Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Le Pr Clément à propos de son arrestation « On m’interpelle sur des bases qui me restent étrangères »

Suite à sa mise en liberté provisoire le vendredi 22 mai dernier, le Pr Clément Dembélé, enseignant-chercheur et président de la Plateforme contre la Corruption et le Chômage (PCC) nous a livré les dessous de son interpellation par la Sécurité d’Etat, depuis le samedi 9 mai 2020 dernier. C’était à la faveur d’une interview, à son domicile sis au quartier Banconi Dianguinèbougou, en Commune I du district de Bamako.

 

Pouvez-vous nous faire un petit rappel de votre interpellation ?

Le Pr clément Dembélé :

J’ai été arrête le 9 mai 2020 dans les environs de 13h30 par des individus d’abord inconnus au quartier Banconi en commune I du district de Bamako. C’est après que j’ai compris que j’ai été arrêté par la Direction Générale de la Sécurité d’Etat. Pendant deux semaines, j’ai été gardé détenu dans les locaux de la SE. »

Pourquoi vous avez été interpellé ?

Ce qu’on m’a dit au début, c’est qu’il y avait une histoire de coup d’Etat, chose que je n’ai jamais pensée. Et je ne le ferai pas, parce que je ne suis pas le Monsieur du coup d’Etat. En ce sens que je n’ai pas de troupe ni d’armes. Et puis après, il y avait une histoire de conspiration. Alors qu’il n’y a pas eu de conspiration et je n’ai jamais été conspirationniste. Vers la fin, c’est l’histoire d’une vidéo postée le 8 mai. Ils disent que dans cette vidéo je fais appel à la violence. Et que j’appelle les militaires à la désobéissance. Je prends témoin le peuple malien de regarder ladite vidéo pour prouver qu’en aucun moment je n’ai fait appel à la violence. De toute ma vie la violence a été contraire à mon éthique. Je n’ai pas besoin d’appeler les militaires à désobéir. Je ne l’ai pas fait et je ne le ferai pas. Car, je ne suis pas compétent ni moralement ni intellectuellement.

En plus, je n’ai aucune légitimité et aucun intérêt à faire ce genre de chose. J’avais fait la vidéo plutôt dans l’intension d’appeler les maliens à l’apaisement. Parce que la veille, il y a eu des postes de police saccagés à Kati, des échauffourées à Kita et des affrontements à Kayes. Des images venaient aussi de Sikasso  faisant croire qu’il y a eu des impacts de balles sur les corps mutilés. Sans oublier des morts d’hommes suite aux gaz lacrymogènes. En tant que citoyen, j’ai fait cette vidéo pour appeler les gens à ne pas s’attaquer aux policiers, pour demander aux policiers de faire attention. En aucun moment, je n’ai appelé à la violence ou à la désobéissance.

La désobéissance dont ils ont parlé est prévue et encadrée dans l’article 121 de la constitution du Mali. L’article en question stipule que  « lorsque la forme de la République est atteinte, la désobéissance civique devient une obligation pour le peuple du Mali ». Et dans le même article le coup d’Etat est interdit. Donc, je ne peux pas me permettre de penser une seconde au coup d’Etat. Et encore moins d’appeler les militaires à la désobéissance. Surtout quant on se réfère à l’article 1 de l’armée qui rappelle les militaires à la rigueur en termes de discipline et de respect de la hiérarchie. Je ne vois pas comment un civile, de surcroit enseignant-chercheur que je suis, se permet d’appeler les militaires à la désobéissance. Chose que je n’ai pas comprise. On m’interpelle sur des bases qui me restent étrangères. On m’interpelle sur des motifs que je ne comprends pas.

Je m’excuse s’ils n’ont pas compris ma vidéo. Mais en aucun cas je ne fait usage de violence et je ne le ferai pas. Je n’ai pas besoin de violence pour rappeler le peuple à la conscience. Mon travail c’est l’éveil de conscience. J’appelle les maliens à la révolution des consciences. Je ne sais pas violer, je passe par la pédagogie et l’information.

Quelles ont été vos conditions de détensions ?

Les conditions, comme c’est ma première fois que j’ai été interpellé donc je ne connais pas les conditions de détention des autres. Mais la condition dans laquelle j’ai été détenu, c’est qu’on me donnait à manger et à boire. Il y a eu beaucoup d’aller et retour avec des interrogations. J’étais cagoulé chaque fois pour aller répondre. Quand même je n’ai pas été violenté ni insulté, encore moins trainé par terre. J’étais là, on m’amenait à manger aux heures de manger. J’ai été vu par un médecin qui n’est plus revenu après lui avoir expliqué mon état de santé

Qu’est ce qui s’est passé au niveau de la justice ?

J’ai été présenté le jeudi dernier à Mamadou Kassogué, le procureur près le tribunal de la commune III. Ce dernier a rejeté le dossier pour la simple raison que l’affaire n’est pas du ressort du parquet de la commune III. Parce que l’action a été commise en commune I. Donc il revenait à la commune I de s’en charger. Ils m’ont reçu, ils m’ont accueilli comme il se doit. Lors de nos échanges, j’ai expliqué la situation au procureur qui a jugé nécessaire que je fasse des engagements pour qu’il me mette à la disposition de la justice. Toute chose que j’ai faite. Il a jugé nécessaire aussi de me mettre en liberté provisoire pour leur permettre de me poursuivre. Et que je serai bientôt au tribunal pour être jugé.

Quelle leçon tirez-vous de votre interpellation ?

La leçon que je tire est que ça va encore très mal au Mali. Au-delà de cet aspect, je retiens l’amour du peuple malien à mon égard. Je savais que les maliens m’aimaient, mais je ne savais pas qu’ils me portaient à tel point dans leur cœur. Cela m’a beaucoup marqué et ça me marquera durant toute ma vie. Ce que j’ai retenu aussi, c’est de continuer dans ma lutte, mon combat. De ne jamais l’arrêter. Et tant qu’il y a la corruption, la mauvaise gouvernance, je dois doubler d’effort. Pour finir, mon interpellation m’a beaucoup motivé. J’ai compris aujourd’hui qu’il faut aller jusqu’au bout, mais sans violence, sans porter atteinte au bien public. Mais aller jusqu’au bout pour qu’il n’y ait plus de corruption au Mali. Mais aussi pour que personne ne prenne la part de 100 000 personnes. Chose qui est tout simplement immorale et inconcevable. Je mènerai ce combat jusqu’à la fin de ma vie avec des milliers de maliens, des amis, des anonymes. Je remercie mes détracteurs qui ont de moi une personnalité importante.

Adama Coulibaly

Source: Nouveau Réveil

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *