Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Lutte contre la corruption et de la délinquance financière: De fortes odeurs de magouilles au CMTR – MALI CANAL
Actualité Société

Lutte contre la corruption et de la délinquance financière: De fortes odeurs de magouilles au CMTR

Créée pour défendre les intérêts des transporteurs, le Conseil Malien des Transporteur Routier (CMTR), sous la houlette de Youssouf Traoré, en plus d’être aujourd’hui l’un des principaux fossoyeurs du secteur des transports, est devenu au fil des ans un véritable antre de la corruption et de la délinquance financière. On y a en effet développé, et cela, depuis plus dix (10) ans, une pratique qui, au lieu d’aider les transporteurs, les soumet dans la précarité. Il s’agit de la vente de ticket CMTR aux différents postes de contrôle, une pratique qu’aucun acte juridique n’encadre et qui se déroule sous les yeux des plus hautes autorités. Laxisme de l’État face à la défiance d’un homme ?
La vente de ticket CMTR aux différents postes de contrôle est illégale et viole les textes de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). En effet, le Règlement N°15/2009/CM/UEMOA portant régime juridique des postes de contrôle juxtaposés aux frontières de ses États membres est très clair: seuls sont habilités à contrôler aux différents postes la police, la gendarmerie, le service des douanes, les Eaux et forêts et les services sanitaires. Dès lors, rien ne justifie la présence des agents du Conseil Maliens des Transporteurs Routiers à ces postes pour vendre des tickets.
Les acteurs du secteur des transports ont beau fait de crier leur désarroi sur tous les toits, la pratique continue ! L’affaire a longtemps défrayé la chronique et l’État se montre comme «impuissant» face aux dérives du Président du CMTR. Les quelques autorités qui ont voulu mettre fin au vol organisé de Youssouf Traoré ont dû se résigner face à la «toute puissance» de ce monsieur qui continue d’agir impunément.

En son temps, même Moussa Mara, tout Premier ministre qu’il était, n’a pu mettre un frein vol organisé de Youssouf Traoré à la tête du Conseil Malien des Transporteur Routier (CMTR).
Le Premier ministre Moussa Mara, informé des agissements de Youssouf Traoré frisant la défiance de l’État, a voulu suspendre son bureau, en vain. Les acteurs du secteur des transports avaient en effet saisi le Premier ministre Mara qui, automatiquement, avait, à travers la lettre N°2129 PM-CAB du 7 novembre 2014, instruit des mesures coercitives contre Youssouf Traoré et son bureau.

“Me référant à la lettre n°055/COORD/2014 du 5 mai 2014 du CMTR et aux inculpations dont fait l’objet M. Youssouf Traoré concernant des montants incriminés à hauteur de 500.000.000 FCFA pour détournement et de plus de 800.000.000 FCFA pour perception de taxes illégales, je vous invite à prendre les mesures idoines en vue de suspendre : la perception illégale de la redevance CMTR et M. Traoré de ses fonctions, ainsi que le bureau. Par ailleurs, il faut veiller à organiser avec un collège transitoire une élection dans le respect des textes du CMTR et à m’en rendre compte. J’attache un prix particulier au respect strict des présentes instructions’’, avait instruit Moussa Mara.
Mais malgré ces instructions fermes du Premier ministre, Youssouf Traoré est resté indéboulonnable, et à ce jour encore, il continue non seulement de racketter les transporteurs, mais aussi de bouffer à tout vent les fonds du Conseil Malien des Transporteur Routier (CMTR) comme si c’était son patrimoine personnel.
De même, l’ancien ministre des Transports, Makan Fily Dabo, avait lui aussi tenté de mettre fin à la délinquance financière de Youssouf Traoré sans y parvenir, le gouvernement ayant été dissout entre temps.
En effet, dans une correspondance en date du 10 mai 2021, le ministre Makan Fily Dabo écrivait au Président du CMTR: «Monsieur le Président, il me revient que des agents du Conseil Malien des Transporteurs Routiers (CMTR) procèdent à des perceptions de fonds sur les véhicules maliens et étrangers effectuant un transport commercial, au mépris des textes en vigueur. Le Décret N°09-178/P-RM du 27 avril 2009 a institué une redevance pour l’émission de la lettre de voiture en contrepartie des prestations du Conseil Malien des Transporteurs Routiers. Le CMTR ne saurait percevoir, sous son statut d’Etablissement public á caractère professionnel, de ressources en dehors de celles prévues par les textes législatifs et réglementaires.
Je signale que par lettre n°00168/MT1-SG du 15 mars 2021, j’ai indiqué au Médiateur de la République qui a requis des informations sur la régularité des perceptions opérées par le CMTR, que l’établissement n’a pas vocation à recevoir d’autres ressources que celles fixées par la réglementation en vigueur.
En conséquence, je vous engage à prendre toutes les dispositions pour mettre un terme immédiat à cette pratique insusceptible de se rattacher à la réalisation des missions qui sont dévolues au CMTR. Vous me rendrez compte des dispositions prises pour la cessation des perceptions indues, qui me dispenserait de faire usage des pouvoirs légaux proportionnés à la gravité des faits…».

Makan Fily Dabo était-il celui qui allait mettre fin vol organisé de Youssouf Traoré au Conseil Malien des Transporteur Routier (CMTR) ? Ce qui est sûr et certain, c’est que la pratique est toujours en cours au niveau des différents postes de contrôle. Youssouf Traoré serait-il finalement un intouchable au Mali ?
Une chose est claire, l’«intouchabilité» ne doit pas avoir de place dans le Mali nouveau qui se dessine en cette deuxième phase de transition dédiée à la lutte contre la corruption et la délinquance financière. Les plus hautes autorités du pays, notamment le Colonel Assimi Goïta et le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, sont interpellées !
Moussa DIARRA lexpress de bamako

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur