Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Médiation de la Cédéao : le coup de maître de l’imam Dicko !

Ce jeudi 23 juillet restera dans les mémoires au Mali et dans les annales de la CEDEAO. Cinq chefs d’Etat, pas un de moins, pour se pencher sur la crise politique au Mali, du jamais vu depuis la création de l’organisation régionale en 1975. Bientôt deux mois que dure la crise, le rouleau compresseur du M5-RFP avait réduit au silence les partis de Majorité présidentielle et la Galaxie des « Souteneurs » qui font leur miel du désarroi de la famille présidentielle. L’arrivée des Chefs d’Etat de la CEDEAO et la trêve en matière de désobéissance civile ont redonné de la voix au camp présidentiel persuadés que ces poids lourds allaient sermonner les trublions du Mouvement du 05 Juin et les sommant de rentrer dans les rangs.

Le Nigeria, le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Sénégal représentent les quatre plus grandes économies de la CEDEAO sans oublier le Niger qui assure la présidence de l’organisation, il y avait de quoi intimider les gens d’en face et rasséréner les partisans d’IBK sur la solidarité naturelle au sein du syndicat des Chefs d’Etat.
Leur joie contrastait avec la tension perceptible toute la journée de jeudi chez les militants du M5-RFP effrayés sans le dire par cette armada de présidents et surtout perturbés par une série de rumeurs sur de prétendues fissures dans leur camp. Le réaménagement du programme par la partie malienne venait ajouter au doute. La CEDEAO dans une démarche d’équilibre ne voulait recevoir que les deux protagonistes (IBK et le M5-RFP) dans le même temps d’audience et sur le même lieu de l’hôtel Sheraton.
La version définitive concoctée par le Protocole d’Etat ressemblait à agenda de visite officielle. Nos Illustres hôtes ont été gentiment priés d’aller voir IBK en son Palais à Koulouba pour la révérence due au Chef d’Etat qu’il est ; avec la même malice, il fut introduit dans le programme des audiences une rencontre avec la Majorité présidentielle et une autre avec la Société civile avec le même temps imparti au M5. Le coup paraissait si rondement préparé que personne ne vit arriver le coup de tonnerre de l’imam Dicko dans le ciel serein de l’hôtel Sheraton. Le prêcheur et le révolutionnaire ont en commun de jouer des mots comme de la lyre. Dans la bouche de Mahmoud Dicko le verbe s’est fait hymne au courage pour faire sauter le cœur de milliers de Maliens nostalgique d’une si belle exhortation patriotique, les dernières du genre remontaient à un certain… IBK du temps de sa splendeur lorsqu’il vendait sa camelote électorale avec des slogans qui prenaient aux tripes.
Pour emprunter au jargon du football, Mahmoud Dicko, dans une fulgurante accélération a laissé en plan les Chefs d’Etat qui n’ont eu d’autre choix que de jurer de ne rien vouloir imposer au M5-RFP mais plutôt de co-construire une sortie de crise avec les Maliens.
La Note n°02 du M5-RFP présentée dans ses grandes lignes par Choguel et distribuée en salle aux médiateurs, va conforter le trouble des Chefs d’Etat et la prise de conscience sur la complexité de la crise malienne qui, vue d’Abuja ou Accra, se résumait à un contentieux électoral.
L’absence de communiqué final est un précieux indicateur du retournement spectaculaire de situation réussi par l’imam Dicko et le M5 à leur profit.
Dans l’analyse politique de leur mission, les Chefs d’Etat de la CEDEAO doivent comprendre que le fiasco incombe moins à l’indocilité du M5, qui est dans son rôle, qu’à la médiation complètement foireuse de Goodluck Jonathan qui a biaisé leur compréhension du dossier et égaré leur jugement.
Au sommet extraordinaire de lundi, s’il a lieu, ils auront assez d’éléments pour se pencher sur le sort du grand malade que sont devenus le Mali et son président.

Bakary Diarra in Refondation du Mali

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *