Politique

L’Urd en proie à ses tendances allogènes

A peine quelques mois seulement après la disparition de son fondateur et président – dont le fauteuil reste encore vacant -, l’Union pour la République et le Démocratie affiche déjà les signaux d’un lourd héritage. En cause, une bataille sans concession de leadership sur fond d’ambitions présidentielles où les figures historiques du parti sont tous étrangement relégués au profit de tendances allogènes. Les protagonistes de la bataille sont en effet tous des arrivants dont le dernier en date a adhéré au parti il y a seulement une dizaine de jours à Djenné. Il s’agit de Boubou Cissé dont l’adhésion inspiré un vicieux comité d’accueil exprimée par une manifestation d’hostilité, sans doute à la grande satisfaction de ses rivaux. Au nombre desquels figure un autre nouvel arrivant et prétendant sérieux au leadership de l’URD, en la personne de l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Mamadou Igor Diarra. L’arrivée des deux poids lourds intervient tel un cheveu dans la soupe du plus ancien parmi les prétendants allogènes au leadership du parti de la Poignée de Mains. Me Demba Traoré, il s’agit de lui, est aussi cet ancien responsable et élu du CNID ayant atterri dans a l’Urd dans le sillage de la bataille de succession d’ATT. Autant dire que la légitimité historique n’est pas le critère qui va départager les protagonistes, qui gagneraient plus à prendre langue au risque de transformer l’héritage de Soumaìla Cissé en instrument sans utilité pour aucune des tendances

temoin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur