Vous devez respecter le droit d'auteur
Monde Santé

L’université polytechnique de Hong Kong développe un système capable de détecter rapidement le nouveau coronavirus

L’Université polytechnique de Hong Kong a annoncé le 11 février qu’après quatre ans de travaux, son équipe de recherches avait développé avec succès un système de diagnostic multiplex automatisé pour tester les maladies respiratoires infectieuses. Il s’agit du système le plus complet de ce genre au monde, a rapporté l’Agence Xinhua

Utilisant la technologie de réaction en chaîne par polymérase (PCR), le système est capable de détecter en une heure et en un seul même test jusqu’à 40 agents pathogènes, y compris le nouveau coronavirus (COVID-19), le coronavirus du SRAS, le coronavirus MERS, le virus de la Grippe A, le virus de la grippe aviaire et le virus respiratoire syncytial.

(Photo : Zhang Wei/ChinaNews)

L’Université polytechnique de Hong Kong et le coronavirus
Le 11 février, des chercheurs démontrent le processus de fonctionnement du système en présence de Huo Wenxun (premier à droite), doyen de l’École de médecine de l’Université des sciences et de technologie de Macao, de Wei Bingjiang (deuxième à droite), vice-président de l’Université polytechnique de Hong Kong, et de Liu Leting (troisième à droite), professeur invité au Département de biologie appliquée et de technologie chimique de l’Université polytechnique de Hong Kong.

Des chercheurs de l’Université polytechnique ont mis au point un système qui peut identifier jusqu’à 40 types de bactéries ou virus liés à des infections respiratoires en une heure environ, suscitant l’espoir des médecins d’accélérer le diagnostic des patients présentant des symptômes similaires.

Le système, qui peut détecter des agents pathogènes, y compris le nouveau coronavirus, intervient alors que les scientifiques du monde entier se battent contre le temps pour développer des tests, des traitements et des vaccins contre le virus mortel qui serait originaire de Wuhan en Chine .

Le professeur Terence Lau Lok-ting, directeur de l’innovation et du développement technologique à PolyU qui a dirigé la recherche, a déclaré que l’invention pourrait accélérer le processus de diagnostic des infections respiratoires.
«En général, les tests actuels ne peuvent identifier qu’un à trois types de bactéries ou de virus à la fois. Si vous devez vérifier la présence de 40 agents pathogènes, vous devez soit demander à 40 personnes d’effectuer des tests ou de faire les tests 40 fois », a déclaré Lau.

Source : Intellivoire

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *