Vous devez respecter le droit d'auteur
Monde

La Chambre des représentants vote la mise en accusation de Donald Trump

Le vote de la Chambre des représentants a eu lieu dans la soirée de mercredi, et comme prévu Donald Trump a été inculpé d’abus de pouvoir et d’obstruction au Congrès. Il est le troisième président de l’histoire des États-Unis à être mis en accusation, ce qu’on appelle l’impeachment. La procédure n’a quasiment aucune chance d’aboutir.

Avec notre correspondante et notre envoyée spéciale à Washington,  Anne Corpet & Loubna Anaki

La Chambre des représentants a débattu pendant six heures des deux articles de l’acte d’accusation du président américain : abus de pouvoir et obstruction du Congrès. Avant de finalement rendre son verdict qui ne faisait aucun doute, les démocrates étant majoritaires à la Chambre.

La Chambre des représentants a adopté, par 230 voix pour, 197 contre et une abstention, selon des lignes quasi strictement partisanes, le chef « d’abus de pouvoir » contre le milliardaire républicain. Le chef d’accusation d’entrave au travail du Congrès, en raison du refus de Trump de participer à l’enquête en destitution le visant, a été adopté avec 229 voix pour, 198 contre et une abstention.

Sans surprise, les parlementaires républicains ont donc fait bloc derrière le président, et ont réussi au passage à rallier deux votes démocrates pour le premier article de l’acte d’accusation, et trois pour le second.

► À la Une de la revue de presse française : Trump mis en accusation

Les démocrates ont varié dans leurs accusations contre le président: violation de la loi de finance électorale, chantage, interférences dans les élections, corruption, extorsion… Finalement, ils ont terminé avec les accusations ridicules auxquelles nous faisons face aujourd’hui: abus de pouvoir et obstruction du Congrès

Devin Nunes, représentant républicain de Californie 19/12/2019 – par Anne Corpet Écouter

Une menace pour la démocratie selon Nancy Pelosi

Lorsque Nancy Pelosi a ouvert solennellement le débat, toute vêtue de noir pour la circonstance. Elle a évoqué la menace que fait peser Donald Trump sur la démocratie : « Hélas, la vision que les pères fondateurs avaient de notre république est menacée par les actions du président. »

La cheffe de la majorité démocrate à la Chambre s’est dite attristée. « Il est tragique que les actions du président rendent cette procédure nécessaire », a-t-elle déclaré. La tristesse du jour, c’était d’ailleurs bien le seul consensus autour duquel républicains et démocrates se sont rassemblés.

Le démocrate Lewis Johnson, figure de la lutte pour les droits civiques, l’a dit avec force : « C’est un triste jour ! Ce n’est pas un jour de réjouissances ! » Et Nancy Pelosi de rappeler sèchement à l’ordre d’un geste les élus de ses rangs qui tentaient d’applaudir à l’issue du vote.

Notre nation est fondée sur le principe que nous n’avons pas de rois, nous avons des présidents. Et la Constitution est notre guide. Quand vous voyez quelque chose qui n’est pas bien, pas juste, pas équitable, vous avez l’obligation morale de dire quelque chose, de faire quelque chose. Nos enfants et leurs enfants vont nous demander: qu’avez-vous fait?

John Lewis, représentant démocrate de Géorgie 19/12/2019 – par Anne Corpet Écouter

« Il a sans cesse encouragé des acteurs étrangers à interférer »

Pour les démocrates, l’impeachment est « le seul moyen de sauver la démocratie américaine ». « Le danger persiste. Le risque est réel. Notre démocratie est en péril », a lancé Adam Schiff, le démocrate qui préside la commission du renseignement. Mais pour les républicains, c’est « un coup d’État masqué » pour déposer un président élu.

Tandis que les premiers martèlent que personne n’est au-dessus des lois, les seconds dénoncent avec fougue une procédure viciée, une vendetta, une mascarade, un canular, comme dit le président. Certains élus se sont un peu emballés, à l’image de Barry Loudermilk, qui a comparé la procédure au procès de Jésus-Christ instruit par Ponce Pilate, allant jusqu’à assurer que le Romain avait « offert plus de droits à Jésus que ce que les démocrates ont offert à ce président lors de cette procédure ».

Devin Nunes, élu républicain, y est allé de ce commentaire : « Ce n’est pas facile de rendre ennuyeuse une tentative de coup d’État, mais les démocrates en ont trouvé le moyen. » Les intéressés auront évoqué plus souvent le fond du dossier. « Il a sans cesse encouragé des acteurs étrangers à interférer dans nos élections. Il a tordu le nez aux pouvoirs du Congrès. Assez, cela suffit ! », a lancé George Butterfield, élu de Caroline du Nord.

Beaucoup de mes collègues semblent avoir fait leur choix: protéger le président, l’autoriser à se placer au-dessus des lois, lui permettre de tricher à nouveau, aussi longtemps que c’est au service de leur parti et de leur pouvoir. Ils ont fait leur choix, et je crois qu’ils regretteront le jour où ils l’ont fait

Adam Schiff, représentant démocrate de Californie 19/12/2019 – par Anne Corpet Écouter

Un procès au Sénat pour décider de l’avenir du président

Après quelques tweets rageurs postés avant le vote, le président a quitté Washington sans un mot pour la presse. Il a réservé ses premiers commentaires à ses partisans, qu’il a rejoints pour un meeting dans le Michigan.

Donald Trump a appris l’officialisation de sa mise en accusation alors qu’il se trouvait à la tribune, déchaîné devant ses partisans. Un rendez-vous organisé dans le district de l’élu indépendant qui a voté en faveur de son inculpation, ce qui n’est sans doute pas un hasard.

M. Trump a conspué les démocrates, qu’il a qualifiés de bons à rien. « Pendant que nous créons des emplois et que nous nous battons pour le Michigan, la gauche radicale au Congrès est rongée par l’envie, la haine et la rage, vous voyez ce qu’il se passe », a-t-il lancé dans la ville de Battle Creek. « Les démocrates essayent d’annuler le vote de dizaines de millions d’Américains », a-t-il ajouté.

Le président Trump, en meeting dans le Michigan pendant le vote de sa mise en accusation par la Chambre des représentants, le 18 décembre 2019.REUTERS/Leah Millis

Nancy Pelosi a l’intention de faire durer la séquence

Alors que le silence régnait dans les couloirs du Congrès, la Chambre des représentants a donc procédé mercredi à un vote à la portée retentissante dans l’histoire américaine. « Le président est inculpé. La chambre a voté en ce jour triste pour protéger et défendre la Constitution des États-Unis. »

Le président américain est donc le troisième, après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, à être renvoyé en procès devant le Sénat. Il appartiendra désormais aux sénateurs de le juger, sans doute en janvier. Les républicains, qui contrôlent la chambre haute, ont déjà prévenu qu’ils avaient la ferme intention d’acquitter Donald Trump.

Mais le nom du New-Yorkais restera entâché par cette procédure infamante. En redoutable tacticienne, Nancy Pelosi envisage d’ailleurs d’attendre avant de transmettre les articles d’impeachment au Sénat. Une manière de s’assurer que le procès ne soit pas trop rapidement expédié.

Source : rfi

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *