Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Mali sans Violence basée sur le genre : “il ne m’aime plus, j’ai peur pour ma vie et celle de mes enfants”

La campagne “MaliSansVBG”, lancée par Benbere, a encouragé une victime à témoigner, sous anonymat, à notre blogueur Dramane Maïga.

J’étais l’une des femmes les plus heureuses du monde. Avec une vie de, dont rêve toute femme normale. Mon époux était adorable, respectueux et attentionné. On vivait comme dans un film et nous avions des projets en perspective. Ma vie de couple, je peux le dire sans prétention, était parfaite. Nous avons eu ensemble trois superbes filles et tout était rose jusqu’au jour où je suis tombée enceinte de notre quatrième enfant.

Je tiens à préciser que je suis mariée depuis une dizaine d’années. Je connais bien mon époux ou, du moins, je pensais bien le connaître. Il n’était pas du genre à rentrer tard la nuit. Pas fan des sorties sans limite. Avec nos filles, ont passaient du beau temps au restaurant, au cinéma ou encore dans les lieux publics comme le parc national, le zoo ou encore les jardins publics de la ville de Bamako. Et puisqu’il aimait le foot, nous sommes tous devenus passionnés du ballon rond, et regardions, ensemble, les matchs de la ligue des champions et autres dans notre salon. C’était une belle vie de couple comblée par le respect et la communication.

Du rose au vinaigre

A partir du troisième mois de ma quatrième grossesse, il a commencé les sorties interminables. Souvent, il rentrait tard, 1h ou 2h du matin.  Au début, je n’ai pas directement réagi et cela a continué durant des mois.

Un jour, je me suis dit que j’allais lui poser la question de savoir pourquoi il sortait tout le temps et ne revenait que vers les deux heures du matin. Il m’a dit de ne pas m’inquiéter en me rassurant qu’il passait juste du temps avec ses amis à discuter et à regarder du football. J’avais du mal à le croire, car c’était incessant. Mes doutes se sont amplifiés jusqu’au jour où il m’a dit qu’il prendrait une seconde femme. J’étais à sept mois de ma grossesse. Ma douleur était telle que je me demandais si je n’allais pas accoucher avant terme.

Bouleversement total

Je me suis opposé à ce mariage. Il ne m’a pas écouté. Et juste avant la naissance du bébé, il s’est marié. Tout récemment, j’ai eu une dispute avec ma coépouse, ce qui a déplu à mon homme qui n’a pas cherché à comprendre. Il a pris parti pour elle sans entendre ma version des faits. Il m’a même giflé dans ma chambre avant de claquer la porte pour aller rejoindre sa nouvelle mariée.

Vers l’aube, je perdais des eaux et je commençais déjà le terrible travail toute seule. C’était l’accouchement qui s’annonçait. C’est la nièce de mon époux qui m’a secourue en appelant les voisins. C’est ainsi que j’ai été transportée à la maternité le plus rapidement possible. J’ai mis au monde un petit garçon.

J’ai peur que ça ne finisse mal. Je me sens en danger. J’ai peur pour ma vie mais encore plus pour mes enfants. Il a appris que j’avais accouché mais s’est pointé 24h après.  Des signes qui ne trompent pas. L’homme ne m’aime plus. J’ai vraiment peur, car je ne sais pas comment cette histoire va se terminer. Mais c’était important pour moi de la partager avec les lecteurs de Benbere, voir les retours avant de prendre une décision.

Source : Benbere.org

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *