Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Probable réduction des effectifs de Barkhane : Incitation pour accélérer le déploiement ‘’TAKUBA’’ ou simple aveu d’impuissance ? – MALI CANAL
Régions

Probable réduction des effectifs de Barkhane : Incitation pour accélérer le déploiement ‘’TAKUBA’’ ou simple aveu d’impuissance ?

Si les nouvelles se rapportant à la force française ‘’Barkhane’’, déployée dans le Sahel, ont toujours défrayé la chronique au Mali, il faut dire que celles qui circulent ces jours-ci sur les réseaux sociaux et relatives à une probable réduction des effectifs de cette force antiterroriste, suscitent des interrogations mais aussi des craintes, dans une certaine mesure.

En effet, au cours d’une interview qu’elle a accordée, à notre confrère ‘’Le Parisien’’, Florence Parly la ministre française des Armées a déclaré que « La France va très probablement réduire les effectifs de sa force anti-djihadiste Barkhane au Sahel après des succès militaires importants en 2020. Nous serons très probablement amenés à ajuster ce dispositif : un renfort par définition, c’est temporaire. Une décision sera prise à l’occasion du prochain sommet conjoint de la France et des pays du G5 Sahel en février à N’Djamena. En 2020, la force Barkhane a remporté “des succès militaires importants, à la fois en neutralisant plusieurs hauts responsables de groupes terroristes et en attaquant leurs chaînes logistiques ».

Si cette sortie médiatique de la ministre Florence Parly a été consécutive à la mort des cinq soldats français, tués les lundi 28 décembre 2020 et samedi 2 janvier 2021 dans deux attaques à l’Engin Explosif Improvisé (EEI), il faut dire que l’idée d’une probable réduction des effectifs de Barkhane est plus ancienne. En effet on se souvient qu’en prélude au premier anniversaire de la rencontre de Pau (France), le général français François Lecointre, Chef d’état-major des Armées, avait effectué une visite d’inspection de deux jours, les 10 et 11 décembre 2020, au Mali et au Niger. A l’occasion de cette visite, le chef d’état-major français des armées est allé à la rencontre des soldats français et de leurs partenaires des forces armées maliennes.

Au cours de cette visite d’inspection, l’officier français avait aussi fait savoir que, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans le Sahel, son pays, la France, envisageait une réduction de sa présence militaire dans cet espace. Face à cette volonté de retrait partiel des troupes françaises déployées dans le Sahel, des analystes bien introduits et au nombre desquels notre confrère ‘’le Monde’’ avait soutenu : « Alors que les troupes françaises luttent depuis 2013 contre le terrorisme, il n’est pas question de désengagement, mais plutôt d’une évolution. L’idée est de laisser peu à peu les pays du G5 Sahel assurer plus directement la sécurité sur les immenses territoires couverts par la mission Barkhane. La guerre menée contre le terrorisme depuis presque huit ans, est comparable à un puits sans fond ».

A bien y disserter, on trouverait normal et même logique que la France pense à réduire sa présence militaire dans le Sahel et cela pour diverses raisons, toutes autant pertinentes les unes que les autres.

La lutte contre le terrorisme dans la bande sahélo-saharienne est d’abord et avant tout un devoir régalien pour la Force Conjointe du G5-Sahel. Cette force créée à l’initiative de Paris en 2014, regroupant la Mauritanie, le Niger, le Mali, le Burkina Faso et le Tchad. Il s’agit d’une force militaire conjointe concentrée sur la lutte contre le terrorisme dans la région sahélo-saharienne. Mais malheureusement, depuis sa mise en orbite, cette institution de défense sous régionale qui compte une force opérationnelle de 5000 hommes, peine sérieusement à trouver ses marques du fait d’un manque criard de moyens, tant financiers que logistiques.

La force est critiquée pour son incapacité à lutter efficacement contre les groupes terroristes et les contrebandiers qui franchissent les frontières des pays de la région avec une grande facilité.

Il faut absolument que les pays du Sahel et par extension ceux de la sous-région ouest-africaine arrivent à s’assumer car les troupes françaises n’ont pas vocation à s’éterniser dans les sables mouvants du Sahel.

El Hadj Mamadou GABA

Source : Le Soir De Bamako

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur