Vous devez respecter le droit d'auteur
Sécurité

Pour une arnaque de plus de 35 millions de francs CFA, un individu arrêté par la BIJ

Le mardi dernier, le commandant Abdoulaye Sinanba et ses hommes de la brigade d’investigation judiciaire, sise à Bamako-Coura, en commune III du district de Bamako, ont mis hors d’état de nuire un individu pour une arnaque de plus de 35 millions de franc CFA. 

Selon les explications d’Abdoulaye Sinanba, commandant à la BIJ, la victime, M’Paly Traoré, a fait 45 ans de service en France et vivait avec tous ses enfants en Europe, sauf une seule fille qui vivait et vit toujours au Mali. À sa retraite, M’Paly Traoré est venu s’installer à Bamako auprès de sa fille.

Voulant faire rentrer cette dernière en France, il a rapproché une bande de personnes qui dit pouvoir faire partir sa fille pour la France en contrepartie d’une somme d’argent de quatre millions cinq-cents francs CFA. Après le paiement de l’argent demandé, la bande s’est révélée  incapable d’honorer son engagement.

Comme compensation, le groupe a proposé au vieux un champ d’une valeur de 12 millions de francs cfa. M’Paly Traoré doit payer un reliquat de sept millions cinq cent mille francs cfa  à O.D, un homme âgé de 55 ans, qu’ils ont mis en contact avec lui.

Sur ces entrefaites, M’Paly Traoré affirme avoir payé six millions en cash pour obtenir le document du champ en titre foncier. O.D lui fait alors croire, à travers un nom fictif, que l’homme qui gérait l’affaire serait décédé.

Selon le  commandant Sinanba, cette affaire entre O.D et M’Paly Traoré a duré 2 ans et 6 mois. Lassé, M’Paly Traoré a décidé de saisir la brigade d’investigation judiciaire pour une plainte contre O.D. «Nous avons pris toutes les dispositions pour mener l’enquête et cela fait presque six mois que nous sommes sur cette affaire», a précisé le commandant de la BIJ.

C’est le mardi dernier qu’ils ont pu mettre la main sur O.D devant sa porte à Sabalibougou vers le soir. O.D, dès son arrivée, a reconnu tous les faits ; son sort se trouve désormais entre les mains de la justice.

Fatim B. Tounkara

Source le wagadu

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *