Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Le président IBK reconnaît les contacts avec les djihadistes – MALI CANAL
Actualité Politique URGENT

Le président IBK reconnaît les contacts avec les djihadistes

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a pour la première fois reconnu des contacts avec des insurgés djihadistes, une option que le gouvernement a depuis longtemps rejetée.

« Le nombre de morts au Sahel devient exponentiel et il est temps que certaines voies soient explorées », a-t-il déclaré dans une interview aux médias français .

Le dialogue avec les dirigeants djihadistes tels qu’Amadou Koufa et Iyad Ag Ghali a longtemps été considéré comme hors de portée pour le gouvernement de Bamako.

Amadou Koufa et Iyad Ag Ghali

Rappelons que les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre Amadou Koufa et Iyad Ag Ghaly. Amadou Koufa, prédicateur salafiste et dirigeant du groupe lié à al-Qaïda opérant dans le centre du Mali. Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans(GSIM): l’affilié d’Al-Qaïda au Mali est issu de la fusion d’Al Mourabitoune, du Front de Libération de Macina, de l’Émirat AQMI du Sahara et d’Ansar Dine en mars 2017. Son leader est Iyad Ag Ghali, qui a également dirigé Ansar Dine. En 2012, au début de la guerre du Mali, il fonde le groupe salafiste djihadiste Ansar Dine dans le but d’instaurer la charia au Mali. En 2017, il prend la tête du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), né de la fusion de la plupart des groupes djihadistes maliens.

le 21 novembre 2007, Iyad Ag Ghali est nommé conseiller consulaire du Mali, à Djeddah en Arabie saoudite. Suspecté par les Saoudiens d’être en contact avec Al-Qaïda, il est expulsé en 2010. Il débarque en France avec son épouse et fréquente assidûment une mosquée du 8e arrondissement de Paris avant de regagner le Mali.
En Juillet 2019 , le Trésor américain a sanctionné, Iyad Ag Ghaly

Dans l’interview, Keita semble avoir changé de cap sur les refus antérieurs de dialoguer avec des djihadistes.

« Nous sommes prêts à jeter des ponts pour le dialogue avec tout le monde … à un moment donné, nous devons nous asseoir autour d’une table et parler », a-t-il déclaré. Il a dit qu’il avait envoyé l’ancien président Dioncounda Traoré « en mission ».
« Il est mon haut représentant, son travail consiste donc à écouter tout le monde », a déclaré le président.

Traoré était principalement chargé de voir s’il y avait des gens qui « pourraient être sensibles à un discours de raison ».
Cependant, Keita a également déclaré qu’il n’était « pas naïf » quant aux chances de succès. « Ceux qui ordonnent aux autres d’entrer dans une mosquée et de se faire exploser au milieu des fidèles n’ont pas beaucoup d’estime », a-t-il dit.

Une conférence nationale de 2017 réunissant le parti de Keita et les partis d’opposition a appelé à des entretiens directs avec les djihadistes comme moyen de résoudre la crise au Mali. Cependant, le gouvernement n’a jamais donné suite aux recommandations.

Source : intellivoire

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur