Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Pour offense au chef de l’État : le prêcheur Bandiougou Doumbia condamné à 2 ans de prison ferme – MALI CANAL
Société URGENT

Pour offense au chef de l’État : le prêcheur Bandiougou Doumbia condamné à 2 ans de prison ferme

La justice malienne a condamné lundi, le prêcheur Bandiougou Doumbia, à deux ans de prison ferme. Quatre chefs d’accusation pesaient contre le prévenu. Le tribunal l’a reconnu coupable de tous les faits qui lui étaient reprochés.

Il s’agit de la propagation de nouvelles portant atteinte à l’unité et au crédit de l’Etat, l’offense au chef de l’Etat, menace contre ce dernier et trouble à l’ordre public.

Ses avocats affirment vouloir faire appel du jugement

Suite à son interpellation, le lundi 17 février, par la Brigade d’investigations judiciaires (BIJ), le prêcheur Bandiougou Doumbia a été déféré le jour suivant dans la soirée, à la Maison centrale d’arrêt de Bamako, après avoir fait l’objet d’un mandat de dépôt. C’était suite aux propos outranciers tenus contre le président de la République et sa famille.

Dans une vidéo, qui a suscité un vif émoi sur les réseaux sociaux, on le voit proférer des menaces de mort contre le président IBK et sa famille. Il y déclare notamment :  “Nous ne souhaitons pas qu’une crise éclate à Bamako mais si jamais elle éclate, nous vous retrouverons et vous trancherons la gorge” .

Il déclare, par ailleurs, ce qui suit :  “Amadou Koufa et ses hommes sont plus respectés que l’Etat malien au Centre. Ils sont plus craints et respectés que les autorités maliennes sur place. Aujourd’hui, dans le Centre, les populations ont plus de respect et de considération pour les terroristes. Elles se sentent plus protégées par ces derniers que l’Etat malien” . Et d’ajouter :  “Nous préférons Amadou Koufa à IBK”

Le prêcheur a tenu ces propos, le dimanche 16 février, lors d’un meeting de protestation des habitants de Tabacoro, menacés d’expulsion de leur site d’habitation au profit de l’érection de logements sociaux.

Au cours de la même rencontre, il avait décrié l’incapacité des autorités à redresser le tort fait à un citoyen dont on avait volé les bœufs à Mopti. Une situation, d’après lui, que les hommes de Amadou Koufa, sollicités en dernière instance par le citoyen en question, ont pu régler rapidement.

Il faut ajouter que par la suite, il a fini par présenter ses excuses au président de la République et le Haut conseil islamique du Mali (HCIM) l’a aussi fait en réclamant sa libération. Mais la justice semble décider à sévir.

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur