Vous devez respecter le droit d'auteur
Politique

Mahamat Saleh ANNADIF chef de la MINUSMA: « j’invite la population à dénoncer ceux qui sont populations la nuit et terroristes le jour »

Dans une interview accordée à la radio des Nations unies au Mali (Mikado FM), le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, Mahamat Saleh ANNADIF, Chef de la MINUSMA, explique le rôle de la mission et son appui aux Forces de défense et de sécurité maliennes. Dans un extrait posté sur la page Twitter de Mikado, ce mardi 27 août 2019, M. ANNADIF invite les détracteurs de la MINUSMA à collaborer avec les FAMAs et les forces onusiennes sur le terrain en dénonçant les complices des terroristes.

Même si nous sommes une force des Nations unies, nous respectons la souveraineté d’un pays qui s’appelle le Mali. Nous respectons les populations. On ne peut pas faire n’importe quoi. Nous sommes là en appui aux forces de défense et de sécurité du Mali, nous n’avons pas besoin d’un feu vert. Mais quand on appuie quelqu’un, ça veut dire qu’il est en première ligne et toi tu es en seconde ligne. Nous, on estime que si les forces maliennes n’étaient pas dépassées, nous n’allions pas venir intervenir.
C’est une question de coordination, d’harmonisation. Et notre partenariat avec les FAMAs aimerait qu’elles aillent avant nous, qu’elles nous devancent. Et c’est en ce moment que nous venons en renfort. C’est en cela que les gens comprennent que nous avons besoin des ordres. Non, plutôt, les Maliens sont là, nous collaborons avec eux. Mais, il faut que les gens sachent que nous ne faisons pas dans ce pays pour nous amuser. C’est un pays souverain qui a ses autorités, qui a ses administrations. Nous le faisons en coordination avec eux, on ne peut pas faire n’importe quoi au Mali si nous sommes une force de maintien de la paix.
Il y a un adage qui dit ‘’Mieux vaut prévenir que guérir’’. La MINUSMA, son mandat est là, quand nous disons que nous voulons être plus mobiles, et c’est ce que nous faisons, nous patrouillons. C’est pour d’abord prévenir qu’il n’y ait pas de conflit entre les populations. Deuxièmement, dissuader et faire peur aux terroristes. Parce que, la guerre contre le terrorisme n’est pas une guerre facile. C’est une guerre asymétrique. Tu as des gens qui se cachent derrière les populations, tu as des gens qui sont souvent à moto ; quelques fois à pied. Ils sont habillés comme les populations. Même distinguer un terroriste d’un citoyen ordinaire est souvent difficile. Donc, moi, je crois, au lieu de critiquer la MINUSMA, j’appelle tout simplement ces populations de coopérer, de collaborer avec les forces de défense et de sécurité du Mali. Dénoncer ce qui, le soir, sont des populations qui viennent passer la nuit au village et le jour, ils sont des terroristes, avec les ennemis du Mali. Je crois que c’est en coopérant comme ça qu’on peut réellement aider ces populations à sortir d’abord des querelles internes et intra-communautaires ; mais également dissuader les terroristes qui, comme un virus, sont en train, petit à petit, de s’enraciner au niveau du centre.

Transcription, Abdoulaye OUATTARA

Source infomatin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *