Vous devez respecter le droit d'auteur
Sécurité

Leadership et engagements communs: les armes nécessaires au secteur de la défense

Sensibiliser au moins 15 représentants (civils et militaires) du secteur de la défense sur les risques de corruption en termes de gestion du personnel et de systèmes d’approvisionnement du secteur de la défense ; et faciliter le dialogue entre le Forum des Organisations de la Société Civile Défense-Sécurité (FOSC-DS) et les représentants du secteur de la défense sur la gouvernance du secteur et sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre, sont les objectifs de la 2ème Journée malienne de Leadership/d’Engagements Communs, tenue à l’École Maintien de la Paix Maître Alioune Blondin BEYE, sise ACI 2000 à Bamako.

Par cette 2ème Journée malienne de Leadership, il s’agit de « construire une compréhension commune des priorités de réforme avec les acteurs de la défense malienne et comprendre les défis de leur point de vue autour desquels peut se bâtir une collaboration avec la société civile ».
Elle s’inscrit dans le cadre du Projet TIDS-CRI 2002 -UNDEF qui amorce l’opérationnalisation de ses dernières activités qui portent respectivement sur : la seconde journée de leadership ; l’élaboration d’un agenda commun de lutte contre la corruption ; et le lancement du rapport sur l’analyse de l’intégrité des mécanismes de gouvernance du secteur de la défense au Mali, lors d’une conférence de presse. Des activités qui seront menées, faut-il le rappeler, dans le contexte exceptionnel, et majeur, de préparation, d’organisation, et de tenue, par le Mali du « Dialogue National Inclusif (DNI) » qualifié de « grand tournant » d’autant plus qu’il constitue « l’un des grands chantiers ».
Étaient invités à cette Journée, les institutions de la République ; les ministères ; l’état-major des FAMa ; les hauts fonctionnaires de la Défense ; Commissariat à la Réforme du Secteur de la Sécurité (CRSS)/ministre Secrétaire Permanent du Conseil de Sécurité nationale ; Cri-2002-Think tank associatif dédié aux évolutions sociopolitiques et stratégiques ; Transparency International-Défense et Sécurité (TI-DS) ; le Forum des Organisations de la Société Civile-Défense et Sécurité (FOSC-DS).
Trois séances ont émaillé cette 2e journée.
La Première séance relative à ‘’comprendre les risques de corruption et le contrôle parlementaire dans le contexte malien’’ visait à explorer l’indice de corruption relatif à la défense (GI) et les relations entre l’Assemblée nationale et le Gouvernement pour le contrôle parlementaire.
La 2e séance qui a porté sur ‘’développer l’intégrité au niveau de la gestion du personnel dans le secteur’’, cherche à renforcer l’intégrité et l’efficacité des forces armées en améliorant les systèmes de ressources humaines et de gestion du personnel.
Quant à la 3e séance, sur ‘’développer l’intégrité au niveau de l’approvisionnement du secteur’’, elle a dans son viseur de renforcer l’intégrité et l’efficacité des forces armées en améliorant la transparence et la redevabilité en matière d’approvisionnement du secteur.
À l’occasion de ladite journée, 3 problématiques ont été scrutées.
La problématique 1 : malgré les progrès réalisés jusqu’à présent visant à renforcer l’intégrité des Forces armées Maliennes (FAMa), des efforts restent encore à faire en matière de contrôle parlementaire, démocratique et civil.
Ici, il s’agit de s’intéresser sur les relations entre les parlementaires, les citoyens, et le secteur de la défense en matière de contrôle parlementaire conformément aux dispositions constitutionnelles, législatives, réglementaires, et d’établissement de collaboration franche pour l’information, la communication, la transparence, l’intégrité et la bonne gouvernance dans le secteur défense.
La problématique 2 : malgré les progrès réalisés jusqu’à présent visant à renforcer l’intégrité des Forces armées Maliennes (FAMa), des efforts restent encore à faire en matière de gestion du personnel.
Ici nous nous intéresserons à la question du renforcement de l’intégrité des FAMa, avec une attention particulière sur la gestion du personnel, les avancements et la chaîne de paiement du secteur.
La problématique 3 : malgré les progrès réalisés jusqu’à présent visant à renforcer l’intégrité des Forces armées Maliennes (FAMa), des efforts restent encore à faire en matière de l’approvisionnement du secteur.
Cette partie a porté sur l’amélioration de l’approvisionnement et l’importance de la mise en place de la publication de procédures officielles qui définissent les exigences en matière d’achats, basées sur des besoins clairement identifiés et énoncés dans une stratégie de dépense rendue publique.
La journée a été introduite par les morts du Président de CRI-2002, Contact National Transparency International, Ancien ministre, le Dr Abdoulaye SALL ; du Président du Forum des Organisations de la Société Civile Défense Sécurité (FOSC-DS), El Hadj Bamoussa TOURE, Coordonnateur général des Chefs de Quartiers du District de Bamako du Représentant de TI-DS, Julien JOLY.

PAR BERTIN DAKOUO

Source infomatin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *