Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Mali : la covid-19 entraine une augmentation des besoins humanitaires

La pandémie de covid-19 aggrave la situation humanitaire au Mali. Ocha Mali tire la sonnette d’alarme et appelle à un financement adéquat.

« Le budget du plan révisé s’élève désormais à 474 millions de dollars américains, soit 84 millions de plus qu’en janvier 2020 », telle est l’information donnée par Ocha Mali dans un communiqué de presse le 24 juillet 2020. Cette organisation humanitaire des Nations Unies précise que cette augmentation du Plan de Réponse humanitaire (PRH) est tributaire de la propagation de la pandémie de la covid-19. Une crise sanitaire qui a entrainé de nouveaux besoins. C’est ce qu’indique Mme Mbaranga Gasarabwe, Coordonnatrice humanitaire pour le Mali : « La crise humanitaire multidimensionnelle dans le pays est aujourd’hui rendue plus complexe par la covid-19 qui exige une adaptation des priorités et des modes d’interventions opérationnelles en phase avec les mesures barrières pour la lutte contre la propagation de la maladie ».

La pandémie de covid-19 vient s’ajouter à une insécurité alimentaire et nutritionnelle, le nombre de ces personnes va crescendo en raison de la covid-19, ainsi qu’aux défis de protection de la population civile en raison de l’instabilité sécuritaire dans certaines parties du pays. Une situation qui a des impacts réels sur les plus démunis.

En raison des violences que subissent ces populations, le nombre de déplacés est énorme. Au total, ce nombre est passé de 60 500 en avril 2018 à 250 900 en avril 2020. Un nombre qui s’ajoute aux migrants en situation irrégulière également confrontés aux mêmes menaces sécuritaires et sanitaires, fait savoir Ocha Mali.

« Sans une réponse appropriée, la crise sanitaire pourrait s’aggraver, puisque la fermeture des frontières terrestres pourrait accroître le nombre de personnes utilisant des points de passage frontaliers non officiels et non surveillés », indique l’organisme humanitaire des Nations Unies au Mali.

Ces situations ne sont pas sans crainte si nous savons que de nos jours, le « PRH révisé est financé à hauteur de 30 pour cent », indique le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA) au Mali.

Notons qu’au total, la somme mobilisée s’élève à 144 millions et le déficit de financement « est estimé à 330 millions de dollars, dont 45 millions destinés à la lutte contre la COVID-19 », indique-t-on dans le communiqué.

Sur cette situation, Mme Mbaranga Gasarabwe donne une précision de taille : « Les fonds mobilisés par les partenaires humanitaires servent à financer des actions coordonnées avec celles du Gouvernement ». Elle saisit l’occasion pour lancer un appel à tous leurs partenaires à un financement adéquat afin d’éviter des pertes en vies humaines au Mali en raison de la croissance des besoins humanitaires et de l’insuffisance des fonds mobilisés.

Selon Ocha Mali, ces 330 millions sont nécessaires pour la couverture des besoins urgents de 5,5 millions de personnes dans les secteurs de la santé, de la nutrition, de la sécurité alimentaire, de l’eau, l’hygiène et de l’assainissement (EHA), des abris et des biens non alimentaires, de la protection et de l’éducation.

Rappelons qu’en plus de tous ces aspects, « l’accès aux services sociaux de base reste fragilisé par l’insécurité ». Plusieurs structures sanitaires ne sont pas fonctionnelles dans certaines localités en raison de la pandémie de covid-19. Avec la fermeture des classes, 3,8 millions d’enfants n’ont plus accès à l’éducation et à la protection. L’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement, reste une aventure de combattants pour certaines populations déplacées. « Des actions sont en cours pour améliorer les conditions de vie des communautés les plus vulnérables, mais elles méritent d’être davantage soutenues pour plus d’efficacité et de durabilité », conclut le communiqué de presse de Ocha Mali.

F.Togola

Source : LE PAYS

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *