Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité Société

Kayes : La population proteste contre le couvre-feu

Confinés de jour par une chaleur caniculaire de 49 degrés et de nuit par le couvre-feu, les habitants de l’ancienne Cité des Rails sont sortis de leur réserve, samedi, pour protester contre le régime restrictif imposé par la mesure gouvernementale. Pas question de mourir dans un confinement quasi total qui sèvre la population de sources de revenus. C’est l’argument brandi par les manifestants ayant pris d’assaut rues et ruelles de Kayes pour braver le couvre-feu à coups d’incendie de pneus sur les artères, de slogans hostiles aux forces de l’ordre, de jets de projectiles et d’incitations à la défiance collective. Pourtant, il était question au départ de marcher simplement pour obtenir un allègement des mesures pendant le mois de carême dont les contraintes s’accommodent très peu des exigences du couvre-feu.

«Les restrictions affament les individus et étouffent le commerce», nous a confié un sympathisant de la manifestation populaire, expliquant au passage que le restaurateur qui avait coutume d’écouler la viande de deux moutons par jour n’en vend plus aucun et que les habitués des gargotes n’ont ni la liberté  ni l’opportunité de s’y régaler. Ils sont par conséquent condamnés à crever de faim puisque les familles ou ménages n’offrent nullement le repas qui permette de récupérer convenablement des pénibles journées de jeûne, dans une cité qu’un soleil de plomb commence a réchauffer dès le petit matin.

Ainsi surchauffés à la température naturelle, les nerfs des Kayesiens pouvaient difficilement résister par ailleurs aux abus d’agents de police qui profitent allègrement du couvre-feu pour violer l’intégrité physique de citoyens et rançonner nuitamment les contrevenants. Les agents en patrouille exigent en effet le paiement de 15 000 francs CFA par moto saisie et se montrent en outre impitoyables avec les piétons en proie aux sévices corporels les plus affligeants, a-t-on confié. Il nous revient de même source, au demeurant, que les émeutes de samedi soir a déclenché suite à une sévère punition corporelle perpétrée contre une jeune femme arrêtée par des agents en patrouille dans le quartier Plateau. S’en est suivie le lendemain cette tentative de levée le couvre-feu qui a tourné court avec des scènes de saccages et de vandalisme ayant pris pour cible des feux tricolores et les symboles de l’administration d’Etat. La résidence du Gouverneur n’a pu être épargné qu’en ayant recours à un renfort de l’armée pour prêter main-forte à la Police et à la Garde nationale. Néanmoins, des pourparlers et tractations sont engagés entre les autorités locales et un collectif mandaté par les manifestants pour trouver une sortir de crise . En attendant au lieu de 21 heures habituelles, le début du couvre-feu a été exceptionnellement avancée de deux heures depuis hier soir, soit à 19 heures, comme pour étouffer les éventuelles manifestations dans leurs foyers de gestation.

A KEÏTA  

Source : Le temoin 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *