Vous devez respecter le droit d'auteur
Economie

Nouvelles activités de CMM: un investissement de 20 milliards

Plus de 20 milliards de nos francs, c’est le montant du programme d’investissement de Ciments et Matériaux du Mali (CMM) pour la construction d’une unité de production de ciment, à Diago dans le Cercle de Kati, d’une capacité annuelle initiale de 500 000 tonnes extensible à 1 million de tonnes en 2021 ; ainsi que l’exploitation d’une carrière d’ajouts de calcaire dolomitique située à Sanityéni.

L’information a été donnée, avant-hier, par les responsables de la société, au cours de la cérémonie de lancement des activités de CMM à laquelle ont pris part les ministres de l’Industrie et du Commerce, Mohamed AG ERLAF, et de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social, Hama Ould Sidi Mohamed ARBI.
Les ministres des Mines et du Pétrole, et de la Promotion de l’Investissement privé, des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Entreprenariat national étaient représentés.
L’ambassadeur du Sénégal et le représentant de l’ambassadeur de France ont également honoré de leur présence cette cérémonie.
CMM SA est une société malienne implantée depuis 2004 et spécialisée dans le négoce de ciment de haute qualité, certifiée CE, à travers la marque SOCOCIM. Il s’agit d’une filiale du Groupe international VICAT représenté dans 12 pays à travers le monde, héritier d’une tradition industrielle initiée par Louis Vicat, inventeur en 1817 du ciment artificiel.
Le programme d’investissement, indique-t-on, d’un montant de plus de 20 milliards de nos francs va générer, dès le démarrage du centre de broyage, prévu au mois d’octobre, 150 emplois directs et plus de 1 500 emplois indirects. Cette initiative, font savoir les responsables de CMM, visant à valoriser les ressources et l’expertise locales, est corrélée à un plan de formation ambitieux avec le soutien du Groupe VICAT. Ils révèlent qu’environ 300 employés ont été mobilisés depuis 2018 dans le cadre de l’exécution de ce projet, avec un fort accent sur la main d’œuvre locale.
Le Directeur général de CMM, Elhadji Mamadou SECK, a décliné la stratégie de la société en 3 axes : une exigence de qualité ; l’innovation et le service client ; l’ancrage local.
M. SECK a dévoilé un protocole signé entre CMM et l’ENI, d’une part ; et, entre CMM et l’ECICA, d’autre part. Dans ce cadre, 6 stagiaires et l’ENI et 4 de l’ECICA, au terme de leur formation, ont été directement embauchés.
Mohamed DIALLO, le responsable du Département commercial, a annoncé que les activités porteront sur le ciment et les granulats (graviers). Il a, par ailleurs, assuré que l’usine émettra ‘’zéro poussière’’ par l’utilisation de filtres de dernière génération. Il ajoute que pendant la phase d’installation, 50% des arbres ont été préservés. En appui aux activités agricoles des populations, un système de collecte d’eau a été mis en place.
Selon le Président du Conseil d’administration (PCA), Tiéman Hubert COULIBALY, le projet a tenu ses promesses. D’abord, par la structuration d’une unité industrielle. Ensuite, par la mise en place d’un broyeur.
M. COULIBALY fait savoir qu’ils s’en tiennent là pour le moment, d’autant plus que la 3e phase, celle de la cuisson, est très gourmande en énergie qui n’est pas disponible et en raison de l’accès limité aux ressources (carrières).
Le PCA a rebondi sur le volet formation. L’ambition de CMM est, au-delà des emplois évoqués, de former une masse critique de compétences nationales, à travers une meilleure formation théorique et pratique des étudiants. Pour cela, il a annoncé l’équipement du labo de l’ENI, grâce à de l’argent qui sera débloqué par CMM à cet effet. Car, est-il convaincu, l’essor de l’industrie du Mali dépend de la qualité de ces hommes.
M. COULIBALY a sollicité l’État pour la restitution de la TVA ; un appui pour disposer d’argent frais permettant un amortissement des investissements ; la disponibilité en bonne qualité de l’énergie.
Les ministres ont exprimé leur satisfaction pour la bonne qualité promise du ciment, tout en soulignant que l’industrie extractive est un maillon important de la politique de développement du pays.
À retenir que le premier sac de ciment ‘’made in Mali’’ CMM est attendu avant le 15 octobre 2019.

KOUO

source infomatin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *