Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Le Challenger de la semaine :Habi Diarra, photographe, camerawomen – MALI CANAL
Société

Le Challenger de la semaine :Habi Diarra, photographe, camerawomen

Titulaire d’un Diplôme d’Etudes Fondamentales (DEF) obtenu en 2020, Habi Diarra est une jeune stagiaire dans un petit studio de photographie de Kati Sananfara-Fouga. Rêve d’enfant qui est en train de devenir une réalité. Elle pratique son métier de photographe-camerawoman avec amour, courage et passion.

Camera à la main, calme, patiente, la jeune Habi Diarra est imperturbable quand elle vise une cible avec son appareil. Elle est présente à plusieurs événements de la ville de Kati et environs.
Modeste, elle est fière de réaliser son rêve d’enfance. « J’ai commencé à exercer ce métier cette année. Depuis toute petite, j’ai été passionné par les appareils photos et la caméra. Je l’imaginais toujours comme un métier d’hommes. Mais là, je vois que tout le monde peut l’exercer », nous a-t-elle confié.
Les difficultés ? Elle en connaît comme tout débutant. « Les difficultés, c’est d’abord le fait d’avoir un patron homme que les gens interprètent autrement, mais je reste sereine. Sur le terrain, on me regarde avec un œil d’étonnement. En revanche, je suis parfois félicitée et encouragée par des gens. Tenir la caméra aujourd’hui est une fierté pour moi », a expliqué Habi Diarra.
Comment concilier les travaux ménagers et son métier de cœur ? Elle nous rassure : « Ce travail ne m’empêche pas de faire mes travaux ménagers. Je fais tout et j’ai le soutien de toute la famille », a-t-elle souligné.
A 23 ans, Habi rêve grand. Pour cela, elle compte toujours sur les bonnes volontés et les ONG qui soutiennent les femmes. « Il n’y a pas de sot métier. Je veux vraiment briller dans ce métier pour venir en aide à mes parents et être une femme autonome. Je viens de commencer et j’ai besoin de soutien, tant en matière de formation qu’en terme d’acquisition d’équipements, pour donner le meilleur de moi-même. Cela me ferait réellement plaisir », a déclaré mademoiselle Diarra.
Déjà courageuse et pleine d’énergie, la photographe-Camerawomen est un exemple de motivation qui mérite d’être soutenue.

Moussa DIARRA/Le Challenger

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur