Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Mon hommage à Témoré Tiéoulenta

Il est écrit quelque part que j’aurai à dire des mots d’hommage à l’endroit de tous les ministres occupant ce poste jusqu’à leur décès brutal. En 2007, j’étais dans les confins du pays dogon quand j’apprenais le décès du Pr Mamadou Lamine Traoré. Quelques jours après mon retour de mes évasions montagnardes chez mes cousins dogon, j’ai tenu à lui rendre hommage pour l’amitié qu’il m’a témoignée et qui a pris naissance dans mon interpellation à l’EID, le 10 décembre 2004.
15 ans après, me revoilà devoir rendre hommage à un autre ministre du même poste décédé des suites de maladie … comme un signe de destin ! Les voix du Seigneur sont insondables.
Que dire de Tiéoulenta !
Le 25 octobre 2019 dans la salle Léopold Sédar Senghor de la Francophonie à Paris, nous étions ensemble pour rendre hommage à Seydou Badian dans le cadre des 70 ans de Présence africaine. C’était notre premier contact dans le cadre de nos responsabilités respectives ; mais auparavant je fréquentais ton fils, mon ami Boukary pour qui j’ai une pensée spéciale en ce moment. Avec mes collègues de l’UNESCO, tu nous donnes rendez-vous dans quelques jours. Effectivement tu arrives à l’UNESCO le 12 novembre conduisant la délégation du Mali à la 40ème session de la Conférence générale. Là, ceux qui ne te connaissaient pas, découvrent l’immensité de ta personnalité ; pour nous c’est la confirmation. Quelle éloquence à la tribune de l’UNESCO et encore aujourd’hui tes mots résonnent comme un ressac dans un monde en proie au doute. Au pied levé, nous t’avons sollicité pour remplacer un de vos collègues absents à un colloque que nous co-organisons avec Sahel vert. Tu as émerveillé l’assistance par cette éloquence caractéristique et la facilité à te fondre dans le moule de la thématique de la migration qui n’est pas des plus faciles et qui n’était pas a priori ta tasse de thé. Encore et encore, tu étais là aux côtés de tes autres collègues pour le café littéraire que j’ai moi-même modéré. On ne se fatigue pas de t’écouter car les mots dans ta bouche, trouvent la résonnance symphonique qui les rend agréables.
Que d’inspiration quand on te tend le micro que ce soit de la presse publique ou privée, le Mali s’en trouve défendu avec verve et engagement !

Si par honnêteté on ne peut t’attribuer la victoire de l’élection du Mali au Comité du patrimoine mondial, car tout travail a été fait depuis longtemps, force est de reconnaitre que ta brève allocution tenue lors de la réception diplomatique au 7ème étage de l’UNESCO, reste un moment clé de cette campagne victorieuse de notre pays. Il se trouve que cette mission à l’UNESCO soit la dernière grande que tu ais effectuée sans qu’on sache ces moments que tu étais sur le départ. Remords éternels pour moi ; tu t’apprêtais à passer à la maison pour déjeuner n’eut été mon déplacement de dernière minute à Thionville.
Seul Dieu décide et fixe les agendas. Nous ne sommes que des passants ! Dors en paix, Professeur.
Moussa Cisse Unesco Paris

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *