut renforcer la coordination et le partage du renseignement à travers une démarche pluridisciplinaire.

Pour le Directeur général adjoint de la Police, le Contrôleur Général Moussa Boubacar Mariko, ce projet est le bienvenu car, c’est la volonté des plus hautes autorités du pays de lutter contre la drogue. Il s’est réjoui et rassuré la délégation que la Direction Générale de la Police nationale est prête pour accueillir le projet à bras ouvert. « Nous avons déjà désigné notre point focal qui est le Commissaire divisionnaire Tidiane Coulibaly. Il fera tout pour la réussite de ce projet qui est très important dans la lutte contre le trafic de drogue » dira le Directeur Général Adjoint de la Police. Une photo de famille a mis fin à la rencontre.

Ousmane Diakité

source soleil hebdo

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *