Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité Politique

Levée des sanctions : les militaires doivent “encore satisfaire à la demande de la Cédéao d’un vice-président civil” (Buhari)

La levée des sanctions de la CEDEAO contre le Mali est confrontée à des obstacles. Après la désignation d’un Premier ministre en la personne de Moctar Ouane, la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest attend encore des éclairages.

Ils concernent notamment le poste de vice-président qui selon le président du Nigeria, qui cite le médiateur de la CEDEAO Goodluck Jonathan, doit être occupé par un civil. « Les dirigeants militaires (maliens) doivent encore satisfaire à la demande de la CEDEAO d’un vice-président civil et préciser son rôle au sein du gouvernement », a indiqué Muhammadu Buhari dans un communiqué.

Le président du Nigeria exprimé cette position après avoir rencontré son prédécesseur Goodluck Jonathan, médiateur de la CEDEAO au Mali.

L’éventualité d’une levée des sanctions de la CEDEAO va dépendre des discussions que les chefs d’État vont avoir autour « des zones grises qui demeurent dans la situation politique au Mali ». C’est seulement après que ces zones grises auront été abordés que la décision de lever des sanctions sera prise.

La vice-présidence de la transition au Mali est occupée par le Colonel Assimi Goita, président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP).

La semaine dernière, l’ancien ministre de la Défense Ba N’Dao a été désigné président de la transition pour une période 18 mois.

Le président Ibrahim Boubacar Keita a été renversé le 18 août 2020 par un coup d’État. Il a ensuite annoncé sa démission.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *