Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité ALERTE Société

Le miracle du jour : donnée pour morte à l’hôpital du Point G, la basketteuse Kadidia Samaké éternue alors qu’on transférait son corps vers la morgue du quartier

Depuis ce matin notre basketteuse Kadidia Samaké avait été annoncé décédée par le corps médical à l’hôpital du Point G où elle achève son traitement d’une grave pathologie qui a affecté sa jambe. Un cadre du ministère de la Jeunesse et des Sports avait même posté le message sur sa page facebook.

Selon des sources bien introduites au département des Sports, le médecin traitant a annoncé son décès à la famille laquelle a aussitôt alerté le département.

C’est Falaye Sissoko, l’accompagnant de la malade qui a informé le département de la nouvelle. Ainsi, un envoyé du ministère de la Jeunesse et des Sports a été envoyé au Point G. On était en train de remplir les formalités administratives aux services hematho et les Gardiens de surface s’affairaient à envoyer le corps vers la morgue du quartier, à la demande de la famille.

Trois longues heures ont passé entre-temps pendant que Kadiatou était déclarée morte. Mais en route, la brave Kadidia Samaké revient, elle éternue et commence à bouger et c’est le choc.
Elle n’est pas morte et il faut vite la réanimer à nouveau.
Voilà la brave Kadidia venait de faire mentir tout le monde : le corps médical, sa famille, le département et les mauvaises langues des réseaux sociaux. Actuellement, elle est sous sérum.

Contacté, Moustapha Diawara, un agent du ministère de la Jeunesse et des Sports confirme cette information. Il dit avoir été contacté par la famille dans un premier temps pour lui annoncer le décès, avant d’être informé par la suite de la donne actuelle. Il a précisé qu’elle est sous traitement de choc, et que les médecins sont en train de la réanimer.

Puisse cette surprise être celle divine et qu’Allah donne la santé à notre sœur que nous aimons tant.

Source : Malicanal.com

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *