Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
L’accord de financement a été signé hier entre la Banque mondiale et le Mali: Environ 33, 08 milliards FCFA pour diverses actions dont des crédits à 1 000 MPME – MALI CANAL
Economie

L’accord de financement a été signé hier entre la Banque mondiale et le Mali: Environ 33, 08 milliards FCFA pour diverses actions dont des crédits à 1 000 MPME

D’un montant de 60 millions de dollars US, soit environ 33, 08 milliards FCFA (30 millions de dollars en prêt IDA et 30 millions en don), l’accord de financement signé, hier, lundi 20 avril, à l’Hôtel des finances, par le ministre de l’Economie et des finances, Alousseini sanou et la Directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Mali, Soukeyna Kane, permettra au gouvernement de soutenir l’entrepreneuriat et l’emploi en appuyant l’accès au financement des activités génératrices de revenus, notamment pour 1000 micros, petites et moyennes entreprises et 15.000 personnes, qui pourront bénéficier d’opportunités génératrices de revenus, notamment les femmes.

L’accord de financement du Projet de Promotion de l’Accès au Financement, à l’Entreprenariat et à l’Emploi au Mali (PAFEEM), qui vient d’être signé, a été approuvé le 17 mars dernier par le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale. C’est une initiative de 60 millions de dollars américains, dont 30 millions en don et 30 millions en crédit. Elle a pour objectif de soutenir les efforts du gouvernement face aux défis de l’inclusion financière, du financement des Micro, Petites et Moyennes Entreprises (MPME) et de la création d’activités génératrices de revenus, particulièrement au bénéfice des jeunes et des femmes.

La Directrice des Opérations de la Banque Mondiale pour le Mali, Soukeyna Kane a souligné que le PAFEEM adhère à la stratégie de développement économique durable, qui inclut la promotion du « développement inclusif et de la transformation économique et appuie les efforts nationaux pour l’emploi « . En outre, le projet s’inscrit dans le cadre de la politique de la région Afrique de l’Ouest et du Centre de la Banque mondiale visant à renforcer le capital humain, l’autonomisation des femmes, l’accélération de la transformation numérique et l’intégration régionale.

Il garantira un prêt ou une ligne de crédit à 1000 Micros, Petites et Moyennes Entreprises et 15.000 personnes pourront bénéficier d’opportunités génératrices de revenus, notamment les femmes. De plus, il soutiendra la numérisation de certains services de paiement gouvernementaux, afin d’augmenter le nombre de personnes détenant un compte de transaction, évalué actuellement à moins de 20% au Mali, contre une moyenne de 43% en Afrique subsaharienne.

Il devrait permettre d’atteindre des résultats concrets dans les domaines de l’inclusion financière durable et le développement des entreprises de technologie financière, les « fintechs » pour un meilleur accès et une plus grande utilisation des services financiers numériques, un accroissement des garanties partielles de crédit de portefeuille à travers le Fonds de garantie pour le secteur privé….

Il sera mis en œuvre à travers cinq composantes, dont les deux premières couvrent tout le Mali, alors que la composante 3 (AGR et HIMO) sera concentrée sur les populations vulnérables, en particulier les femmes et les jeunes dans le Centre et le Nord du pays (Mopti, Gao, Tombouctou et Kidal).

Le ministre de l’Economie et des finances a rappelé « la mise en œuvre diligente et correcte de ce projet, ce qui relève de la capacité de chaque partie à respecter scrupuleusement ses engagements « .

Et de rassurer que » nous ne ménagerons aucun effort pour honorer les engagements pris afin d’assurer la bonne réalisation de ce projet qui contribue indéniablement à la mise en œuvre réussie de notre nouveau Cadre Stratégique pour la Relance Economique et le Développement Durable (CREDD) et de son plan d’actions pour la période 2019-2023, particulièrement l’axe stratégique n°3, portant sur la Croissance inclusive et transformation structurelle de l’économie « .

Des pertes de revenus de plus de 50% pour les MPME à cause de la Covid-19

La croissance des entreprises dans les pays en développement est fortement entravée par l’insuffisance de l’accès aux services financiers, exacerbée par le contexte de Crise COVID-19. Selon Soukeyna Kane, les MPME au Mali, dirigées par des femmes ont été particulièrement touchées, nombre d’entre elles signalant des pertes de revenus de plus de 50%, en grande partie, en raison de leur taille réduite, de leur caractère informel et de leur concentration dans les secteurs fortement ébranlés comme l’Agriculture et le Commerce.

Conformément aux initiatives gouvernementales de réponse aux impacts de la COVID-19, les activités du projet comprennent des mesures, à court terme, visant à en atténuer les conséquences économiques. De plus, des interventions d’appui à moyen et long termes aux Micros, Petites et Moyennes Entreprises sont également prévues et adaptées en fonction de la taille des entreprises.

Cinq accords pour un montant de 219,35 milliards de F.CFA en 2021

L’accord de financement signé, hier, mardi, est le cinquième du genre, depuis le début de l’année 2021, entre l’institution du Breton Woods et notre pays, pour un montant totalisant plus de 397,81 millions de dollars américains, soit environ 219,35 milliards de F CFA en prêts et dons.

Au nom du gouvernement du Mali, le ministre Sanou a donc remercié pour « ce soutien combien important, à un moment où notre pays a besoin de tous ses partenaires et amis pour conforter ses efforts d’instauration de la paix, de stabilisation et de développement durable « .

Youssouf CAMARA

Source: l’Indépendant

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur