Politique

Lutte contre le terrorisme : Deux principaux responsables du groupe Etat islamique neutralisés

Deux principaux responsables du groupe Etat islamique ont été tués par la force française Barkhane, au nord du Mali, le jeudi 22 Juillet dernier.

Selon un communiqué du ministre des armées français, deux cadres du lGEIQ ont été tués au cours d’une intervention aérienne de la force Barkhane au Mali. Il s’agit d’Issa Alsaharaoui, coordinateur logistique et financier d’IEG, et Abou Abdrahamane Al Saharaoui, chargé de trancher les jugements.

Ils sévissent au Sahara depuis de nombreuses années et ont participé à de nombreuses attaques contre les forces nigérienne et malienne, notamment l’attaque contre une position de force nigérienne en décembre 2019, au cours de laquelle 71 soldats ont été tués.

Selon une source sécuritaire malienne, ils étaient membres du Mujao, Mouvement pour l’unicité de jihad en Afrique de l’ouest, qui se fusionne plus tard avec une autre organisation pour former l’État islamique au grand Sahara,

Ils ont été neutralisés lors d’une opération de la force Barkhane, en coordination avec les forces américaines sur très courte préavis et après des renseignements consolidés contre un camp de l’organisation de la région de Ménaka.

Plusieurs cadres du haut rang avaient déjà été neutralisés au mois du juin, dont un des chefs du groupe, Dadi Oul Chaib , plus connu sous le nom de Abou Dardar, ainsi que Almahamoud AG Bay alias Ikaray, important cadre de l’EIGS, proche de leader du groupe, Adnan Abou Walid Al Saharaoui, a rappelé le ministre.

Pour le ministre, cette nouvelle opération rentre dans le cadre de la stratégie de la France de cibler les chefs et les cadres terroristes et d’illustrer sa détermination à contribuer à la lutte contre les groupes armés terroristes, aux côtés de ses partenaires avec ses alliés européens et américain.

A noter que la France compte 5100 soldats sur le sol du Mali dans le cadre de l’opération conjointe Barkhane dont le retrait progressif avait été annoncée par le président français Emmanuel Macron, en Juin dernier, juste après une deuxième coût d’Etat, perpétré par les Colonels de Kati.

Adama Konaté

Source : L’Observatoire

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur