Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Impact des tracasseries routières sur les populations vulnérables au Mali : L’atelier de restitution fait le point des résultats de la recherche

Ce jeudi 3 octobre 2019 à l’hôtel Sheraton a eu lieu l’atelier des restitutions de l’impact des tracasseries routières sur les populations vulnérables au Mali.  C’était sous la présidence du ministre secrétaire d’Etat chargé de l’équipement rural, Adama Sangaré. Le présidium a en outre enregistré la présence du Coordinateur de l’OMA(Observatoire des Marchés Agricoles au Mali) Pierre Traoré ; le représentant de l’USAID Mark Doyle et le Coordinateur du bureau régional de l’Université d’État de Michigan(MSC)Yenizié Koné.

  En effet, une recherche a été menéesur les impacts des tracasseries routières sur les populations vulnérables au Mali, par le projet de recherche sur les politiques de sécurité alimentaire au Mali. L’analyse effectuée se repose sur les données des prix et des marges de commercialisation des principaux produits commercialisés fournies par l’Observatoire des Marchés Agricoles au Mali (OMA). Le panier de consommation des différents groupes de ménages provient des analyses ELIM(2006). Les analyses effectuées utilisent un modèle multi-marché développé par Michigan State University afin de simuler l’impact à la consommation des céréales de base mil\sorgho, riz, des autres aliments de base (fruits et légumes, etc.) et des produits à haute valeur calorique (viande, huiles, etc.), la consommation calorifique et les revenus des populations vulnérables. La population malienne est ainsi répartie dans quatre grandes catégories : urbains pauvres (UP), urbains non pauvres (UN), ruraux pauvres (RP) et ruraux non pauvres (RN).

Suite à cette recherche, les constats suivants ont été posés : les tracasseries routières constituent des entraves qui grèvent artificiellement les marges de commercialisation et les prix à la consommation alimentaire en milieu urbain. La présente recherche évalue l’impact des entraves à la commercialisation sur les prix alimentaires ainsi que sur la consommation de populations vulnérables à travers un modèle multi-marché. Les résultats suggèrent ensuite que les tracasseries routières gonflent les marges commerciales d’environ 25%.

A court terme, une réduction des marges commerciales d’un tel montant entraînerait une réduction des prix alimentaires urbains de 5-10% ainsi qu’une hausse d’environ 6-9% des prix alimentaires urbains, ce qui bénéficie aux consommateurs pauvres urbains ainsi qu’aux producteurs ruraux excédentaires. A moyen terme, une hausse des prix ruraux incitera une hausse de la production alimentaire de la campagne agricole suivante, ce qui aboutera à une amélioration de la sécurité alimentaire nationale ainsi qu’une augmentation des gains calorifiques des pauvres ruraux et urbains.

Pour terminer, le ministre secrétaire d’Etat chargé de l’équipement rural, Adama Sangaré a remercié le gouvernement américain, l’USAID, l’Université d’État de Michigan aux États-Unis et tous les autres partenaires qui les accompagnent dans les efforts de croissance et de développement économique et social de notre pays.

Aminata SANOU

Stagiaire

Zénith Balé

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *