Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Première édition de la Journée Ferroviaire des Retraités du chemin de fer du Mali : Œuvrer pour la pérennisation de l’activité ferroviaire – MALI CANAL
Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Première édition de la Journée Ferroviaire des Retraités du chemin de fer du Mali : Œuvrer pour la pérennisation de l’activité ferroviaire

L’Association des Cheminots Retraités du Mali (ACRM) a tenu, le 20 février 2021, à la Maison des Cheminots retraités du Mali, sise à Dar-Salam, sa première édition « Journée Ferroviaire». C’était sous la présidence de Mahamane Kounta, président de l’Association des Cheminots Retraités du Mali (ACRM). Les anciens travailleurs du train ont donc massivement pris part à la rencontre pour être témoins. A l’occasion, ils ont invité, à l’unanimité, l’Etat à approcher les acteurs prenants de la crise du chemin de fer, y compris les retraités pour qu’ils apportent leur appui.

Ce rassemblement symbolique et légitime a pour but de créer, selon le président de l’ACRM, les conditions pour maintenir les liens de solidarité entre les membres, de trouver les moyens nécessaires possibles, d’œuvrer pour la pérennisation de l’activité ferroviaire, de défendre les intérêts moraux et matériels des membres de l’association. Aujourd’hui, dit-il, on a vu des missions de l’Etat qui sont allées en Afrique du Sud, en Côte d’Ivoire, aux Etats Unis. Quel est le résultat de ces missions ? Il n’y a pas un seul résultat positif dans ces missions, répond Kounta. Franchement, nous, retraités du chemin de fer, avons déploré cet état de fait. Parce que quand tu vas faire la commande des locomotives, ça implique l’analyse des caractéristiques techniques des locomotives, l’état des rails, des infrastructures. Aujourd’hui, selon nous anciens cheminots du Mali, dit Kounta, il y a des priorités. Il y a une feuille de route qu’il faut forcement respecter pour redresser le chemin de fer. D’un côté, ajoute Kointa, on peut faire la commande des locomotives, mais il faut savoir les réalités techniques. « Il faut réhabiliter les ateliers de dépannage, d’entretiens périodiques et de révisions. Il n’y a même pas d’outils techniques avec lesquels on peut travailler », assène Kounta. Aujourd’hui, même si vous amenez une locomotive toute neuve, déplore le président Kounta, vous n’avez pas le personnel qualifié pour la conduire, vous n’avez pas la possibilité de la conduire avec la vitesse commerciale. «On ne peut pas faire plus de 40 Km sur ces rails là. Les ponts et autres ne peuvent pas supporter plus de vingt tonnes», a précisé Mahamane Kounta, président l’ACRM. C’est pour vous dire donc, dit-il, qu’il faut commencer depuis le début. Tout ce que les autorités sont en train de faire, c’est de la tape à l’œil. Je serai optimiste si le gouvernement adopte une volonté politique, rencontre les différents partenaires pour la relance du train. Disons les choses comme elles sont, insiste Kounta, le gouvernement à lui seul ne peut pas ; ça, il ne faut pas se tromper. «Si le gouvernement accepte de composer avec les partenaires techniques, des spécialistes, ça pourra aller. Il doit être à l’écoute des gens qui ont de l’expérience de ce chemin de fer. Nous, retraités, ne comptons plus revenir travailler, mais on peut servir d’appui conseil», a ajouté le retraité Kounta. Nous avons des ingénieurs qui ont même fabriqué des wagons au Mali et qui ont été décorés par la nation malienne pour leur dévouement.

Notre message, déclare le président de l’ACRM, c’est de dire d’abord à l’endroit des autorités qu’il faut recomposer la lecture de la relance de l’activité ferroviaire ; de composer avec les partenaires techniques, les anciens cheminots. Parce qu’aujourd’hui, le chemin de fer, c’est une coquille vide. Pour l’aider à se relever, promet Kounta, nous les anciens cheminots, sommes disposés à communiquer avec tous les départements techniques dont nous disposons avec toutes les idées et expertises nécessaires. Le second appel, dit-il, c’est de rassurer les anciens cheminots de ne pas se décourager, car on est condamné à accompagner le chemin de fer. Nous sommes cheminots même à la retraite. On ne peut donc se dérober. On est condamné à le soutenir, à nous impliquer dans sa reprise pour le faire sortir de cette période difficile. «Il faut qu’on se souvienne que nous avons contribué, chacun dans son domaine, à l’émergence de cet outil privilégié de désenclavement, de développement socio-économique et d’intégration pour le Mali», a fait savoir Kounta, à l’endroit de ses camarades retraités. A rappeler que la Régie de Chemin de fer du Mali, longue de 646 Km, est un établissement public à caractère industriel et commercial créé par l’ordonnance N°62 bis PGRM du 11 Novembre 1960 suite à l’éclatement, en août 1960.

Hadama B. Fofana

le républicain

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *