Vous devez respecter le droit d'auteur
Monde

L’ONU suspend les troupes sri lankaises du maintien de la paix après la nomination d’un chef de l’armée

(Reuters) – Les Nations Unies ont suspendu les déploiements de l’armée sri-lankaise dans les opérations de maintien de la paix de l’organisation mondiale après la nomination par un pays insulaire de l’océan Indien d’un ancien combattant accusé de graves violations des droits humains, a annoncé mercredi un responsable.

DOSSIER DE PHOTO: Le chef d’état-major de l’armée sri-lankaise, Shavendra Silva, assiste à une conférence de presse à Colombo, au Sri Lanka, le 16 mai 2019. Le 19 août 2019, Shavendra Silva a été nommé chef de l’armée. REUTERS / Dinuka Liyanawatte / Fichier Photo
En août, le président sri-lankais a nommé Shavendra Silva, ancien combattant de la guerre, chef des armées, suscitant de vives critiques de la part des États-Unis et de l’ONU sur la nomination d’un officier accusé de graves violations des droits humains.

«Nous avons exprimé notre inquiétude au gouvernement sri-lankais à propos de la nomination du lieutenant général Shavendra Silva au poste de commandant de l’armée sri-lankaise, en dépit d’allégations bien documentées et crédibles de son implication dans des violations graves du droit international humanitaire et relatif aux droits humains. », A déclaré à New York le porte-parole des Nations Unies Farhan Haq.

“Compte tenu de cette nomination, le Département des opérations de paix de l’ONU suspend donc les futurs déploiements de l’armée sri-lankaise, sauf dans les cas où une suspension exposerait les opérations de l’ONU à un risque opérationnel sérieux.”

Silva, 55 ans, aurait dirigé avec succès une division de l’armée contre le dissident Tamil Tigers au cours des phases finales de la guerre civile brutale qui a duré 26 ans.

Sa victoire, cependant, était très controversée. Des milliers de civils ont été tués au cours des dernières phases du conflit, y compris dans des zones que le gouvernement a qualifiées de «zone d’absence de feu» et soumises à des bombardements répétés de l’armée, y compris des hôpitaux.

Un panel des Nations Unies a accusé la division de Silva d’avoir soupçonné des exécutions extrajudiciaires de rebelles non armés au cours de la dernière semaine de la guerre, qui s’est achevée en 2009, et d’actes de torture systématiques contre des personnes en garde à vue.

Silva, qui a rejoint l’armée en 1984 et en était le chef d’état-major depuis janvier, a nié les accusations.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a déclaré dans un communiqué en août que la promotion de Silva “compromet gravement l’engagement du Sri Lanka en faveur de la justice et de la responsabilité”.

Les États-Unis ont désapprouvé la nomination de Silva dans une déclaration ferme et ont déclaré que “les allégations de violations flagrantes des droits de l’homme à son encontre, documentées par les Nations Unies et d’autres organisations, sont graves et crédibles”.

Silva a été nommé chef de l’armée après la fin du mandat de l’ancien chef, Mahesh Senanayake, en juillet.

Le bureau du président sri-lankais et l’unité des médias militaires n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires sur les critiques.

Plusieurs pays fournissent des forces aux missions de maintien de la paix des Nations Unies dans le monde entier.

source reuters

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *