Vous devez respecter le droit d'auteur
Editos / Contributions

Petit carnet de route

Je reviens d’un séjour d’une décade dans la région de Gao où je suis allé partager la douleur familiale suite à la perte d’un grand frère. Lors de cet énième séjour en dix ans de crise sécuritaire, j’ai trouvé des poputations plus que jamais résilientes. La fin septembre et le début octobre sont pour la commune de Taboye et bien d’autres, pour les villages de Ouani et Tondibi et tant d’autres de la région, des moments d’intenses travaux pour sauver les champs de culture de riz fluvial. Les défis en ces moments, c’est de faire face en même temps à la forte crue du fleuve et les dernières pluies. Fort malheureusement la crue a envahi plusieurs champs qui ne sont aujourd’hui que des espaces blancs d’eau alors qu’ils devaient promettre de belles récoltes de riz. A des endroits les périmètres irrigués comme celui de Tondibi avec l’irrigation maîtrisée permettent de sauver la situation.
L’embonpoint des animaux est convenable et les témoignages sur la transhumance des animaux les zones nomades dans le Gourma et le Haoussa sont porteurs d’espoir.

Sur le plan sanitaire, ces périodes aussi sont faits de grande vulnérabilité face aux ravages du paludisme. Cette maladie touche les enfants et les couches laborieuses et impacte sur l’activité économique. A Ansongo un agent m’a dit qu’on ne peut parler d’épidémie mais c’est seulement les perturbations dues à l’embargo qui ont impacté la campagne de prévention et autres formes de prise en charge.

La situation sécuritaire est fragile. Il faudrait que les forces armées et de sécurité, les forces partenaires et les mouvements armés dans le cadre de l’Accord d’Alger accentuent les efforts pour rassurer les populations qui n’attendent de la paix pour faire face à leurs activités de développement dans une zone dont la terre est riche pour l’agriculture, l’élevage et autres.

Pour le reste j’ai partagé les jours deniers des cartes postales que vous avez pu apprécier.
Le Mali est beau et bon à vivre. A nous de la savoir, d’en profiter et de faire profiter les autres.

Alassane Souleymane

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *