Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité Politique

Mauvaise gouvernance-insécurité-présence étrangère au Mali : Oumar Mariko sonne la charge !

« Former un grand mouvement populaire, mener des actions communes à Bamako, à l’intérieur du pays et même au niveau de la diaspora malienne, mobiliser toutes les forces vives de la nation afin d’opérer le changement nécessaire pour sauver le Mali», ce sont là, entre autres, les grandes résolutions prises lors d’un grand meeting organisé, le vendredi dernier, devant la Bourse du travail. Ce grand rassemblement organisé à l’initiative du Dr Oumar Mariko, président de Sadi et député à l’Assemblée nationale, dénonce la mauvaise gouvernance du régime d’Ibrahim Boubacar Keïta, ainsi que la présence des forces étrangères notamment françaises au Mali.

L’esplanade de la Bourse du travail a servi de cadre de rassemblement à plusieurs formations politiques, associations et/ou groupements de la société civile, le vendredi29 novembre dernier,à l’initiative Dr Oumar Mariko. A cette rencontre, l’on a noté la présence, entre autres, de : SADI, les FARE, le RpDM, l’ASMA, entre autres. Coté société civile, il y avait la Plateforme de Soutien à la Justice (PSJ-Yèrèko), Tapital Pulaku, Yèrèwolo (Debout sur les remparts), le PPP, le GPM, Gina Dogon, CDR et beaucoup d’autres qui étaient tous représentés. Le meeting a rassemblé plusieurs centaines de personnes d’horizon divers. Un seul slogan dans toutes les bouches : « ça suffit ! ».

Les représentants de plusieurs associations et des regroupements se sont exprimés d’intervention. Toutes les déclarations axées sur la situation actuel de notre pays portaient entre autres, sur la mauvaise gouvernance, l’insécurité, la violation de l’intégrité nationale, la présence des forces étrangères en occurrence celles françaises.

Du côté gouvernance, les intervenants n’ont pas mâché leur mot contre le régime d’IBK. «Beaucoup d’entre nous, sous la colère, demande le départ des forces françaises de chez nous. Mais je vous signale que nous avons un problème de gouvernance plus accablante que la responsabilité française dans notre crise. Certains de nos gouvernants sont pires que la France», a déclaré Boubou Diawara, président de la section ASMA en commune VI. D’autres ont pointé du doigt le triomphe de l’injustice comme l’un des facteurs clés de la mauvaise gouvernance en cours. Pour l’un des représentants du PSJ-Yèrèko, Lassine Diawara: «L’injustice a atteint aujourd’hui un niveau sans précédent dans l’histoire de notre pays. C’est à cause de ses conséquences pour le développement de tout pays que nous avons décidé de soutenir la bonne volonté politique des justiciers actuels de notre pays à savoir le ministre de la justice et garde des sceaux, Malick Coulibaly, et le procureur du pôle économique, Mahamadou Kassogué. Nous les soutenons et les exhortons à se pencher vers les plus gros voleurs du pays», sous l’acclamation de la foule.

L’insécurité ? Dr Oumar Mariko hausse le ton: « Du Nord au Sud en passant par le Centre, le sang coule au Mali. Les Maliens ont souffert du jeu impérialiste des forces étrangères et leurs alliés internes à commencer par le Président de la République lui-même», a-t-il martelé.

Pour plusieurs autres intervenants il n’y a ni terrorisme au Mali encore moins un conflit inter-communautaire. « Notre pays est victime d’un complot extérieur qui est soutenu par nos propres gouvernants pour détruire notre pays à cause de ses richesses ».

Des piques ont été adressés aussi aux forces étrangères. Siriki Kouyate de l’initiative Jiriba Koro déclare: «Le ministre de la défense, le Gal Dahirou Dembélé, a déclaré devant les députés que le Mali n’est pas en mesure de prendre en charge sa propre sécurité. Nous prenons acte de sa déclaration comme une parole politique dans une assemblée nationale en manque de légitimité. Nous connaissons la source de l’insécurité de notre pays qui n’est dû à autre chose qu’une main impérialiste de la France. Et nous allons y mettre fin avec nos FAMa à la minute où le jeu belliqueux de ses forces cessera».

Le représentant du Groupe des Patriotes du Mali dira : «Nous demandons le départ des forces impérialistes et l’implication directe de la Russie pour soutenir notre pays comme elle l’a déjà fait après notre indépendance», comme revendication de leur association.

Si IBK refuse d’écouter la voix du Peuple…

Dr Oumar Mariko fut le dernier intervenant du meeting sanctionné par une déclaration officielle. Il a été aussi clair que limpide: « C’est notre ennemi historique, à savoir la France, qui est en partie derrière cette crise et en complicité avec certains d’entre nos gouvernants à commencer par le Président Ibrahim Boubacar Keita». Ensuite, Dr Mariko a exprimé la nécessité de rassemblement de tous les fils et filles du pays pour mettre fin à ce complot perfide, selon lui, qui risque de mettre fin à l’unité et à l’indivisibilité de notre nation. Et pour ce faire il a lancé un vibrant appel aux représentants de toutes les forces vives qui étaient présentes: «Retrouvons-nous demain samedi au siège du parti SADI pour décider de la forme à donner au nouveau front que nous comptions créer et dont le but est de sauver notre pays.». C’est à l’issue de cette rencontre que le front sera officiellement lancé avec des objectifs et des activités qui doivent couvrir tout le territoire national sans oublier la diaspora malienne. Pour le leader du parti Sadi: «Si le Président Ibrahim Boubacar Keita refuse d’écouter la voix du Peuple, alors qu’il sache que le Peuple prendra ses responsabilités face à lui et ses alliés extérieurs».

Ousmane Dembélé

Source l aube

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *