Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Mamadou Diarrassouba :« Nous demandons la mise en application rapide des recommandations du DNI » – MALI CANAL
Politique

Mamadou Diarrassouba :« Nous demandons la mise en application rapide des recommandations du DNI »

A l’orée du nouvel an, La Preuve a eu un entretien à bâtons rompus avec l’élu RPM de Dioïla, Mamadou Diarrassouba. Au cours de cette entrevue, le député a évoqué, entre autres sujets, les recommandations du Dialogue national inclusif (DNI), l’accord politique de gouvernance, la lutte contre la corruption et les réformes institutionnelles et constitutionnelles, prévues en 2020.

Au cœur des actions visant l’épanouissement du peuple malien, l’honorable Mamadou Diarrassouba estime que l’année 2019 a été riche en événements. Des événements qui, estime-t-il, ont posé des jalons pour une meilleure année 2020.

Dans son analyse, la signature d’un Accord politique en 2019 a permis d’élargir la base sociale du gouvernement et de contenir les grognes du front social. Aussi, ajoute-il, la signature d’un accord entre le gouvernement et l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm) a abouti à l’augmentation de l’âge à la retraite et  à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs.

Toutefois, regrette Mamadou Diarrassouba, 2019 a été meurtrière.  « L’année a été marquée par la perdre des vies humaines et des dégâts matériels, par les multiples attaques par des terroristes et autres », précise-t-il. A ses dires, « ces attaques nous a permis de mesurer les capacités de nos forces de défense et de sécurité pour lutter efficacement contre les terroristes de tous genres ».

Partant, rappellera-t-il, 2019 a été marquée aussi par la lutte contre la corruption et la délinquance financière au Mali. « Des efforts sont à saluer et nous devons tous soutenir la justice pour cette lutte contre la corruption, surtout pour le changement de comportement », a-t-il sollicité. Avant de poursuivre que l’Etat doit revoir le statut de l’Office centrale de lutte contre l’enrichissement illicite (Oclei) pour permettre à tous les élus de déclarer leurs biens au début et à la fin de leurs fonctions, ainsi que toutes les autres corporations.

Dans son analyse, Diarrassouba pressage 2020 comme une année où renaîtra l’espoir au Mali, où l’Etat trouvera sa vitesse de croisière. Car, explique-t-il, 2019 a  été couronnée par la demande de tous les Maliens : le « Dialogue national inclusif » pour déterminer la destinée du pays qui traverse la plus grave crise multidimensionnelle de son existence.

A l’en croire,   ce Dialogue national inclusif (DNI), tenu du 14  au 22 décembre dernier au Centre international de conférence de Bamako, a été sanctionné par des résolutions majeures et des recommandations fortes qui permettront à l’Etat de voir le bout du tunnel. Il s’agit, entre autres, de la tenue des élections législatives avant le 2 mai 2020, l’organisation d’un référendum en vue de la révision de la Constitution du 25 février 1992 courant  2020, le redéploiement immédiat sur l’ensemble du territoire national des forces de défense et de sécurité reconstituées et la relecture de certaines dispositions de l’Accord pour la paix.

Pour la réussite de ces réformes et de ces grandes actions envisagées, Mamadou Diarrassouba préconise au gouvernement d’engager le plus rapidement possible une vaste campagne de communication autour de ces sujets. Ce, afin que tout le monde soit au même niveau d’information, gage  de la prise des mesures appropriées et acceptées par tous.

Aussi, précisera-t-il, « le déploiement des forces de défense et de sécurité partout au Mali est une condition favorable à l’organisation des élections législatives où elles doivent se tenir, comme prévue dans les résolutions et des recommandations du dialogue. D’ailleurs, le gouvernement doit commencer dès maintenant à identifier les zones de risques où nous devons tenir ces échanges électorales ». Avant d’ajouter : « Le référendum pour la révision constitutionnelle du 25 février 1992 dépendra de la réussite des élections législatives. Car, l’année 2020 sera une année de réformes majeures par la nouvelle Assemblée nationale ».

 C’est sur ces notes que l’honorable Diarrassouba a   formulé des meilleurs vœux pour l’année 2020 au peuple malien, et de façon particulière à la presse.

Source: La Preuve

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur