Vous devez respecter le droit d'auteur
Economie

Pole économique et financier : le maire de la Commune rurale de Souba et son régisseur écroués

Des malversations financières leur sont reprochées. Ils ont été placés sous mandat de dépôt aux termes de leur comparution devant un juge d’instruction ce 8 juin 2020.

Le maire de la Commune rurale de Souba (rive gauche de Ségou), en la personne de Mogoladjé Diarra, et son régisseur des dépenses, Nouhoum Dicko, ont tous été placés sous mandat de dépôt le lundi 8 juin 2020 à l’issue de leur première comparution devant le juge d’instruction du 6e cabinet du Pôle économique et financier de Bamako, Mariam Lassana Coulibaly.
Suivant la lettre confidentielle du 20 avril 2020, adressée au procureur du Pôle économique et financier de Bamako, des ressortissants de la Commune, soucieux du devenir de leur localité et écœurés par les agissements manifestement illégaux du maire, ont dénoncé des faits de crimes d’atteintes aux biens publics, de faux et usage de faux et d’autres malversations (recouvrements et détournements des taxes et impôts, des subventions de l’Etat en faveur des Cscom, des écoles, des fonds Adars) auxquels se livrait le maire depuis son élection à la tête de la collectivité en 2009.
Suite à cette dénonciation, une enquête a été diligentée par la Brigade de recherches du Camp I de Bamako sur instructions du procureur du Pôle économique et financier, Mamoudou Kassogué.
A la fin d’une enquête minutieuse menée par cette unité, qui a vu l’audition de près d’une dizaine de personnes ressources, notamment les chefs de village de la Commune, les directeurs d’école, les présidents des Asaco, les directeurs techniques de centre, les présidents de comité de gestion scolaire, les régisseurs des recettes et des dépenses de la mairie, le mandataire des collectivités au niveau du Trésor et les conseillers municipaux, le procès-verbal d’enquête préliminaire a été transmis par la brigade au procureur, qui a ordonné l’ouverture d’une information en raison de la gravité des faits incriminés.
C’est ainsi que le 6e cabinet d’instruction désigné a procédé à l’interrogatoire de première comparution des inculpés, le maire et le régisseur des dépenses, tous placés sous mandat de dépôt pour des faits sus décrits.
L’information se poursuivra et toutes les personnes qu’elle révélera comme coauteurs ou complices des faits reprochés au maire seront également poursuivies et déférées en cas de charges contre elles, devant la juridiction compétente pour y être jugées conformément à la loi.
L’analyse de cette affaire laisse apparaître qu’elle est complexe et alarmante, quand on sait que ces faits de détournements remontent à 2009 et concernent toute la gestion du maire relativement aux impôts et taxes, aux subventions de l’Etat allouées aux écoles et aux centres de santé communautaire pendant les deux mandatures qu’il a briguées et intéressant la presque totalité des villages de la Commune au nombre de 24, sans compter les hameaux… D’où la nécessité d’une enquête approfondie par le magistrat instructeur et ce, en raison du préjudice financier très important qui en découle.
Selon les informations reçues, une personnalité politique de la localité, un allié politique du maire, aurait entrepris toutes sortes de démarches pour que son protégé n’aille pas en prison, mais le procureur et le juge d’instruction sont restés inflexibles, car, ont-ils rappelé, nul n’est au-dessus de la loi, et force doit rester à cette loi.
A suivre…
Drissa Tiéné

Source : l’Indicateur du Renouveau

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *