Vous devez respecter le droit d'auteur
Environnement

Nioro du Sahel : fin de siège pour les oiseaux granivores

Le ministère de l’agriculture  à travers l’office  pour la protection des végétaux, a pris en mains la situation  des oiseaux carnivores qui faisaient ravages ces derniers temps  dans le cercle de Nioro, région de Kayes. Les travaux de désinfection de la zone ont commencé le lundi 21 octobre  et 24 h après le ministre de tutelle, Baba Moulaye, a été lui-même sur les lieux le mardi pour en faire un constat, tirer des leçons, et poser des actions  pour que les aigles sauvages soient restreints en nombre.

Ces oiseaux granivores avaient principalement élu domicile   dans les champs à Wouala, village de 157 habitants  situé à une dizaine de kilomètres de Nioro ville, toujours dans la commune rurale de  Yèrèrè.

A Wouala, la délégation du ministre Baba Moulaye a été voir les agents de l’office pour la prévention des végétaux sur le terrain engagés à mettre fin à l’existence de ces oiseaux carnivores qui y avaient réussi à installer un empire. Quelques cris  encore dans les airs, des milieux de corps d’oiseaux et d’autres agonissant à sol  sous l’effet de l’avicide employé pour la circonstance, le ministre Baba Moulaye ne pouvait que faire part de sa satisfaction : ‘‘La bataille  qui était en passe d’être perdue, est enfin gagnée’’, s’est-il félicité ajoutant que la présence massive de ces oiseaux sur ces lieux est dû à l’éclosion des nouveaux nés qui, dit-il, ont surpeuplé la zone. Une situation qui, regrette le ministre,  pouvait bien être évitée tel qu’il a été le cas ailleurs.

Dans le cercle de Nioro, la commune rurale de  Yèrèrè n’est pas  la seule qui habite les oiseaux carnivores. Ils sont aussi présents à Sibiri et Diara, deux autres communes de la localité qui ont été ‘‘traitées’’ contre les aigles carnivores   en  septembre dernier par l’OPV (Office pour la Protection  des Végétaux)  afin d’éviter  l’éclosion. Et pourquoi ces mesures préventives n’ont-elles pas été adoptées à Yèrèrè ? La population s’y opposait et pour cause !

Ce n’est qu’après avoir vu leurs  champs, en partie de sorgho, dépouillés de ces épis en état fœtus que les autorités coutumières des 10 villages et 9 hameaux de la commune   de Yèrèrè  ont donné feu vert le dimanche 20 octobre 2019 à l’OPV d’intervenir.  L’Opv est  alors intervenue le 21 octobre, soit 24 heures après.

Selon le directeur national  de l’OPV, Demba Diallo, la population de Yèrèrè s’opposait au motif que le poison utilisé  contre les oiseaux finirait par impacter la santé, voire la vie de leur bétail.

La population de Yèrèrè vit de l’Agriculture et de l’élevage, mais beaucoup y pleurent aujourd’hui la perte de leurs champs : ‘‘Maintenant  nous nous  voyons dans l’obligation de vendre du bétail pour acheter de céréale’’, ironise Amadou Bah, conseiller au chef de village de Wouala, le berceau des oiseaux  carnivores et  première localité visitée par la délégation du ministre Baba Moulaye.

A Nômô (village), toujours dans la commune rurale de Yèrèrè, la délégation du ministre Baba Moulaye a été aussi voir les dégâts des oiseaux carnivores dans des champs de sorgho : ‘‘La pluie n’a pas été au rendez-vous et les quelques épis que nous dévons avoir ont été pris par les oiseaux’’, déplore un habitant de Nômô. Et à un autre habitant  d’ajouter : ‘‘Avec mes 55 ans ici, je n’avais pas vu autant d’oiseaux avec autant de dégâts comme cette année.’’

Selon Amadou Sangaré directeur régional de l’OPV de Kayes, outre le manque de mesures préventives pour empêcher l’éclosion, ce surpeuplement des oiseaux carnivores dans le cercle de Nioro est dû au changement climatique : ‘‘ Le queléa-queléa (nom scientifique de l’oiseau carnivore) est connu pour la zone office du Niger, mais avec le changement, il migre maintenant dans la zone sahélienne’’, a-t-il dit.

Des remerciements et des doléances

Outre le directeur national et régional de l’OPV, ont accompagné le ministre lors de sa visite de terrain  les directeurs national et régional de l’Agriculture, le sous-préfet de Nioro et le maire de Yèrèrè Gagny Diawara. Ce dernier a été par la suite accueillir la délégation ministérielle dans les locaux de la mairie pour faire part à travers le ministre Baba Moulaye des préoccupations de sa population aux plus hautes autorités.

Au maire Gagny Diawara de remercier d’abord le ministre Baba Moulaye pour avoir fait le déplacement et voir de visu le cas de ces oiseaux carnivores qui faisait polémique.

‘‘Ma mission principale c’est d’aller à la rencontre des agriculteurs,  j’ai écourté  une visite dans la région de Ségou  pour me rendre d’urgence  ici à la suite de cette histoire d’oiseaux carnivores’’, a répondu  le ministre de l’Agriculture soutenant  que cette visite par lui effectuée n’est pas  à remercier.

Comme principale doléance, le maire de Yèrèrè  a souhaité l’aménagement d’une plaine de 5.000 hectares irrigués par un marigot que dispose sa commune. Un  aménagement qui, a soutenu Gagny Diawara, va largement soulager la population.

En réponse, le ministre Baba Moulaye a fait savoir que les études  pour l’aménagement de ces 5.000  hectares sont déjà faites. Et il a fait la promesse  de s’engager personnellement pour que ce projet soit pris en compte  parmi les 70.000 hectares que le régime s’est engagé à aménager d’ici 2023.

Au ministre Baba Moulaye de faire à son tour des doléances à la population de Yèrèrè. Il leur a surtout demandé de tenir compte des conseils des techniciens   d’agriculture sur le terrain qui, dit-il, sont les maitres de la réussite  de toute œuvre agricole.

Baba Moulaye a aussi demandé à la population de multiplier les prières et bénédictions pour le retour définif de la paix au Mali et d’être à leur tour  les premiers acteurs de cette paix : ‘‘Rien ne peut se faire sans la paix’’, a-t-il conclu.

Djibi Samaké, envoyé spécial

Source la sirene

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *