Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Morcellements illicites, passation douteuse des marchés, surfacturation et détournements : Le maire de Kalabancoro, Tiecoura H.Diarra, visé par une plainte bientôt sur la table du procureur Kassogué

Les résultats des élections communales dernières ont donné le maire sortant, Issa Bocar Ballo, vainqueur. Un bureau communal a été formé, qui a d’ailleurs commencé à travailler pendant plus d’un mois. Mais, miraculeusement et à la surprise générale, la section administrative de la Cour suprême a imposé le candidat du parti présidentiel (RPM), Tiécoura Hamadoun Diarra, à la tête de la maire. Ce dernier s’est révélé être nul par une gestion chaotique, avec en toile de fond des morcellements illicites, le dépouillement des pauvres populations de leurs parcelles, la passation douteuse des marchés, la surfacturation et de détournements des fonds de la mairie. Pour le freiner dans son ambition périlleuse contre la mairie, plusieurs de ses conseillers qui réclament son départ pur et simple à la tête du Conseil communal, en collaboration avec des populations déguerpies de Sabalibougou, dans la zone de recasement à Kabala, déposeront bientôt une plainte contre lui au niveau du Pôle économique et financier de Bamako.

Sale temps pour les maires criminels financiers ! Après l’incarcération à la Maison centrale de Bamako (MCA) des maires de Banguinéda, de Mountougoula… le maire putschiste de Kalabancoro, Tiécoura Hamadoun Diarra, est dans le collimateur du Pôle économique qui recevra très bientôt une plainte d’un collectif composé par des conseillers de la mairie et de nombreux pauvres dépouillés injustement de leurs parcelles. Ils sont des milliers de personnes regroupées au sein d’un collectif qui ont témoigné leur amertume : « Nous étions à Sabalibougou ; nous avons été sommés de quitter les lieux et nous avons été recasés dans la zone de Kabala Est. Mais, aujourd’hui, le maire Diarra est en train de nous dépouiller de nos parcelles, non seulement en les vendant à des riches, mais aussi en clôturant des centaines à son propre compte ».

Pis, selon le témoignage d’un conseiller à la mairie, le maire Diarra a fait de nombreux morcellements illicites, en violation des textes en vigueur, sans tenir la moindre session du conseil communal. A l’en croire, le maire a empoché  des centaines de millions de francs, avec la complicité des agences immobilières de la place, au détriment des caisses de la collectivité. « Il ne dispose d’aucun plan de morcellement approuvé », indique-t-il.

Gouvernance cauchemardesque de la mairie

Le 2ème adjoint de la Mairie Mamadou Kéita a confié à Le Démocrate: « Je ne n’ai jamais vu un maire aussi mauvais que Tiécoura Hamadoun Diarra. Il vient à la marie très rarement. Il a cinq adjoints, mais il ne travaille qu’avec deux seulement. Il est en désaccord total  avec les autres». A en croire M. Kéita, au départ les conseillers ont tout fait pour le faire revenir à la raison. Malheureusement, explique-t-il,  c’est quelqu’un qui est très têtu.  « Aucun secteur de la mairie ne peut dire qu’il y a du développement. Il monte constamment des faux contrats pour pouvoir piller la caisse », indique notre interlocuteur. Avant de poursuivre : « Nous nous sommes levés pour la lutte pas parce que c’est Diarra, mais pour la mairie. On ne s’entend pas avec lui à cause de son agissement négatif contre l’intérêt de la mairie. Il n’a rien fait comme œuvre depuis son arrivée et les travaux qu’on a eu à faire à la mairie avaient tous été pris en compte par l’ancien maire ».

Selon les explications du maire Kéita, « le fond de viabilisation de l’ancien maire, Issa Bocar Ballo, était à peu près 60 millions. C’est avec cet argent qu’on a pu payer les avances pour les quatre véhicules.  Nous sommes en train de circuler dans les véhicules de Ballo ».

Surfacturation comme sport favori

Selon toujours ses explications, pour les trois machines de bitumage garées dans la cour de la mairie, il a surfacturé celles-ci à 160 millions alors qu’en réalité, les coûts de ces trois machines ne dépassent pas les 20 millions. « Nous n’avions même pas besoin de machine car, il n’y a pas de délibération sur là-dessus. Il est venu avec ses machines au nom d’une entreprise. Tu ne peux pas être ordonnateur et fournisseur », dénonce-t-il.

Qu’a-t-il fait des sommes colossales recouvrées ? La réponse d’un conseiller : « Ces sommes vont directement dans ses poches. Car, il ne tient même pas de réunion communale. Il ne contacte qu’un petit clan et ne fait pas de compte rendu aux autres conseillers. Il fait une gestion solidaire des affaires de la mairie et les fonds sont détournés. ».

En tout cas, depuis son installation au forceps à la tête de la mairie, le maire Diarra n’a posé aucun acte, allant dans le sens du développement de la commune qui est d’ailleurs la plus riche du Mali. Il suffit de faire un tour dans les différents quartiers et villages de ladite commune pour s’en rendre compte. Il n’a pas construit la moindre école, le moindre centre de santé ni de maternité ni de centre de santé encore moins de forage. « Pas la moindre infrastructure au profit de la jeunesse. Son sport favori, c’est le morcellement illicite des parcelles des pauvres ; la surfacturation et le  détournement des fonds de la mairie », indique un conseiller de la mairie. Avant de conclure : « Une plainte sera très prochainement déposée contre lui au Pôle économique ».

Force est de reconnaitre que l’actuel maire de Kalabancoro, Tiécoura H. Diarra, est un grand spéculateur foncier devant l’Eternel. Il a morcelé et vendu le titre foncier N°4720 de M. Sibiri Sidy Coulibaly, à Kabala. Nous reviendrons dans notre prochaine parution sur ce dossier dont l’intéressé est sorti victorieux des procès du tribunal de Kati et de la Cour d’appel contre le maire Diarra.

Tientigui

Source democrate

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *